Archives d’Auteur: jacou33

mIL eT UNE

 

 

 

 

 

Ecrit pour miletune 

Sujet 34/2018 du 13 au 20/1

source image : Wikipédia

Le mot à insérer facultativement est : CHINOIS

 

Vue à travers l’oeil d’un chinois

Rouets et rouages,

Harmonies des engrenages,

A l’infini, tissent la dentelle

Du temps qui file.

 

 

Publicités
Catégories : Miletune | 4 Commentaires

Cerises sur le chapeau

Ecrit pour miletune Sujet 23/2018 – du 23 au 30/06

source – clic

Le mot à insérer facultativement est :  CORNÉLIEN

Cerises sur le chapeau

C’était ce chapeau, qu’il lui fallait.

Elle aimait la simplicité,

Pas ces chapeaux, telles des pièces montées,

Dégoulinant de plumes, dentelles et bouquets de fleurs;

De plus, les fleurs, pensait-elle, ça fanait vite…

Où bien, elle aurait dû les arroser,

Et puis, va savoir, si les plumes, c’était pas un oiseau en train de couver…

Y’aurait plus manqué que ça.

Et les dentelles, ça jaunit, ou bien il faut les empeser.

Tu parles d’un boulot.

Elle n’avait pas hésité un instant.

Pas comme la cliente, qui essayait le vert, assorti à ses yeux,

Mais la mère de son fiancé était superstitieuse,

Ou bien, le noir, mais cela lui faisait trop penser à « La mariée était en noir. »

Et puis, oh, si sa belle-mère n’était pas…le rouge; vulgaire, non?

« Permettez madame, le vôtre me plait bien;  il me va bien n’est-ce pas? Je le prends.

Et avec mes cheveux, ce bleu! Et les cerises, on en mangerait.

Mais qu’est-ce qui vous prend? Vous êtes folle!

Elle est complètement folle! Elle mange mes cerises.

J’en veux pas de votre chapeau, reprenez-le. »

Elle se planta devant le miroir.

C’était bien ce chapeau qu’il lui fallait.

Et les cerises étaient délicieuses.

 

 

 

 

 

 

Catégories : Miletune | Un commentaire

Le cauchemar du chef d’orchestre

 

Ecrit pour le défi du 20 juin 2018, proposé par Mamylor

En Juin à Moi de « lancer le défi » : « M U S I Q U E  « .. Et que chacun se mette à chanter,  que les orchestres se mettent à Jouer, que nos mémoires se mettent à rêver… tout pour la MUSIQUE ….. Mettez-vous des boules « qui-est-ce » pour vous protéger du bruit

musicienMaurice Baquet

ou battez-vous la mesure avec le pied, tapez-vous dans les mains au rythme des instruments ou de la voix,  ça danse, ça chante, ça écoute…  MUSIQUE !!!

(Hans Schliessmann -Gustav Mahler)

 

Le cauchemar du chef d’orchestre*

  • Et grrrrratte, grrrrrratte surrrrr ta Mandoline, mon petit Bambino.

  • Dalida, ce n’est pas encore ton tour. C’est à Marilyn, avec son Ukulélé. Qu’est-ce qu’elle fiche ?

  • En rrrretarrrd, comme d’habitude.

  • Bon, à toi, le Saxophoniste. Qui êtes-vous ? Où est passé Joé ?

  • Je le remplace.

  • Nom d’un pipe, c’est quoi ça?

  • Un violon d’Ingres, monsieur.

  • On avait dit un piano à Queue !!!!

  • Je, j’ai dû le vendre monsieur.

  •  Vous me jouez du  pipeau, là !?!

  • Je ne sais pas jouer du pip…

  • Marilyn ! Où est ton Ukulélé ?

  • Va le chercher ! Et tambour battant !

  • Quoi encore ? T’as retrouvé ton piano ?

  • Monsieur, je ne sais pas jouer du pipeau.

  • …?

  • Mais je joue très bien de l’Epinette.

