UNE HISTOIRE

GPS

Ecrit pour avec la récolte 32

Hollande-Étouffer-Image-chanson-nouveauté-destination-voyage-merveille-crisper

GPS

– Votre destination est proche.

Depuis des heures, je l’attends cette phrase miraculeuse. De chemins en chemins, routes, ornières, ronds points, des « Si possible, faites demi-tour », les fatidiques « Nouveaux calculs », me voilà presque arrivée.

Crispée, des kilomètres et des kilomètres durant, arrimée à mon volant, moi, la déboussolée de naissance, même avec cette nouveauté merveilleuse, ce guide automate parlant et infaillible compagnon de voyage, je m’offre une petite halte de soulagement.

Mon corps engourdi mérite bien une petite promenade. Je risque quelques pas dans la nature. Mes yeux las de cette gymnastique route écran, écran route, découvrent des images de nature complaisante. Apaisée, j’ose une chanson guillerette. Reprise en choeur par d’invisibles oiseaux. Sons étouffés de l’activité routière, murmure aquatique, fraicheur du sous-bois, je m’assoupis.

Rassérénée,  réveil sous une voute verdoyante, je me défripe un peu. Retour impatient et guilleret vers le lieu de stationnement. Petits sentiers éclairés de soleil, fleurettes en bouton, vert tendre bourgeonnant, une retenue d’eau s’étale devant moi, friselis de vagues; mémoire en alerte ne reconnait pas ces lieux, rectifie le trajet; souvenirs confus d’un sentier, nord, sud, est, ouest, le soleil se lève à l’est, se couche à l’ouest; GPS où es tu ?

Me voilà perdu. Des voix. Où suis-je ? Je ne comprends pas ce qu’ils disent. J’essaie, sans conviction, mon allemand . » Spricht ihr Deutsch ? »  » Ja! »  » Wo bin ich ? » « In Holland, natürlich! »

En Hollande, naturellement !  J’ai passé la frontière sans m’en apercevoir. Mais ma voiture, elle est restée en Belgique…

Quelques conseils éclairés des hollandais, une boussole bricolée dans un coin de ma tête, je finis par la retrouver et pénètre en Hollande de la plus légale des façons.

 

 

 

 

 

 

 

 

D

Catégories : DES MOTS UNE HISTOIRE, UNE HISTOIRE | Un commentaire

« Le plus bel endroit du monde, c’est la maison qui est la tienne. »

Pour le dernier sujet de 2019, MILETUNE propose de choisir une image personnelle ou des images proposées depuis 2011.J’ai choisi d’écrire à partir de cette  image personnelle

 

« LE PLUS BEL ENDROIT DU MONDE, C’EST LA MAISON QUI EST LA TIENNE. »

  T out est silence

  C hiens et chats, les aboiements, les miaulements, ont disparu.

  H ennissement épuisé, dernier cheval de labour.

  E t parfois, il dit: « Allons là-bas. »

  R ien à faire, elle ne veut pas entendre.

« N ous sommes des survivants. Il ne peut plus rien nous arriver, chez nous. »

 O ublier, les jours s’accumulent, mornes et dures pénibilités.

 B eau soleil, neige invasive, air envenimé.

« Y ‘a plus que nous, les autres sont partis, ou sont enterrés ici. Allons là-bas. »

 L a femme lui répond : « Le plus bel endroit du monde, c’est la maison qui est la tienne. »

Le 15 octobre 2017, je publiais un article, sous le titre LE PLUS BEL ENDROIT DU MONDE, C’EST LA MAISON QUI EST LA TIENNE, après avoir vu à un documentaire racontant l’histoire de ces deux personnes, les seules à n’avoir pas quitté  leur village, Zvisdal,  proche de Tchernobyl; histoire émouvante de ces êtres humains si attachants, de leur solitude, du manque absolu de confort, dont la santé se dégrade, au vu de leur âge ( lui meurt pendant le tournage de ce document), de leurs moyens de vivre déplorables, du manque de communication radiophonique.

 

La question du nucléaire me tient à coeur, et je déplore, qu’à ce jour, mon pays, la France, persiste à voir dans le nucléaire l’avenir énergétique avec ses 58 centrales, et n’envisage aucunement de les supprimer à long terme.*

Je n’entends pas créer ici une polémique. Ceux qui ne partageraient pas mon ressenti, sont priés de ne pas l’exprimer sur mon blog. Je les en remercie.

 

 

 

Catégories : Evénements, Les mots graffiti, Miletune, UNE HISTOIRE | Poster un commentaire

Rêve et lendemains

Ecrit pour Un tableau, une histoire, proposé par Lakévio

 

Rêve et lendemains

Courses, liste, chariot garni,

Poireaux, steaks hachés, lessive, crème de nuit,

Monde, bouchons, parking, essuie-glaces, pluie,

Et puis, tu es là, toi…

Tu n’en as pas  besoin, crois-moi

Il est tellement beau! Non, Tu n’en as pas besoin,

Tu en as déjà pleins.

Vider le charriot, récupérer le jeton…

Retour à la maison, bruits, radio, chansons.

Vider le coffre, aller-retours, je me mouille.

Ranger placards, frigo,  faire cuire des nouilles,

Il est trop beau.

Ralenti, il est toujours en vitrine, t’as vu le prix?

Poireaux, steak hachés, lessive, crème de nuit,

Tant pis.

Il ira avec la…, le…, je verrai…

Oui, tu as bien fait.

Quand-même, je n’aurais pas dû…

Quoi? Pas dû quoi?

Mais si tu as bien fait. Regarde comme il est beau, maintenant, il est à toi.

Maison, achats rangés,

Vite, regardons-le de plus près.

Mince, c’est pas du tout la même couleur que le…, que les…

Et si je le rapportais?

Il est très bien, ce sac. Garde-le.

Oui, mais, je…

Bon, je le range.

Avec les autres?

C’est ça,

Et surtout, ne pense pas.

 

Catégories : UNE HISTOIRE | 7 Commentaires

Une journée si bien commencée…

Ecrit pour Un tableau, une histoire, proposé par Lakévio

Un long dimanche…

Une journée bien commencée

Quand je pense au temps qu’elle a passé,

Devant le miroir, combien de coiffures, n’a-t-elle pas imaginées,

La bouche, de pinces, encombrée,

Sa brosse virevoltant, inventant, crêpant, lissant, crantant,

Enfin, le regard satisfait,  ce chignon, préférant,

A son visage,  ovale si pur, s’harmonisant.

La tenue vint simplement,

Un bustier de dentelle, couvert d’une veste  noire,

Et ce velours bleu de la jupe de moire.

Et depuis, rien…

On attend, et ma promenade, ça vient?

Il est confortable le canapé,  j’en conviens,

Mais je m’ennuie un peu, cependant qu’elle soupire.

Je me demande ce que l’on attend, sur ses lèvres un fragile sourire.

Va-t-elle se décider?

Tiens, je ne l’avais pas remarqué!

Ce vase, de fleurs, garni,

Mais je devine, pardi!

Monsieur est de retour,

Il revient, il est là, rodant aux alentours,

A nouveau, elle l’espère.

Et moi, je désespère.

 

 

 

Catégories : UNE HISTOIRE | 3 Commentaires

Propulsé par WordPress.com.