L’écritoire

Une goutte d’eau dans le désert

Ecrit pour L’écritoire chez Lise Genz M   E   T   E   O

Une goutte d’eau dans le désert

Une goutte d’eau dans le désert

Et aussitôt, l’arbre de pluie se met à raconter.

La terre desséchée,

Les graines infertiles,

Les ventres affamées.

Et aussitôt, le tam-tam se met à résonner.desert-749692_960_720

Plus rien à manger,

Le bétail, panse efflanquée,

Sols à l’infini craquelés.

Une goutte d’eau dans le désert

Et aussitôt, l’espoir se met à enfler.

Rigoles de pluie, la vie renait,

Sourires des visages mouillés,

Le ciel est remercié.

 

 

 

Publicités
Catégories : L'écritoire | 3 Commentaires

Qui sème le vent récolte la tempête

Ecrit pour L’écritoire chez Lise Genz M   E   T   E   O

 et pour Tisser les mots

PROPOSITION 67 LA TEMPÊTE

tempete-ile-de-sein« Voyez-vous, dit-il, l’avantage des tempêtes, c’est qu’elles vous libèrent de tout souci. Contre les éléments déchaînés, il n’y a rien à faire. Alors on ne fait rien. On s’en remet au destin. » Vendredi ou La Vie sauvage de Michel Tournier  Il y a bien sûr les tempêtes, les vraies comme celles de la photo. Il y a le mot anglais « brainstorming » (tempête sous un crâne) et on peut même s’offrir « une tempête dans un verre d’eau ». Plus inquiétant il y a aussi les tempêtes solaires qui pourraient causer de sacrés dégâts sur notre planète

LA PROPOSITION Dans quelle « tempête » allez-vous nous entraîner ? Tous les genres de tempêtes sont bienvenus, bien sûr dans le respect de la Charte du Blog…

LES CONSIGNES – Le titre de votre texte est une expression avec le mot tempête (il y en a beaucoup)- Pas plus de 2 pages- Dans votre histoire on retrouvera les mots « colibri », « bouder », harpie (au moins 2 de ces 3 mots)

Qui sème le vent récolte la tempête

Un banc,

Sur ce banc, un dictionnaire.

Un léger souffle.

Se tournent les pages,

Libérant une image.

Graines folles voletant,

Légères, dispersées dans l’air. TEMPÊTE PICART LE DOUX 1955image040

Soufflant avec grâce,

S’élève une créature de rêve.

« Je sème à tout vent » murmure -t-elle.

Soulevée dans les airs, sa chevelure malmenée,

La voilà  harpie, devenue.

Un grand nuage noir l’enveloppe.

Sur le banc,

Feuillets agités comme ailes de colibri,

Le dictionnaire reste ouvert.

Sur la page délaissée,

Un mot,

Tempête.

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : L'écritoire, Tisser les mots | Poster un commentaire

Déluge de confettis dans le yaourt

Ecrit pour L’écritoire chez Lise Genz

M   E   T   E   O

Déluge de confettis dans le yaourt

  • Epinards.
  • Salade.
  • Topinambours.
  • Rutabagas.
  • Sauce crevette.
  • Mange ton yaourt.
  • Bois ta tisane.
  • Lèche la cuillère.
  • On ne parle pas la bouche pleine.
  • Tu postillonnes.
  • Mais non, c’est la pluie.
  • De confettis?
  • Dans le yaourt.
  • Pluie diluvienne.
  • Déguisée en confiture.
  • ?
  • Carnaval.yaourt-chats-1-700x333
  • ?
  • Surveille la cuisson.
  • Y’a rien qui cuit.
  • Justement.
  • Et ton yaourt?
  • Je l’ai fini. Et tes confitures?
  • Regarde, elles font des bulles.
  • Vapeurs sucrées, mon nez palpite.
  • Normal, t’as senti une goutte.
  • Non, c’est mon odorat qui sent.
  • Et la pluie mouille ton nez, qui ne sent rien.
  • Et toi, tu vois avec tes oreilles?
  • Non, j’entends le déluge de mots.
  • Moi, je les écoute tomber.
  • Tu les regardes, aussi.
  • Quand tu seras prêt, tu me feras signe.
  • Mais je ne sais pas en quoi me déguiser.
  • En courant d’air.
  • C’est malin. Et si les portes claques, je serai coincé.
  • Autant en emporte le vent.
  • Oui mais les cris restent.
  • Les écrits, tu veux dire.
  • Comment puis-je écrire, je suis le vent.
  • Et qu’es-tu en train de faire.
  • Moi, j’imagine qu’une bourrasque, un jour de Carnaval, entraîne des nuages de confettis, qui s’engouffrent dans la cheminée d’une yaourtière…
  • Je t’arrête, une yaourtière, ça n’a pas de cheminée.
  • Ah, bon, je croyais qu’une fabrique de yaourts ça s’appelait yaourtière; alors comment ça s’app…oh, et puis, c’est pas important.
  •  La confiture multi-fruits est prête. J’en ai mis dans ton yaourt. Tu peux le manger maintenant.

 

Merci à Barbara, ma prof de théâtre, dont le nom de sa compagnie « La Confiture Dans L’Yaourt »,  m’a inspiré ce texte.

Catégories : L'écritoire | Poster un commentaire

PLUIE

Ecrit pour L’écritoire chez Lise Genz

M   E   T   E   O

on va parler de la pluie et du beau temps, de la neige et des soleils rouges,  des nuages et des frissons  brumeux,  on va parler intempéries. Au propre et au figuré,  au présent et au passé,  à la première personne et aux pluriels multiples, au bord de la mer  ou en haut des montagnes : on va parler orages  et inondations, sécheresses et déserts,  vents et tonnerres, et douceurs des matins tranquilles..

ON VA ECRIRE MÉTÉO

( le seul handicap : le titre n’aura qu’un seul mot)

PLUIE AFFICHEPluie

Pleuvra-t-il aujourd’hui?

Le dicton le dit.

Une goutte, sur mon nez, a atterri.

Il a bien plu, ici.

Et voila, c’est fini.

Affiche (Blanca Gomes)

Catégories : L'écritoire | 3 Commentaires

NUAGES

Ecrit pourBANIERE LES DEFIS de LA PLUME d'EVY N° 71 Thème  » Les nuages « 

et pour L’écritoire chez Lise Genz

M   E   T   E   O

on va parler de la pluie et du beau temps, de la neige et des soleils rouges,  des nuages et des frissons  brumeux,  on va parler intempéries. Au propre et au figuré,  au présent et au passé,  à la première personne et aux pluriels multiples, au bord de la mer  ou en haut des montagnes : on va parler orages  et inondations, sécheresses et déserts,  vents et tonnerres, et douceurs des matins tranquilles..

ON VA ECRIRE MÉTÉO

( le seul handicap : le titre n’aura qu’un seul mot)

Nuages

Les nuages n’ont pas de pays.

Ont-ils une âme?

A quoi ça pense un nuage,

Quand du soleil,il nous prive.

Sait-il que tout devient triste, obscur et sans espoir.

Les nuages n’ont pas de pays.

Ont-ils des envies?

Mélancolique, au-dessus du jardin,

S’effiloche une écharpe blanche.

Insaisissable, elle s’enfuit,

Laissant derrière elle trace fugitive et  regrets.

Les nuages n’ont pas de pays.

Savent-ils leurs destins?

Gris  cotonneux, noirs menaçants,

 Par le vent dispersés, ils s’éloignent,

De larmes glacées, transpercès,

Explosant, terrible et bruyant orage.

Les nuages n’ont pas de pays.

Ont-ils une mémoire?

Promenant leur solitude,

Naissent et meurent sans bruit,

Immobiles, parfois,

Jamais en repos.

Les nuages n’ont pas de pays.

Et malgré leur apparence de champs de coton,

Prenant tantôt figure animale,

Tantôt formes monstrueuses,

Au dessus de nos têtes, toujours, s’amoncellent,

Pluie et beau temps perpétuant.

C’est quoi un nuage?

 

 

 

Catégories : L'écritoire, La PLUME d'EVY | 3 Commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.