Symphonie tragique « Seigneur ! j’ai oublié la corne d’automobile ! Maintenant je peux encore écrire une symphonie ! NB : on peut rattacher à cette caricature de Mahler l’anecdote ultérieure suivante : Pendant les répétitions de la 8e à Vienne avec le Singverein, il arriva un jour qu’une automobile passe sous les fenêtres de la salle en cornant particulièrement fort. Mahler interrompt la répétition et lance aux choristes : « Vous avez certainement lu que j’utilisais des trompes d’automobiles dans mes symphonies. Eh bien ! en voici un exemple ! ». (http://geva.overblog.com/2014/08/mahler-chef-de-choeur.html)

 

 

Catégories : Défi du 20 | 4 Commentaires

aBC NID DE MOTS

Ecrit pour le, chez ABC.

Thème du mois de mai

trois expressions, trois petits textes en vers ou en prose :

– Le cœur sur la main, – Prendre ses jambes à son cou, – Tomber dans les pommes.

(vous pouvez aussi, si vous le souhaiter incorporer les trois expressions dans un seul texte)

Catégories : Nid de mots | 3 Commentaires

6 mai Journée Mondiale du Rire et de la Paix

Catégories : Evénements, Les mots graffiti | Un commentaire

Il suffit d’être sur le pont

Ecrit pour, proposition 157

J’ai semé quelques œufs dans l’atelier. Il y en a trois sortes, les œufs « personnages », les œufs « Action » et les œufs « Lieu ».  Piocher dans chacun de ces œufs et écrire une courte histoire basée sur ces éléments :

Les œufs « Personnages »: Un dentiste psychopathe/ Une chorégraphe célèbre en mal d’amour/Un vieil alcoolique amnésique/Une ado rebelle/un enfant prodige/Le conservateur d’un musée improbable/Une magicienne à la retraite/Un professeur idéaliste dépressif/Un toiletteur professionnel pour animaux de compagnie/Un marin fragile amoureux de musique classique

Les œufs « Action » : Part en voyage / Perd un pari /Voit quelqu’un de familier dans un club de striptease /Peut revenir dans le passé et changer une chose/Part en lune de miel seul(e) /Organise un diner pour la première fois/Vole accidentellement quelque chose d’inestimable/Devient célèbre du jour au lendemain/Confesse un terrible secret/Se réveille chauve.

Les œufs « Lieu » : Dans un bistrot malfamé/ Dans un cimetière en rase campagne/ Aux Chutes du Niagara/un motel miteux de Chicago/ au cœur de la Taïga sibérienne/ au sommet du World Trade Center/ Dans un bar à chats / Au fin fond de la Thaïlande / Dans une réserve indienne / sur un bateau de pêche en route pour l’Alaska/

Une histoire = un personnage, une action, un lieu, choisis dans la liste des « œufs »

Il suffit d’être sur le pont

Il est des petits matins fraîcheur,

Où l’on aimerait un peu de chaleur.

Les albatros taquinent les pêcheurs,

Sans se soucier du conservateur.

Celui-ci a pris un bateau, au hasard,

Quittant  un lieu devenu trop casanier et  son sempiternel bazar.

Las de le recenser, choses classées à part,

Collection de mots bizarres,

Échecs scolaires et fils à la patte,

A mis la clé sous la porte.

Ce jour de départ, direction la gare.

Panne, grève ou retard,

Pas un seul train, ce jour, ne démarre.

Abandonnant la solution ferroviaire,

Se décide pour la voie des airs.

Passant devant un embarcadère,

Imagine un voyage sur les eaux.

Pourquoi pas ce bateau ?

Avise une passerelle.

Un marin l’interpelle.

« Holà, monsieur,

Sur le champ quittez ces lieux. »

Notre conservateur, collectionneur d’accents,

Tout en le notant,

Ne s’arrête pas pour autant.

 » Acceptez que je devienne votre clandestin

Et avec vous, fasse un bout de chemin »

L’homme du bateau, interloqué,

Sans broncher, le regarde monter.

 » A nous deux, l’aventure,

Et voguons bâbord amures. »

Notre conservateur collectionnant aussi des idées reçues,

De certaines, se défaire, n’a pas voulu.

Mais revenons à ce fameux matin frileux.

Jetant, par le hublot, un oeil curieux,

Sur le pont, notre conservateur se précipite:

 » Où sommes-nous ? demande-t-il, la mine déconfite.

 » En route pour l’Alaska. »

 » Pour qui sonne ce glas ? »

 » Pour prévenir les icebergs. »

« Mais à quoi cela sert ? »

 » Pour qu’ils s’écartent devant nous. »

N’importe qui, cette histoire de fou,

Aurait décontenancé.

Mais en conservateur passionné,

Et d’aventures sans lendemain, collectionneur,

Ceci le mit d’excellente humeur,

Prenant de bon coeur,

Ce que, il y a peu,  mauvaise fortune,  pensait.

Voilà un voyage à conserver,

Se frotta-t-il les mains.

 

 

Catégories : ECRITURE CREATIVE | Un commentaire

Défi du 20 avril 2018

Ecrit pour le défi du 20 avril 2018, proposé par Dame Uranie

« Coups de Gueule » tout ce qui vous agace, vous énerve, vous fait sortir de vos gonds, sur tous les sujets.

Tout est bien, qui finit bien

Agacée, énervée,

Grincent les gonds,

Grimacent les portes,

Dégondées, les cheminées,

La gondole, ai raté.

Dépitée, je reste sur le quai,

Hors de moi et d’haleine.

De mon séjour, avais tant espéré,

Avec Casanova, rendez-vous, ai obtenu.

Tout est fichu.

Ce cavaleur, c’est bien connu,

Ne m’attendra plus.

Cliques et claques, je retrousse,

Chaussures  foutues,

Jupon  décousu,

Fierté, bien mal fichue.

Voilà qu’il se met à pleuvoir,

Mes friselis en dégoulinent

Mon maquillage en a  fondu.

M’interpelle un passant,

Partager son ombrelle, me proposant.

Alors là, je n’en peux plus,

Je le traite de malotru,

Coups de pied et coup de gueule.

L’inconnu se rapproche:

« Mais mademoiselle, quelle ingrate, vous faites,

Épargner votre beauté,

Et des affres du temps, l’en protéger,

Seulement voulais. »

« Et en plus, vieux barbon, tu m’insultes. »

Et le pousse rudement.

Le voilà,  dans le canal, tombant.

Oh! Mon dieu, qu’ai-je fait !

A mon tour, secours, lui porter.

Son ombrelle, lui tends,

La saisit volontiers,

Et remonte tout trempé.

Son bel habit délavé.

Son masque, dans le canal, tombé.

Mon Casanova, reconnais.

Dans mes bras, dans les siens,

Tous les deux, en riant, nous réchauffons.

A la fin, tout trempés,

Mais heureux de cette aventure,

Nous en amusons.

Finis, coups de gueule, déceptions,

Et horions.

 La soirée, terminons

Soupirants et tendres baisers,

En gondole,  sur le Grand Canal !

J’ai écrit ceci, il y a quelques temps, déjà, ne désirant pas raconter mes réels « coups de gueule », qui pourraient prêter à polémique.

Mais vendredi 6 avril 2018, un évènement, qui ne me laisse pas indifférente: la disparition de Jacques Higelin.

Peu de paroles, si peu d’hommages*, ce samedi matin 7 avril, retransmission d’une émission télévisée « Thé ou café » vers 9h 50,

à contrario de tout ce que nous avons pu voir, lire, entendre, et ce n’est pas fini…quand a disparu un certain JP.SMET, qualifié de « héros »????!!!!!!

Deux poids, deux mesures…Higelin le poète généreux, bien sûr dangereusement iconoclaste et dérangeant aux  yeux de certains…

Est-il plus conforme, de voir et d’entendre, d’assister aujourd’hui encore, à ces déballages malsains, immoraux, pour un héritage, des millions ou milliards, surtout quand on sait que de par le monde entier, vivent des humains, sans toit, sans sécurité, malades, emprisonnés, torturés, fuyant leur pays, chômeurs, victimes de ces profits criminels de multinationales, d’actionnaires, du non respect de l’écologie, de laboratoires pharmaceutiques, de préjugés religieux ou prétendument religieux, de sexisme, des ventes d’armes légales ou illégales, de trafic d’hommes, femmes et enfants réduits à l’esclavage, de travail forcé…j’ai dû en oublier, par exemple,  ces personnes, en fin de vie, maltraitées, délaissées, ignorées, réduites à l’état de déchets inutiles, dont on oublie qu’un jour elles ont participé à la vie et à la construction de la société…

 

*Une blogueuse La Licorne a  écrit un poème magnifique et bouleversant, Tu pars, tu pars…c’est  ici

 

 

 

Catégories : Défi du 20 | 7 Commentaires

Fausser les cartes

Ecrit pour le jeu 35, MOTS NOUVEAUX  proposé par
Écrire un texte qui comprendra un maximum de « mots nouveaux« (c’est-à-dire nouvellement créés  par vous), et qu’on ne connaît pas encore…
mais dont on devine quand même, par le contexte, le sens profond (ou pas ! :-).
Pour commencer,vous placerez obligatoirement ces trois-là :contrefiture, tourtinade, musifolle…
 Quant au thème , il sera tout simple : « Racontez un rêve »
Cela peut être un rêve nocturne …ou un rêve de vie…Un vrai, un faux…

Fausser les cartes

Une araignée musifolle, par mon chant, attirée,
De  mes cheveux, quelques filassements s’empara.
Des cornades tressa,
Entre deux brancarches tendit.
Au son du luth, impromptuvisé,
Ma chantierson accompagna.
Abeilles et frelons, trompés par cet air au relent de contrefiture,
S’engluèrent, privésonniers.
Mon accompagnatrice, promptitudement,
Sitôt, en tourtinade, les consomma.
Attristée, mon chant, mélancolèrique,
Devint.
Derechef, nouveau piètementge,
La cruautelle arachnide, tissa.
En vain, attendit proies fadociles.
Mon chant, racontait la tristanstoire,
Aversetissant du danger.
.
Catégories : LA LICORNE | Un commentaire

Une incertaine Certitude

Ecrit pour A vos claviers 6≠

Pour le mois d’avril, je vous propose d’écrire un texte contenant un certain nombre de mots, qui sont tirés du titre ou du contenu des textes proposés par les participants au défi A vos claviers précédent. Pour voir les textes, c’est ici. Ces mots sont donc les suivants :
Energie, Partir, Destins, Cachemire, Belle, Soins, Mourir, Demain, Corps, Amants

 

Une  incertaine certitude

Il est des destins

Comme des jours sans chemins

Partir sans attendre demain

Où, dit-on, la vie est si belle.

Réveiller l’énergie, celle

Du corps qui ne veut pas mourir

Se promettre d’aller au-delà des derniers soupirs,

A l’instar de ces amants du Cachemire.

Vivre des réalités impossibles

Bonheurs inaccessibles

Oser voir  un infime point,

Cette liberté, si prés, si loin

La gagner et en prendre soin.

Catégories : A VOS CLAVIERS | 8 Commentaires

RIBAMBELLE

Ecrit pour le n°2

Une ribambelle est une longue suite de gens, ou de choses et aussi une longue guirlande de papier aux motifs identiques. A partir de chaque lettre du mot RIBAMBELLE, libre cours à notre imagination .

Rubans de dentelles,

Invitent à la  farandole,

Bonhommes et bonnes femmes.

Assemblés,

Main dans la main,

Blanches ou noires, blancs ou noirs,

Étrangères, étrangers,

Libres tous ensemble

Légers, fragiles, dans le vent, virevoltent,

Entremêlant leurs silhouettes éphémères.

 

 

Catégories : JEU DES ACROSTICHES | 10 Commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.