Mon enfance passa

Ecrit dans bricabook, proposition 125.  Photo de Marion Pluss.

Proposition 125fille

Mon enfance passa

Quoi ma gueule ?
Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?

Regardant cette photo, ces mots me viennent à l’esprit.
C’était une journée, comme tant d’autres. J’allais chez ma grand-mère.
Il y avait la basse cour, les poussins si doux à caresser, dénicher les œufs, un peu partout dans le jardin, sous les buissons.
Il y avait Roselyne, la truie, les porcelets ronds et dodus, assoupis après avoir tiré longuement les pis maternels.
Les vaches de l’étable, Jeanne, Marion et Suzy, les petits veaux, un peu sauvages.
Le soir, on les rentrait, suivant le chemin bordé de mûriers, ronces et noisetiers.
Il y avait le noyer, fruits prometteurs, quelques noix tombées sur le sol, bogues noircies et les doigts aussi.
Il y avait le pré, incliné jusqu’au ruisseau, des glissades et roule barriques jusqu’en bas, les taupes avaient laissé des petits tas de vermicelles terreux.
Il y avait « aller aux lapins », revenir les bras chargés d’herbe fraîche, quelques trognons de carottes glissés dedans.
La mare, les têtards frétillants dans la main, vite relâchés dans un déluge d’eau éclaboussante.
Et puis il y avait toi, ma mère ; le matin, ultime recommandation : « Sois sage, ne fais pas de bêtises. » Un bisou rapide;  elle repartait au volant de « sa petite auto, avec son petit chapeau », vers son travail, pressée comme toujours. Revenait le soir me chercher.

Quelque chose qui ne va pas ?
Elle ne te revient pas ?
Oh je sais que tu n’as rien dit
C’est ton œil que je prends au mot
Souvent un seul regard suffit
Pour vous planter mieux qu’un couteau

 

 

Publicités
Catégories : Jeux d'écriture | 5 Commentaires

Navigation des articles

5 réflexions sur “Mon enfance passa

  1. J’aime bien comment tu as abordé ce sujet. Une journée dans une ferme où on est tout crotté. Un peu de douceur dans ce monde rude.

  2. trezjosette2

    Cette photo m’a aussi fait penser à l’enfance à la campagne ici la maman semble avoir mis sa fille en nourrice dans la ferme…le coup de couteau final est très bien vu.
    belle réflexion

  3. J’aime bien aussi l’angle de vue ! 🙂

  4. Pauline

    Bel écrit. Description bucolique d’une scène de l’enfance qui marque à jamais l’adulte…

  5. Pingback: Une photo, quelques mots, Leiloona & moi #08 | TWENTY THREE PEONIES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :