Agenda ironique de juin 2017

imagesProposé pour le thème  objet et objectif, proposé par les narines des crayons…

Objets Objectifs(ou Objectif Objets, cela marche aussi)

Mais si les objets, à leur tour, parlaient… de nous ?

Imaginez la verve d’une lampe, d’une assiette ou d’une vieille godasse et son regard posé sur les humains que nous sommes.

Une petite contrainte pour la route? Vous devrez glisser à l’intérieur d’un texte en prose plusieurs alexandrins disséminés ça et là, mais qui, mis les uns à la suite des autres, formeront un poème en rimes plates, croisées ou embrassées.

 

…un texte écrit pour Copie Double, le 12 janvier 2013( le thème portant sur les crayons) et légèrement remanié (alexandrins obligent)

 

Aller jusqu’au bout

Ouvrons la boîte aux crayons.

C’était il y a longtemps, mais je m’en souviens comme si c’était hier.

Toute menue,  joues rougies de froid, elle entra. Dans la papeterie, elle me choisit, moi, aux facettes marbrées de rose.   Egalement,un petit carnet acheta.   Dans sa pochette, nous rejoignîmes un crayon à lèvres grenat, un crayon khôl, ainsi que deux autres objets inconnus. Je ne tarderais pas à connaître leur destinée.

Placés sur son bureau, ma robe assortie à la couverture du carnet, nous côtoyions divers objets, livres, crayons, et une photo. Elle la regarda longuement, soupirant. Je vis tomber une larme. De moi, se saisit,  une lettre gravant sur chacune de mes facettes. A Elisa, j’appartenais dorénavant.

Fier, inscrivis dessus le carnet, ce nom-la. A l’intérieur: Journal commencé le…

Ainsi, nous vécûmes de longues années, au cours desquelles je fus témoin de nombre d’émotions, joies et peines. Mais ceci, entre elle et moi,  secret restera.

Sans me lasser, des kilomètres et des kilomètres de pages, blanches, couleurs, petits ou grands carreaux, à dessins ou millimétrées, je parcourus. Orthographiquement, quelques fautes sema. Jamais,  les lui signaler, n’ai osé.

Souvenez-vous, dans la pochette, ces deux objets, dont j’ignorais l’usage. L’un deux, nommé gomme, très utile dans ces cas-là, corrigeait proprement mon travail. Mais une gomme se doit de rester propre et veiller à ne déchirer ni froisser le papier.

J’eus le plaisir d’écrire anglais, allemand; mais aussi un peu hongrois,  même cyrillique. Ces dernières, les croiser, c’est d’un  amusant! Tout un monde de mystères se cache derrière leurs signes. Ecrire le roumain, cette langue chantante, qui roule si bien les R. Me régalant, de les tripler en les notant.

Quelques moments difficiles, il m’arriva de vivre.

Ma mine épuisée, la découvrant, Elisa,

Me tailler, croyait bien faire, dans ce cas-là. Je n’appréciais nullement. Coincé par un  barbare instrument. Souvenez-vous, je l’avais rencontré au tout début, le côtoyant dans la pochette. Cela s’appelle un taille-crayon.

Je vous explique. Dans un entonnoir glacé, coincé à s’en étouffer, on vous fait tourner,  à vos oreilles grinçant, votre belle robe entamant et vos couleurs grignotant. Ressortant de là, soulagé mais épuisé, et ayant perdu quelques millimètres, tout de même!

Et lorsqu’ à un étourdi, un jour,  me prêtant,

Celui-ci pour prendre des notes, rien n’ayant,  l’idée, que, mine de rien, je ne disparaisse dans la poche de ce dernier, me fit trembler.

Maintenant, plus de journal intime, ni langues étrangères, mais mots croisés, fléchés, énigmes…

Au début, enfermer des lettres dans des cases, je ne compris pas. Rapidement, je saisis qu’elles n’étaient pas prisonnières, mais se complétaient, formant astucieusement des mots, et ce, en tous sens. C’est passionnant.

Au sudoku, j’ai renoncé. Subir, du taille-crayon, la torture, pour les lettres, je suis d’accord, mais pour les chiffres, ça! Jamais!

Aujourd’hui,de plus en plus,  loin de tous  tracas, je me repose. De même que ma maîtresse, j’ai rapetissé. Sa peau parcheminée a gardé quelqu’éclat. La mienne me fait, de papier mâché, la mine. Voilà toute ma vie.

A propos de taille-crayon, savez-vous comment, parfois, il est  appelé?

Aiguise-crayon; rien que de l’écrire, mauvaise mine, j’attrape.

Que cela, d’envies d’écritures, ne vous prive pas.

Quelles que soient les circonstances, pensez à utiliser un crayon, aussi modeste soit-il, tout comme votre serviteur.

Foi de caran d’ache!

 

 

Publicités
Catégories : Agenda Ironique | 16 Commentaires

Navigation des articles

16 réflexions sur “Agenda ironique de juin 2017

  1. J’aime beaucoup ce crayon qui n’ose pas signaler les fautes d’orthographe 😉
    Et j’aime aussi les alexandrins où le verbe se retrouve à la fin : charmant et d’un autre temps
    Bon dimanche 🙂

    • Merci Valentyne. Le texte que tu as lu était inachevé, le crayon étant parti gratter un autre jardin…est revenu à ses premières amours, griffonner quelques mots, et terminer ses mémoires.

      • Je suis venue relire (j’aime beaucoup en plus le passage sur les mots croisés et les lettres qui ne sont pas prisonnières mais se complètent 🙂

  2. Pingback: Agenda Ironique de Juin- Les textes! – Les narines des crayons

  3. C’est très joli, ce crayon d’Elisa!

    • Flute, mon texte n’est pas terminé!!!!
      je l’avais programmé à l’avance, mais il n’est pas terminé!!!

  4. Pingback: L’agenda ironique de Juin – Les votes! – Les narines des crayons

  5. mon ordi intelligent te fait rire mais là tu as encore plus fort 😉
    hé oui, je me répète, l’écriture est le plus bel espace de liberté!

  6. Ce coquet crayon est en fait un maître Jedi. L’aiguise-crayon n’a qu’à bien se tenir ! C’est lui qui risque de se faire tailler le portrait. 🙂

  7. Pingback: De l’objectivité de l’objet, suite (quand les urnes parlent) | Carnets Paresseux

  8. Ah l’odeur des crayons !!! je m’en soule ! Bises

  9. Se faire tailler la mine, ah, quel sort !
    A éditer un tel monologue, je sens le soulèvement de crayons arriver, et au fond, je ne leur donnerais pas tort. Réduire au quart, au tiers, au demi-tour voire au tour complet, quel destin.
    Choisir le silence ou bien la réduction de taille jusqu’à disparition complète, quand on y pense.
    Ah Jacou, quel point de vue tu nous offres avec ce texte !
    Ce pourrait être un fameux point de départ d’une saga graphite joyeusement menée en nuances de gris.

  10. Peut-être à l’hospice des crayons tu finiras mais toujours la force en toi auras ! Et dans notre mémoire, traces tu laisseras.

  11. laurence délis

    Un Caran d’Ache ! J’en ai beaucoup usé, je l’avoue, le taille-crayon a été très sollicité aussi. Pour moi, ils sont les meilleurs crayons qui existent.
    Bravo, voilà une bien jolie façon de voir la merveille que représente cet objet !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :