ORPHELINES

Dictionnaire des orpherimes -ressarcle

Occitan: ressarclar, conjugué au présent du subjonctif.

Au cadran des heures, l’astre  solaire étale son ombre du tantôt. Énergique, le bourdon a retenti à quatre reprises.Le bedeau quitte l’église, essuyant  son visage d’un grand mouchoir blanc.

Sarcloir à l’épaule, Pierre traverse la place.

  • Adishatz, bedeau. Fa calor!
  • Adishatz, mon drôle. Où tu vas comme ça ?
  • Je vais manger le quatre heures chez la mère Portes. Après, faudra que io (je) ressarcle son potager.
  • Et le Jules, ce feignàs, il peut pas le  faire ?   Comment ça se fait que c’est toi que tu ressarcles chez elle ?
  • Je crois que lui( il) ressarcle chez les Lacombe, que le père il s ‘est fait » bombé  dedans »* par une vache.
  • Et le Jules en profite pour aller bader sa promise. Je te retiens pas plus longtemps. Sinon tu vas te faire tarabuster par la mère François.

io ressarcle

tu ressarcles

lui ressarcle

Riment avec sarcle

Suite de la conjugaison

noi ressarclem

voi ressarcletz

loro ressarclen

 

*Il y a de cela, de nombreuses années, au cours d’une promenade à la campagne, dans un pré, nous aperçûmes de jolis champignons blancs.

Arrêtant la voiture en bord de route, bien décidés à récolter ces rosés des prés, juste poussés, odorants à souhait, prêts à garnir l’omelette que nous ne manquerions pas de déguster le soir même, nous fîmes quelques pas dans l’herbe; nous n’avions pas commencé à en cueillir, surgit alors une femme,  vociférant  » Tant pis pour vous si les vaches vous bombent dedans ! » .

 

Publicités
Catégories : ORPHELINES | 2 Commentaires

Dictionnaire des orpherimes- ressarclée

Drapeau de Nantes

blanc herminé chargé d’une croix blanche ressarclée de noir, au canton aux armes – armes : rouge chargé d’une nef or voilée d’hermine sur une mer verte. Le canton reprend le dessin des armes municipales, le fond les hermines de Bretagne et la Croix figure un assemblage des croix de France (Blanche) et de Bretagne (noire).

Drapeaux Alsaciens

Autres drapeaux alsaciens : le drapeau le plus visible en Alsace est le drapeau armorié parti au I de Basse-Alsace ; au II de Haute-Alsace. Alias parti au I de gueules à la barre ressarclée fleuronnée d’argent ; au II de gueules à la bande d’or accostée de six couronnes du même 3 et 3. Il est la réunion des armes héraldiques mises en bannières, de la Haute et de la Basse-Alsace. le nouveau drapeau alsacien est une fusion des armes de Haute et de Basse Alsace de gueules à la bande d’argent ressarclée fleuronnée du même, accostée de six couronnes d’or 3 et 3. Cette composition est récente.

Les pièces Resarclées sont extrêmement rares.

Ce terme tire son étymologie, suivant Gâtelier de la Tour, du latin resarcitus, du verbe resarcio, is, tum, cire ; d’où, en quelques provinces, on a fait resarcier, pour dire rentraire.

de Marcilly, en Bourgogne : d’or, à la croix de gueules, resarcelée du champ.

de Stanlay, en Angleterre : d’argent, à la bande d’azur, resarcelée de gueules, chargée de trois rencontres de cerf d’or.

le Duc de Virevodé, en l’Île-de-France : d’or, à la bande de gueules, resarcelée du champ, chargée de trois ducs volants d’argent.

d’après le Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France
Nicolas Viton de Saint-Allais (1773-1842)  — Paris, 1816 —

 

 Resarcelé : se dit de la croix accompagnée d’un trait parallèle à chacune de ses branches La croix est appelé ainsi lorsqu’elle est ancrée et que ses crochets se retournent sur eux-mêmes. La queue des porcs est dite recercelée lorsqu’elle est nouée.(http://boutique.genealogie.com/blasons/dictionnaire-heraldique)

Catégories : ORPHELINES | 3 Commentaires

Dictionnaire des orpherimes – bicymple

Bicymple, concept-bike articulé

Est-ce possible de s’affranchir des codes centenaires du vélo, tout en gardant la simplicité, la fonctionnalité et accessoirement le style ?

À cette question, le designer américain Josh Bechtel et son studio Scalyfish Designs, ont tenté d’apporter un élément de réponse avec le Bicymple.

Rime avec simple et avec biosimple.

Catégories : ORPHELINES | 3 Commentaires

Dictionnaire des orpherimes – Vitrobulbe

Sur une proposition de Glomérule Néphron relevée par Chachasire ,repris par Carnets Paresseux pour le Dictionnaire des Orpherimes

De l’usage du vitrobulbe

Effet du niveau de ploïdie sur le diamètre cellulaire, la matière sèche, l’osmolarité et la composition en sucre de vitrobulbes d’oignon (Allium cepa L) Peugnet S.Mémoire École Nationale des ingénieurs des Travaux Agricoles 2001 (PRODINRA)

 

 

Tout savoir sur VITROBULBE

https://www.google.com/patents/EP0485298A1?cl=fr

Catégories : ORPHELINES | 7 Commentaires

A l’Elbe, rien de nouveau.

A l’instar de Glomérule Néphron, de Carnets Paresseux, je me suis penchée sur ces rimes orphelines

A l’Elbe, rien de nouveau.

Hostile et inhospitalier monde d’aujourd’hui,

voilà encore, et jusqu’à ce jour, je l’ignorais,

victimes innocentes de notre franc parler.

Comment ne pas s’intéresser au sort, si singulier,

de mots portés, que dis-je, transportés,

tout au long de temps immémoriaux,

tout du moins, depuis qu’homo sapiens,

tutti quanta usent de la langue, orale, écrite, et j’en oublie…

Ils seraient donc pluriels, au nombre de dix neuf,

mais seuls en leur genre,

privés, que dis-je, défendus de rimer.

A ce jour, un Paresseux, ce dogme,

le bousculer a expérimenté,

en ses Carnets,notant, de chacun des orphelins, scrupuleusement,

toute ressemblance physique, avec Pierre, Paul ou Jacques.

A l’instar de notre Dodo inspiré, je me suis lancée

dans une morpho-sciento-pseudo recherche.

Babebine inspirée,

avec orpheline rime.

Ainsi  déterrais-je un bulbe,

d’un intéressant galbe,

et ce mot gravé: Elbe.

Sitôt je traçais un cercle,

définissant cet endroit, pour que j’y sarcle,

le diamètre, décomptant  une verste,

en long, en large, et en traverste.

Echauffant mes muscles,

sitôt le matin, enduits de camphre,

j’aperçus une gracieuse nymphe, Euphre*.

Cette dernière, se tenait au sommet d’un tertre,

accompagnée d’une martre,

que d’abord je pris pour un monstre.

Devant mon air frustre,

elle m’invita d’une voix simple,

le geste ample,

de m’approcher, gardant une distance humble.

L’animal, démarche amble,

me flaira, reconnut en moi le clephte,

me lécha de sa langue sans aphtes,

avant d’aller se rouler dans un champ de sanves.

Euphre, parfumée à la guimauve,

Me tendit sa main, moi, tout mièvre,

ne me sentit plus pauvre.

Elle m’ensorcela,

divine

et puis voilà,

j’en oubliais mes babebines…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*Plus exactement Euphraise, car née dans un champ d’Euphraises.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : ORPHELINES | Étiquettes : , | 9 Commentaires

Propulsé par WordPress.com.