Miletune

Cerises sur le chapeau

Ecrit pour miletune Sujet 23/2018 – du 23 au 30/06

source – clic

Le mot à insérer facultativement est :  CORNÉLIEN

Cerises sur le chapeau

C’était ce chapeau, qu’il lui fallait.

Elle aimait la simplicité,

Pas ces chapeaux, telles des pièces montées,

Dégoulinant de plumes, dentelles et bouquets de fleurs;

De plus, les fleurs, pensait-elle, ça fanait vite…

Où bien, elle aurait dû les arroser,

Et puis, va savoir, si les plumes, c’était pas un oiseau en train de couver…

Y’aurait plus manqué que ça.

Et les dentelles, ça jaunit, ou bien il faut les empeser.

Tu parles d’un boulot.

Elle n’avait pas hésité un instant.

Pas comme la cliente, qui essayait le vert, assorti à ses yeux,

Mais la mère de son fiancé était superstitieuse,

Ou bien, le noir, mais cela lui faisait trop penser à « La mariée était en noir. »

Et puis, oh, si sa belle-mère n’était pas…le rouge; vulgaire, non?

« Permettez madame, le vôtre me plait bien;  il me va bien n’est-ce pas? Je le prends.

Et avec mes cheveux, ce bleu! Et les cerises, on en mangerait.

Mais qu’est-ce qui vous prend? Vous êtes folle!

Elle est complètement folle! Elle mange mes cerises.

J’en veux pas de votre chapeau, reprenez-le. »

Elle se planta devant le miroir.

C’était bien ce chapeau qu’il lui fallait.

Et les cerises étaient délicieuses.

 

 

 

 

 

 

Publicités
Catégories : Miletune | Un commentaire

Prédestination

Ecrit pour miletune Sujet 14/2018

source image – clic

Le mot à insérer facultativement est : PROFIL

Prédestination

Je les vis,

Je les vois,

Je les avais bien vus.

Je me frottais les yeux.

La même image, au fond de ma rétine, apparut.

C’est à cet instant que tout se joua.

C’était décidé, détective, je ferais.

Sitôt,  me mis en quête d’un local approprié.

Cela aurait dû être chose aisée.

D’autant qu’avec mes dons d’ubiquité,

Je me faisais de la recherche, une idée,

Où tout ne serait que simple formalité.

Las, je ne compte plus,

Le nombre de portes claquées,

Les interminables journées,

Devant diverses annonces, passées.

 » Bail à céder. », « Local à louer. »

Enfin, je trouvais:

Ma démarche, expliquais.

« Jeune homme, d’adresse, vous vous êtes trompé.

Pour ce que vous révélez,

Je ne peux, à mon grand regret,

En rien, vous aider. »

Tout cela, dit, derrière un globe violemment éclairé,

Des mains gantées, au-dessus, posées.

Nous échangeâmes, moi, beaucoup de billets,

Elle, un carton imprimé.

Je me rendis à l’adresse indiquée.

Une secrétaire aimable, m’accueillit.

Attendre un instant, me dit.

On m’appela,

Un homme me sourit.

Et là! subite révélation !

C’était eux !

Devant moi rassemblés.

J’allais leur faire part de ma découverte,

Je compris, les sens en alerte,

Que j’allais à ma perte.

 » Hors d’ici ! Fichez le camp ! »

Pour une fois, je n’attendis pas mon reste,

Pris la sortie d’un pas leste.

Je les avais trouvés, mes premiers amants.

Je ne m’étais pas trompé,

Le profil, j’avais, c’était certain,

De détective, je me fis cartomancien.

Aujourd’hui, mes talents, je développe.

Détective révélateur,

Je profile, agent double voyeur,

Pour filature et point de vue.

Catégories : Miletune | Un commentaire

Raconter des salades

Écrit pour miletune, Sujet 13/2018

 

 

images Archibald – montage Mil et une

Raconter des salades

A la terrasse d’un café,

Je prenais mon petit déjeuner,

Rêveusement tournant une cuiller,

Dans ma chicorée, d’un nuage de lait,

Agrémentée.

Il me rejoignit, moustache frisée,

Lueur tendre dans des yeux,

A faire fondre un iceberg.

Me dit se rendre à Trévise,

Retrouver une belle romaine,

Rencontrée à Batavia.

Mon coeur de chicon, un instant chaviré,

Il me fit remarquer, de ma santé,

Inquiet et alerté,

Que d’endive, ma peau,

La couleur avait pris.

Si mes pensées, il avait pu lire,

Mon sourire, les démentant,

Sur le champ, en  aurait été terrassé,

Mes yeux, tels lance-roquettes,

L’auraient volontiers exterminé.

Ne sut rien de tout cela,

Laissant, en me quittant,

Idées amères,

Qu’aujourd’hui encore,

Je mâche, et remâche.

 

 

 

Catégories : Miletune | 6 Commentaires

Ah, ça ira…

Ecrit pour miletune Sujet 12/2018 – du 24 au 31/03

(source le web)

Le mot à insérer facultativement est : ODYSSEE

Ah, ça ira…

On parla de changer la société.

Des camarades installèrent des barricades.

Y‘en a qui brandissaient des drapeaux,

Syndicats prirent le train en marche.

Soulèvement général

Ébranlement de toutes les bases

Enfin, on avait la parole.

 

Catégories : Miletune | 3 Commentaires

Il m’attendait

Ecrit pour miletune, Sujet 09/2018

 REGHAL – clic et clic

Le mot à insérer facultativement est : EMOTION

IL M’ATTENDAIT

Il m’attendait,

Le moulin savait,

Qu’un souffle de vent,

Pris dans les ailes, avait murmuré.

