Une phrase

Divagations océanes

Ecrit pour UNE PHRASE, UN TEXTEUne phrase, un texte #5

Cette semaine, nous partirons sur un extrait de « Zou« , d’Anne-Véronique Herter.
Voici :
Qui suis-je maintenant ? Comment dire d’où je viens et où j’aime aller si je n’ai plus la base de mon histoire pour m’y appuyer ?

Divagations océanes

Qui suis-je maintenant ? Comment dire d’où je viens et où j’aime aller si je n’ai plus la base de mon histoire pour m’y appuyer ?
Base de mon histoire, base de mon histoire, ne cessais-je de me répéter.
Base de…mon hist…C’est le B-A, BA de toute ma vie.
C’est l’ « être ou ne pas être », mieux « to be or not to be », ou bien encore « aide-toi, le ciel t’aidera ». Oh, moi, tu sais le ciel…pourvu qu’il soit bleu, le reste…
Voilà, c’est un bon début, ça. Le ciel bleu, essaie de te souvenir pourquoi tu as envie de ciel bleu. Je crois, à cause de la mer ; bien, très bien, continue. « La mer sans arrêt roulait ses galets. » Bof, pas terrible, les galets, ça fait mal aux pieds. Je préfère la douceur de la farine, enfin, cette sensation de marcher sur du sable doux, doux, doux, à perte de vue…Alors, cette mer ? Plutôt un océan, bleu, bleu, bleu…pas tout à fait bleu, je dirais camaïeux de bleus, transparences turquoise des rouleaux, qui s’écrasent sans fin sur la plage, sur cette plage où j’aime tellement me perdre et me retrouver. Te perdre ? Oui, bon, enfin, c’est façon de parler…je veux dire, tout oublier.
Voilà, tu t’es retrouvée ; sur la plage, « sans chemise, sans pantalon » …Ah, non, parce que j’y vais aussi en hiver, et là, il fait un peu frais. Je traîne bien mes pieds dans l’eau, mes orteils sont glacés, mais « que je t’aime, que je t’aime »…Qui ? Moi ? Mais non, l’océan ! Tu t’aimes quand-même un peu ? Oui.

Mais…Mais? Non, rien. Une autre fois.

Publicités
Catégories : Jeux d'écriture, Les mots biographent, Une phrase | 3 Commentaires

Propulsé par WordPress.com.