La petite fabrique d’écriture/Les annales

Comme si de rien n’était…

Ecrit pour les annales de La Petite Fabrique d’Ecriture

Flaming June de Frédéric Leighton

Elle est tellement belle et tellement sereine

que nous vous laissons rêver devant elle,

sans faire de bruit.

Comme si de rien n’était…

Je t’appellerai sommeil languide.

J’attendrai que s’ouvrent

Tes yeux d’or,

Car ils sont dorés, n’est-ce pas?

Dorés comme mes pensées,

Qui te contemplent,

Emerveillées.

Je t’appellerai splendeur ensoleillée,

Unique de cette sérénité,

Enveloppant ton corps.

Je te nommerai rayonnante,

Quand de l’astre royal,

Les feux seront  éteints,

Tu seras là, éclatante,

Baignée  toujours d’ombre ambrée.

Publicités
Catégories : La petite fabrique d'écriture/Les annales | Un commentaire

Nous ne procrastinerons pas ensemble

Ecrit pour La petite fabrique d’écriturelogo-fabrique-azacampol et ses annales

Après vous être laissés porter par les accents suaves
de cette rêverie de Schumann, nous espérons
que vous n’allez pas céder à la procrastination!

Nous ne procrastinerons pas ensemble

Ce mot, cet enchainement de lettres, mes doigts l’ont composé.

Mes yeux l’ont juste effleuré.

Ma bouche à le prononcer s’y est refusée.

Même pas en murmure.

Comment le lire…

Il faudra bien qu’il attende son tour,

Le temps d’un autre mot à mot à penser.

Les idées  perturbées,

Cogitations encombrées de ce mot à coucher dehors, malvenu.

Il ne va pas m’embarrasser tout le long de mon texte!

Mes doigts écrivez ce que vous désirez,

Sans hésiter.

Ignorez cet importun, qui s’impose à mon esprit,

Ecrivez, écrivez,

Oui, c’est bien cela, je lis en accord avec ce que vous inscrivez:

« Nous aurons tout loisir,

D’y revenirrrr,

Un autrrre moment, autre jourrrr. »

Pourrrrquoi donc ce r roulé?

Vous craignez qu’à le prononcer simplement,

Comme envahie de cailloux,

Ma bouche ne s’en ressente.

Soit, une fois, rien qu’une fois,

Je le dis:

prrrrocrrrrastination.

J’avoue, j’y consens.

Je l’ai fait.

Demain, c’est sûr, je m’y remettrai,

Réconciliée avec ce mot.

Lequel, déjà?

J’ai oublié.

Tant d’efforts pour un seul mot,

Tapi, quelque part,

Il va ressurgir sûrement,

Désireux que je lui consacre quelques instants,

Une ligne,

Sois généreuse,

Tu sais bien qu’il faudra que tu en tiennes compte.

Alors deux lignes, pas une de plus.

Tout de suite?

Et mon récit, là, maintenant,

Pas question que je l’abandonne.

Le titre de cette  histoire  en cours?

Pourquoi remettre à demain, ce que l’on peut faire aujourd’hui?

Catégories : La petite fabrique d'écriture/Les annales | Poster un commentaire

Les notes de Schumann

Ecrit pour La petite fabrique d’écriture et ses annales, consacrées, ce mois de mars, à Schumann.

Les notes de Schumann

Cher Robert Schumann

J’entends tes doigts chanter la rêverie,

En notes idéales ou tourmentées.

Penses-tu déjà, à ce que sera ta vie,

Jusqu’ici, pianiste compositeur entravé,

Ton jeu paralysé, aujourd’hui,

Tu dis à Clara, sa beauté aimée,

Tes pertes et folies,

Elle les a souvent interprétées,

Tes belles fantaisies,

Ou tes sombres idées.

Vos  coeurs épris,

Toutes ces difficultés,

De votre union, enfin consacrée,

Elle écrira »Ce fut le plus beau moment de ma vie. »

Celle qui fut, compagne tant aimée,

La gardienne de ton génie,

Jouera, interprète inspirée,

Ta musique porteuse de poésie.

 

 

Catégories : La petite fabrique d'écriture/Les annales | Un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.