Miletune

Dialogue

Ecrit poursujet 2/2020

Sébastien Del Grosso clic et clic

Le mot à insérer facultativement est: HORIZON

DIALOGUE

Arrière, tu me paralyses.

Renoncer à toi, ça jamais.

Tu m’agaces. Disparais de mon horizon.

Honnêtement, même si je le voulais, je ne pourrais pas.

Relâche mon poignet. J’ai le bras qui  s’ankylose.

Ingrate ! Je suis très attachée à toi, moi !

Tu me lâches, oui !

Essaie de t’habituer. Je te quitte un instant.

Catégories : Miletune | Poster un commentaire

ELECTRON LIBRE

Ecrit pour sujet 1/2020

source Internet

Le mot à insérer facultativement est : PRESSE

Émerveillement, nature paisible

Les yeux interrogateurs,

Et sourire léger.

Comme tu as changé.

Tour à tour, tornade infatigable

Rêveur absent de toute réalité, que rien ne presse

Oubli du temps qui passe.

Nom: Esteban.

L es maîtresses de maternelle,

Interrogées sur ta nature

Bienveillantes à ton égard,

Riaient affectueusement

Et t’avaient surnommé: Électron libre

Catégories : Miletune | Poster un commentaire

« Le plus bel endroit du monde, c’est la maison qui est la tienne. »

Pour le dernier sujet de 2019, MILETUNE propose de choisir une image personnelle ou des images proposées depuis 2011.J’ai choisi d’écrire à partir de cette  image personnelle

 

« LE PLUS BEL ENDROIT DU MONDE, C’EST LA MAISON QUI EST LA TIENNE. »

  T out est silence

  C hiens et chats, les aboiements, les miaulements, ont disparu.

  H ennissement épuisé, dernier cheval de labour.

  E t parfois, il dit: « Allons là-bas. »

  R ien à faire, elle ne veut pas entendre.

« N ous sommes des survivants. Il ne peut plus rien nous arriver, chez nous. »

 O ublier, les jours s’accumulent, mornes et dures pénibilités.

 B eau soleil, neige invasive, air envenimé.

« Y ‘a plus que nous, les autres sont partis, ou sont enterrés ici. Allons là-bas. »

 L a femme lui répond : « Le plus bel endroit du monde, c’est la maison qui est la tienne. »

Le 15 octobre 2017, je publiais un article, sous le titre LE PLUS BEL ENDROIT DU MONDE, C’EST LA MAISON QUI EST LA TIENNE, après avoir vu à un documentaire racontant l’histoire de ces deux personnes, les seules à n’avoir pas quitté  leur village, Zvisdal,  proche de Tchernobyl; histoire émouvante de ces êtres humains si attachants, de leur solitude, du manque absolu de confort, dont la santé se dégrade, au vu de leur âge ( lui meurt pendant le tournage de ce document), de leurs moyens de vivre déplorables, du manque de communication radiophonique.

 

La question du nucléaire me tient à coeur, et je déplore, qu’à ce jour, mon pays, la France, persiste à voir dans le nucléaire l’avenir énergétique avec ses 58 centrales, et n’envisage aucunement de les supprimer à long terme.*

Je n’entends pas créer ici une polémique. Ceux qui ne partageraient pas mon ressenti, sont priés de ne pas l’exprimer sur mon blog. Je les en remercie.

 

 

 

Catégories : Evénements, Les mots graffiti, Miletune, UNE HISTOIRE | Poster un commentaire

La dame de Séville

Ecrit pour miletune Sujet 42/2018

Brassaï (Gyula Halász) – clic et clic

L’expression à insérer facultativement est : LA BUENA VIDA: la belle vie

 

La dame de Séville

Je couds, je pique, toute la journée.

Des envolées enjuponnées.

Ah, quelle vie, quelle drôle de vie,

Pour une cousette de qualité.

 

Coudre le flou, ma destinée,

Autre chose, avait rêvé.

Je me voyais, Sévillane adulée.

En haut de l’affiche, je dansais.

En andalouse, costumée.

 

Je taille, je coupe, toute la journée

Des dentelles enrubannées.

Ah, quelle vie, quelle drôle de vie,

Pour une cousette de qualité.

 

Un beau matin, c’était l’été,

Sur un pont, il me regardait.

A danser, m’a invitée.

Nous nous sommes bien accordés.

 

Je brode, je surfile, toute la journée

Des beaux tissus en soie brochée.

Ah, quelle vie, quelle drôle de vie,

Pour une cousette de qualité.

 

Je les habille toute la journée,

Les essayages, pas cadencés.

Mon père vint nous séparer.

Et  la danse, m’a refusée.

 

Je confectionne, en secret,

La belle robe, que  l’inconnu m’a dessinée.

Ah, quelle vie, quelle drôle de vie,

Pour une cousette de qualité.

 

Je suis cousette de qualité,

Buena vida, ne cesse mon père de répéter.

Un jour, pourtant, je lui désobéirai,

Sur le pont, retournerai.

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : Miletune | Un commentaire

Mary à tout prix !

Ecrit pour miletune Sujet 41/2018

René Julien – clic et clic(image Mil et une – Beaune)

Le mot à insérer facultativement est : MAIRIE

 Mary à tout prix !

  • Mary ?
  • Tu ne veux plus  qu’on se marie à l’église ?
  • Mary ? Je ne comprends pas
  • John, tu le fais exprès! Je sais que tu ne voulais pas te marier à l’église; mais ma famille…
  • Okay! C’est Okay, Mary.
  • Oui, John, et église après.
  • Oh! Yes, Mary, après, église!
  • Non John ! En France, église après mairie.
  • Yes ! Mary  devant église. Je veux.
  • Oh, John, I love you !
Catégories : Miletune | Un commentaire

L’esprit est dans l’escalier

Ecrit pour miletune Sujet 39/2018 –

source image – clic

Le mot à insérer facultativement est : PIGEON

 Je montais l’escalier

Toutes ces marches,

Je crois me souvenir qu’il y en avait trente neuf…

Arrivée en haut, il me dit: tu les as bien montées, maintenant, il faut les redescendre.

Je m’assis un instant.

Passa un vol de pigeons, ou bien étaient-ce des tourterelles.

Je redescendis, une marche après l’autre,

Attentive aux dénivelés, usure de la pierre,

D’autres pas les avaient creusées,

Pressés, impatients,

Lourds et lents,

Frôlements de jupes paysannes,

Ferraillage de militaires,

Résonnèrent alors les premières notes de Radetzky,

Je l’avais ma marche des souvenirs.

 

.

 

 

Catégories : Miletune | Un commentaire

mIL eT UNE

 

 

 

 

 

Ecrit pour miletune 

Sujet 34/2018 du 13 au 20/1

source image : Wikipédia

Le mot à insérer facultativement est : CHINOIS

 

Vue à travers l’oeil d’un chinois

Rouets et rouages,

Harmonies des engrenages,

A l’infini, tissent la dentelle

Du temps qui file.

 

 

Catégories : Miletune | 4 Commentaires

Cerises sur le chapeau

Ecrit pour miletune Sujet 23/2018 – du 23 au 30/06

source – clic

Le mot à insérer facultativement est :  CORNÉLIEN

Cerises sur le chapeau

C’était ce chapeau, qu’il lui fallait.

Elle aimait la simplicité,

Pas ces chapeaux, telles des pièces montées,

Dégoulinant de plumes, dentelles et bouquets de fleurs;

De plus, les fleurs, pensait-elle, ça fanait vite…

Où bien, elle aurait dû les arroser,

Et puis, va savoir, si les plumes, c’était pas un oiseau en train de couver…

Y’aurait plus manqué que ça.

Et les dentelles, ça jaunit, ou bien il faut les empeser.

Tu parles d’un boulot.

Elle n’avait pas hésité un instant.

Pas comme la cliente, qui essayait le vert, assorti à ses yeux,

Mais la mère de son fiancé était superstitieuse,

Ou bien, le noir, mais cela lui faisait trop penser à « La mariée était en noir. »

Et puis, oh, si sa belle-mère n’était pas…le rouge; vulgaire, non?

« Permettez madame, le vôtre me plait bien;  il me va bien n’est-ce pas? Je le prends.

Et avec mes cheveux, ce bleu! Et les cerises, on en mangerait.

Mais qu’est-ce qui vous prend? Vous êtes folle!

Elle est complètement folle! Elle mange mes cerises.

J’en veux pas de votre chapeau, reprenez-le. »

Elle se planta devant le miroir.

C’était bien ce chapeau qu’il lui fallait.

Et les cerises étaient délicieuses.

 

 

 

 

 

 

Catégories : Miletune | Un commentaire

Prédestination

Ecrit pour miletune Sujet 14/2018

source image – clic

Le mot à insérer facultativement est : PROFIL

Prédestination

Je les vis,

Je les vois,

Je les avais bien vus.

Je me frottais les yeux.

La même image, au fond de ma rétine, apparut.

C’est à cet instant que tout se joua.

C’était décidé, détective, je ferais.

Sitôt,  me mis en quête d’un local approprié.

Cela aurait dû être chose aisée.

D’autant qu’avec mes dons d’ubiquité,

Je me faisais de la recherche, une idée,

Où tout ne serait que simple formalité.

Las, je ne compte plus,

Le nombre de portes claquées,

Les interminables journées,

Devant diverses annonces, passées.

 » Bail à céder. », « Local à louer. »

Enfin, je trouvais:

Ma démarche, expliquais.

« Jeune homme, d’adresse, vous vous êtes trompé.

Pour ce que vous révélez,

Je ne peux, à mon grand regret,

En rien, vous aider. »

Tout cela, dit, derrière un globe violemment éclairé,

Des mains gantées, au-dessus, posées.

Nous échangeâmes, moi, beaucoup de billets,

Elle, un carton imprimé.

Je me rendis à l’adresse indiquée.

Une secrétaire aimable, m’accueillit.

Attendre un instant, me dit.

On m’appela,

Un homme me sourit.

Et là! subite révélation !

C’était eux !

Devant moi rassemblés.

J’allais leur faire part de ma découverte,

Je compris, les sens en alerte,

Que j’allais à ma perte.

 » Hors d’ici ! Fichez le camp ! »

Pour une fois, je n’attendis pas mon reste,

Pris la sortie d’un pas leste.

Je les avais trouvés, mes premiers amants.

Je ne m’étais pas trompé,

Le profil, j’avais, c’était certain,

De détective, je me fis cartomancien.

Aujourd’hui, mes talents, je développe.

Détective révélateur,

Je profile, agent double voyeur,

Pour filature et point de vue.

Catégories : Miletune | Un commentaire

Raconter des salades

Écrit pour miletune, Sujet 13/2018

 

 

images Archibald – montage Mil et une

Raconter des salades

A la terrasse d’un café,

Je prenais mon petit déjeuner,

Rêveusement tournant une cuiller,

Dans ma chicorée, d’un nuage de lait,

Agrémentée.

Il me rejoignit, moustache frisée,

Lueur tendre dans des yeux,

A faire fondre un iceberg.

Me dit se rendre à Trévise,

Retrouver une belle romaine,

Rencontrée à Batavia.

Mon coeur de chicon, un instant chaviré,

Il me fit remarquer, de ma santé,

Inquiet et alerté,

Que d’endive, ma peau,

La couleur avait pris.

Si mes pensées, il avait pu lire,

Mon sourire, les démentant,

Sur le champ, en  aurait été terrassé,

Mes yeux, tels lance-roquettes,

L’auraient volontiers exterminé.

Ne sut rien de tout cela,

Laissant, en me quittant,

Idées amères,

Qu’aujourd’hui encore,

Je mâche, et remâche.

 

 

 

Catégories : Miletune | 6 Commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.