Cette masure, son dernier refuge,

L’avait adopté,

Lui, l’homme des aventures,

Celui qui avait tant chevauché,

S’était enfin arrêté.

Je le voyais,

Émotion longtemps ignorée,

Il m’avait cherchée,

Je m’étais détournée.

Pauvre fou !

Le moulin savait,

Qu’un souffle de vent,

Pris dans les ailes, avait murmuré.

Jusque vers moi, Dulcinea, transporté.

Et par les monts, j’avais chevauché,

Pour ce Don Quichotte,

Qui, dit-on, m’avait aimée.

Il m’attendait.

 

 

 

Catégories : Miletune | Un commentaire

Dépouillage

Ecrit pour miletune Sujet semaine 03/2018

 

Jono Dryclic

Le mot à insérer facultativement est : CARTON

Dépouillage

– Au secours, maman ! Une drone d’araignée me vole mes idées.

– Mais non, mon chéri. C’était juste un cauchemar. Et puis, rassure-toi, il y a longtemps que tes idées…

– Quoi, mes idées ? Oh, non, ne me dis pas que…

– Il le fallait mon chéri. Je n’ai pu m’empêcher de vider ton carton.

– Mais qu’est-ce que je vais devenir sans elles ?

– Comme moi, mon chéri, un robot.

 

 

 

 

Catégories : Miletune | 3 Commentaires

Miletune

Ecrit pour miletune, Sujet 01/2018

Yto Barrada – source image – clic

Le mot à insérer facultativement est : COULEURS

Les nouveaux commandements

J’avais ouï lire, un certain jour,

Effeuillant un coquillage muet, ceci:

On devait regarder avec son oreille.

Tu parles d’une gymnastique.

Car ayant consulté mon arbre généalogique,

Je n’avais trouvé ni Guerrier Gourmand,

Ni Fleur des Champs.

Quelques efforts plus tard, ma joue contusionnée,

Mon nez écrasé, l’oreille dentelée,

Je dus me coucher sur le côté opposé.

Le lendemain, yeux en poche, nez plat,

Oreille faisant le guet,

Je ne sentis rien.

Et pour cause, ma bouche n’avait rien compris.

Car les goûts  appartenaient au domaine de l’odorat.

Qu’il faut goûter à tout,

Je n’en faisais pas un monde

Mais là, cela dépassait mon entendement,

Qui en voyait de toutes les couleurs !

Comment donc, faire maintenant

Pour aller  à vue d’oeil,

Sans se perdre de vue.

Fallait-il s »en battre les oreilles,

Voire s’en tamponner le coquillard ?

Et avec tout ça ne plus faire la fine bouche,

Lorsque je serais embrassée,

A bouche que veux-tu,

Par le premier inconnu ?

Dormir sur mes deux oreilles,

Ou que  d’un oeil,

Bouche cousue ?

Je mis le coquillage dans ma poche,

Avec mon mouchoir dessus,

Sans ouïe dire à personne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : Miletune | Poster un commentaire

Mauvaise rencontre

Ecrit pour miletune Sujet semaine 46/2017

Michel François – clic

Le mot à insérer facultativement est : NUANCE

 

Mauvaise rencontre

Gouffre sans pensée,

Ignoble regard éteint

Anus obscène,

Ton insondable trou noir,

Happe la vie.

 

 

Catégories : Miletune | 3 Commentaires

Tradition

Ecrit pour miletune Sujet semaine 13/2017

Image Mil et une

Le mot à insérer facultativement est : ECOSSAIS

Tradition

Madame et monsieur se prélassent, admirant l’uni soyeux du  drapé  bleuté, s’amusant des remous velours côtelé,  tandis que le yacht nuptial dessine immuable de longues rayures mousseline  blanche, s’étalant au ras des eaux,  jusqu’à se perdre à l’horizon voilé de gaze bleuissante.

Et moi, enfermée dans la cambuse, je ramasse les petits pois, roulis et tangage assurés, pour  le  traditionnel ragout.

Je me farcis une panse de brebis, sa laine, pur shetland, je l’ ai tissée, m’en suis fabriquée un poncho.

Ce soir, robe à carreaux aux couleurs du clan de la famille de monsieur, tablier blanc pur coton, je servirai un festin.

C’est fête et résonneront cornemuses,  whisky et toasts portés, kilts et tartans seront de sortie pour écouter, dire, applaudir et chanter l’Ode au haggis, et en célébrer l’auteur, Robert Burns, le grand poète écossais.

Catégories : Miletune | Poster un commentaire

Les mots courants d’air

Ecrit pour miletune Sujet semaine 11/2017

Pawel Kuczynski clic et clic

Le mot à insérer facultativement est : FANTÔME

Les mots  courants d’air

Il me dit des mots graves, légers comme vol au vent,

Il me dit aussi la passiflore, offrant sa croix au baiser aile de  papillon,

Le rouge-gorge, clin d’oeil à l’églantine rosée,

Il me dit, tout ce qu’il me dit, murmures sans entraves,

L’envol des mots doux, si faciles à oublier,

Les parfums à venir,

Herbes folles où reposer ma tête,

Il me dit un monde arc en ciel, traversé de nuages accroche coeurs,

Fantômes de cerf-volants,

Epris de grand large.

Il me dit tout cela, oui,

Dans le creux de l’oreille,

Un jour, en passant,

Faisant de  moi le colporteur  de rêves envolés.

.

Catégories : Miletune | 4 Commentaires

Propulsé par WordPress.com.