Cadavre exquis quatrième

Ecrit pour Cadavres exquis, Incipit n°4, chez l’Ecrevisse
Un vent noir hurlait par la portière de la carlingue. Parise, sanglé, inclina son crâne chauve vers le fleuve. On distinguait à peine l’eau boueuse du Rio de la Plata qui se déversait depuis l’embouchure.

Caryl Férey, Mapuche

 Les essuie-glaces fatigués laissaient couler des ruisseaux de pluie, colorés parfois d’une lueur brouillonne. Était-ce un phare? Faute d’apercevoir une piste, Parise révisa ses notions de code maritime. « Éclair long/ Éclair court/ Compter un-deux-trois/ Éclair long/ Éclair court/ ». Bingo, se réjouit-il.

 

Pour découvrir la suite avec  tous les textes proposés, cliquer sur l’oeuvre surréaliste de Dali

 

Publicités
Catégories : CADAVRES, EXQUIUS | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :