AGENDA IRONIQUE DE JUILLET 2017 bis

Ecrit pour le thème de l’agenda ironique juillet 2017, proposé par

La perte en une phrase

Dégringolade

Perles roulent, déboulent, coulent de source, ironique destinée d’une phrase apprise par coeur, il y a longtemps, j’étais petite ou bien, je ne sais plus, je ne sais quand, tout ce que je retiens est le souvenir de mains façonnant l’argile, malaxant, pétrissant la pâte molle, doigts agiles, attentifs à la matière, tournent et retournent, inventent sans fin ces billes colorées de mille façons, et moi, je les choisis une à une, l’entrechoc cristallin n’ayant d’égal que le plaisir de percevoir sur ma peau, le fini lissé, avant de les glisser soyeuses sur le fil, une à une, grain à grain, qui là, devant moi, s’écroulent, éclats encore vifs de ces boules rebondissantes, martelant le carrelage, hésitant sur le chemin à suivre, un instant irisant un rai de soleil aventureux, morne journée gibouleuse, traçant ce ruisseau mouvant, joyeux, quand patatras, il entre, pose un pied aveugle, irrespectueux de ces joyaux, se retrouve,  lente envolée de bras et jambes écartés, au raz du sol, nez sur les intruses, yeux furibonds, ramasse une de ces »on n’a pas idée de laisser trainer ces trucs, je vais te les mettre à la poubelle, et on n’en parlera plus », et joignant le geste à la parole,- moi, sidérée, le regardant faire- il vise la corbeille à papier, ploc,  le bras soupèse, ploc, leste, ploc, s’enhardit, ploc, ploc, ploc, alors je m’interpose, lui me disant que je cours à ma perte, plo-oc, inutile d’insister, plo-oc, raté encore une fois, et puis, je ne sais ce qui me prend, ploc, je lui renvoie la perle, ploc, en plein dans le mille, ploc, ploc, ploc, ploc, ploc, ploc, ploc…ma main ne rencontre plus que le vide, toc, toc, toc bat mon coeur, non ce n’est pas lui, ou bien, je ne sais plus, je ne sais quoi, tout ce que je retiens est le souvenir perdu d’une phrase, les mots égrenés comme les perles de ce collier, qu’il m’avait offert, un jour de pluie, on aurait dit un soleil, il était beau, il me souriait, il me disait, comme c’était joli ce qu’il me disait, et crac, cassé, le fil,  échappés, les mots, déliés, bousculés, jetés en désordre, cahots, fracas, chutes, il est tombé, je l’ai,…la phrase, je l’ai tuée!

 

 

Publicités
Catégories : ANNUAIRE POUR LES NULS | 6 Commentaires

Navigation des articles

6 réflexions sur “AGENDA IRONIQUE DE JUILLET 2017 bis

  1. Jacou m’a tuer ! (enfin, cette belle et drôle cohorte de mots en perle 🙂 !

  2. Terrible ce récit qui laisse pantois !

  3. Pingback: Le temps des cerises – Nervures et Entailles

  4. Pingback: Vingt-deux phrases perdues en juillet | Carnets Paresseux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :