Jeux d’écriture

Exils et souvenirs

Ecrit pour mil et une, sujet semaine 51

 

Öèôðîâàÿ ðåïðîäóêèÿ íàõîäèòñÿ â èíòåðíåò-ìóçåå Gallerix (http://gallerix.ru)

Zinaïda Serebriakova* – clic 

 

Exils et souvenirs

-Tu te souviens, maman, ce jour où tu as peint ce tableau ?
– Oui, ma colombe, je m’en souviens très bien.
– Et tu te souviens que chaque fois qu’il y avait de la soupe, je mettais ma main dans l’assiette.
– Tu disais toujours : « J’ai pas faim » ou « J’ai mal au ventre ». Mais tu finissais quand même par l’avaler. Et les grimaces, que tu faisais.
– Oui, et Zhenia, non plus n’aimait pas trop cela. Il buvait toujours un verre de sirop, avant de la manger.
-Il n’y a que Sasha qui l’aimait. Il mangeait de tout ; avec bon appétit. Il faut reconnaître que les soupes de Baba étaient un délice. Mais les enfants font souvent la grimace, pour la soupe. Cela fait si longtemps que je n’ai vu mes grands. Quand vais-je enfin pouvoir retourner dans mon pays ? Heureusement que Sasha et toi avez pu me rejoindre.
– A moi aussi, ils me manquent, petite maman.

* Pour en savoir plus, cliquer ici Zinaïda Serebriakova

Catégories : Jeux d'écriture | 2 Commentaires

Un cirque

Ecrit pour mil et une, sujet semaine 25 ob_5ef392_arturo-michelena-00

 Arturo Michelena >>> clic

Un cirque

Cirque tourne boule roule.

Clowns tristes ou gais

Les cerceaux attendent leur tour

Tour de piste en équilibre

Cirque tourne boule roule.

La roue fortune montre ses couleurs

Maquillage blafard, dernières retouches

Pour un spectacle, public innocent

Cirque tourne boule roule.

Collerettes et tutus blancs

Sous le chapiteau dansez, obéissez

Dans les coulisses se préparent

Saltimbanques magnifiques

Cirque tourne boule roule.

L’Auguste amoureux de la danseuse

Entrez entrez en scène

Racontez nous des images

L’irréel de nos vies, voyages en magie

Emmenez nous dans un monde nouveau

Où le simple et l’exploit sans cesse se côtoient.

Cirque tourne  boule roule.

Catégories : Jeux d'écriture | Un commentaire

Espoirs

Ecrit pour un mot, une image, une citation

Un mot:nounou
Une image.
Ariane4

Image du Wikipedia

Une citation.
Un homme sans chagrins n’est pas un homme. – Proverbe turc

 

 

Espoirs

Mesdames et messieurs, Germain Fard, qui nous fait le plaisir d’être ce soir parmi nous.

Je vous remercie de votre accueil si chaleureux.
Voilà, je suis devenu astronaute, à cause d’un nounou ; oui, mesdames et messieurs, vous avez bien entendu, à cause, ou plutôt grâce à un nounou.
Petit garçon, j’avais cinq ans, je perdis Nounou.
J’étais très malheureux, je le cherchais partout. Un jour comprenant que je ne le retrouverai pas, je me dis qu’il était au ciel. C’est ainsi que l’on m’avait expliqué la disparition de mon grand-père. Cela me fut une sorte de consolation. Je me mis à scruter le ciel, à essayer de deviner sur quelle étoile il vivait.
On m’offrit une lunette astronomique. Je contemplais tout ce que je pouvais, au moyen de cet instrument. Croyant apercevoir Nounou, mais en vain. C’était les débuts des spoutniks, avec l’envoi de chiens, cette pauvre Laïka, qui a tant souffert, avant de mourir ; il y eut Gagarine ; puis les américains ; j’eus bien envie d’écrire à tous ces astronautes, cosmonautes, mais je n’ai jamais osé.
Une évidence s’imposait ; pour retrouver Nounou, je serai astronaute.
– Avez-vous retrouvé Nounou ? demanda une petite fille, dans l’assistance.
– Oui, je l’ai retrouvé.
– Et vous l’avez ramené ?
– Figure-toi qu’il a préféré rester là-haut. Il vit sur une autre planète, avec d’autres nounous. Il s’est fait des amis. Il était content de me revoir ; il m’a dit que j’étais trop grand, maintenant. Et il sait que j’ai rencontré un autre nounou, qui me rend heureux.
– Et comment elle s’appelle cette planète ?
– La planète IL ETAIT UNE FOIS.
– Tu crois que je pourrai y aller, un jour ?
– Bien sûr, quand tu seras devenue astronaute.
– C’est quand ?
– Tu verras, ça va très vite.
– Alors, il faut pas que je perde Nounou, en attendant.

Catégories : Jeux d'écriture | Poster un commentaire

Si Pierrot me prêtait sa plume…

…voici ce que, au clair de la lune, je vous écrirais.

2215567537Ciel, mon mari et moi, nous connaissons depuis une infinité d’années;  notre rencontre remonte  à la nuit des temps.

Je me prénomme Céleste, Voute est mon nom.CIELchamanevouteceleste

De notre union, est née une myriade d’enfants.

???????????????????????????????????????????????????

Tous ne figurent pas sur ce tableau. Ce jour-là, certains lassés par la durée de la pose ont préféré filer.

Les Terriens les appellent étoiles filantes. Comme le veulent leurs coutumes,  chaque fois qu’ils en voient une, ils doivent faire un voeu.

etoiles-filantes-1872-Guillemin

Un peintre, ce jour là, les a représentées, tel un véritable feu d’artifice. Une invention terrienne, que nous apprécions beaucoup, certains soirs.

CIELFEU1919642_719605574763066_7627870003843927566_n

Notre vie est parfois traversée d’orages et de nuages.

Pendant ces périodes sombres, je me console en contemplant ma collection d’oeuvres d’art.

Celle-là, est une de mes préférées.ciel Excusez-moi, c’est une erreur. Ce sont des échantillons nuageux, en cas de sécheresse.

La voici; Van Gogh et sa Nuit étoilée sur le Rhône. Cette robe splendide, son reflet dans l’eau. Je peux la contempler des heures entières, sans me lasser.CIEL800px-Starry_Night_Over_the_Rhone

CIELexp_-signes-des-temps_voute-celeste-wenzel-hablik-c-wenzel-hablik-foundation14_ll100cIELiris-voute-cc3a9leste-en-drippingCIELfrancoisBERTHOU128542083173_art

Nous ne nous ennuyons jamais. Il y a tant de choses à voir. Objets Volants, Nom Inconnu.

OVNIs, nous les appelons.

En voilà, justement un qui passeVoyage a la Lune, un autre plus au sudCIEL494059475.

Celui-ci, je l’ai déjà vu, il y en avait plusieurs; c’était la nuit. J’ai d’ailleurs pris une photo.

CIELmyuQ7WdFcOtGEYSxhPXNynw

Nous sommes entourés de curiosités. Tenez, voyez cette planèteCIEL081215042101443072878474

Quelle activité! J’en ai le tournis.

CIEL rotation de la voute célesteaaa221Excusez-moi. Cela va mieux.

Un OVNI, là-bas!CIELPAGE_GetMedia.awpCIELbadmintonon dirait qu’il est suivi!

Oh! Que je m’amuse! Ils doivent faire la course!

Je ne vous ai pas encore montré mon collier.

CIELPhaselunaire

Il est beau, n’est-ce pas?

Le soleil nous gâte, aussi, avec ses éruptions.CIELEruption solaire

Il se passe toujours quelque chose,  chez nous.

Tenez, il y a de cela des siècles, nous avons assisté à une pluie de chiens et de chats; ils sont tombés en Angleterre; en France, il a plu  des hallebardes, des cordes .

CIELSsNs0yNfzEf67k4iRAOWI8t2FuvQUn auteur de bandes dessinées, s’en est inspiré pour  créér une histoire intitulée « Il pleut des hot dogs »

00On renvoie toutes sortes d’ objets; me croiriez vous si je vous disais qu’un jour nous avons assisté à un vol de chaussures. Nous les avons jetées vers la Terre,CIEL28_avril_objets_volants_2_3601 pensant que là-bas, bien des gens en auraient  besoin.

Il paraît que les gaulois avaient peur que nous leur tombions sur la tête. Mais nous sommes très bien là-haut. Tant de distractions, d’activités, de curiosités. bailly

Tiens, un autre!CIEL20080806_airplane_33. Il en passe très souvent. Je me demande à quoi ils peuvent bien servir, ces OVNIs là.

Les gaulois, c’est une chose; voici comment, au cours des siècles, les humains de la planète Terre nous imaginaient.

CIEL VIKING8_7h7t3cIEL1709CIELgravure3Papyrus ZodiaccIEL3096962261_1_3_MJBHp6fRCIEL le géant pangudscn1573-1ciel-carnet-cartesCIEL124CIEL GRECEtortue2 CIELdor_067CIELNebraVouteCeleste CIELvoutecIELnout_chou CIELeae65b878f,

et cette splendeur.

cIELrubens

Qu’ajouter après cela…?

Ce poème

VERLAINEindex

PS: je viens d’apercevoir Pierrot.

PIERROT46x33-pierrot_de_la_lune_pm

Il a bien voulu me prêter  sa plume,

pour que je puisse écrire le mot PIERROTjournaux-livre-1FIN.

 

 

Ecrit pour mots en balade chez Evalire. Vaste et mystérieux, on lui prête un grand pouvoir d’hébergement…Décembre me semble favorable pour lui rendre hommage; le mot du mois sera CIEL

CIELf1.highres

Catégories : Jeux d'écriture | 5 Commentaires

Correspondances noëlliennes

Cher Noël

Tu dois être étonné, après bien des années, de recevoir une lettre de moi.

Je t’explique. J’ai un devoir à rendre pour le vingt décembre.

Voilà le sujet: « Noël, pourquoi j’aime ou je déteste. »

Je suis un peu embarrassée, ne sachant pas trop quoi dire. Alors j’ai pensé que si tu voulais, tu pourrais peut-être m’aider.

NOEL i8magesBon, je sais qu’en ce moment, tu as beaucoup de choses à faire. Tu dois penser que j’exagère, que je t’ai plus jamais écrit, ni même dit merci; et maintenant je t’écris, pour te demander unNOELk7xm6349 service.

Je te promets de pas l’oublier et de te donner de mes nouvelles, au moins une fois par an.

Merci de me faire le cadeau,  de bien vouloir m’aider.

Jacqueline

NOELpere-noel-066Chère Jacqueline

Très content de recevoir de tes nouvelles, après tout ce temps.NOEL CADEAUfrise-autocollante-velours-cadeaux

Je constate que mes cadeaux, livres, stylos, dictionnaires t’ont bien servis, un peu moins, le papier à lettres.NOEL CADEAUfrise-autocollante-velours-cadeaux

J’ai moins de travail que tu ne pourrais l’imaginer, j’ai installé un peu partout en Europe des Marchés.

SAPIN PLACE KLEBERNOELvn51-007NOEL10c97681d1087ea49d357895e958de92NOEL532681noel1-300x224

Pour le reste du monde, mes confrères ont fait de même; du moins dans les pays où règne la paix.

A ce sujet, nous nous rencontrons régulièrement. Nous débattons sur des sujets très graves, très NOELSimageshumains, tels que la famine, la santé, l’illettrisme, la peine de mort, les violences, tortures et emprisonnements; sur le manque de liberté de paroles, le racisme, l’intolérance…

NOEL3199965873_1_22_Q5OPPimCTu vois, il y a toujours quelque chose à faire. Et ma journée du vingt cinq décembre n’y suffit pas.

Ai-je répondu à la question? J’espère de tes nouvelles. A très bientôt.

NoëlNOELvign-coloriage-pere-noel-je4_bhm

 

 

NOELfrise-p-noelNOELfrise-p-noelNOELfrise-p-noelNOELfrise-p-noel

 

Cher Noël

Merci pour ta réponse. J’y vois un peu plus clair, maintenant pour écrire mon devoir.NOELpere-noel-lisant

Tu me fais là un très beau cadeau.

A très bientôt. Au vingt cinq, j’espère? .

Jacqueline

PS: je me souviens que tu aimes bien les pommes. Tous les ans, j’en accroche une au sapin, au cas où tu passerais.NOEL59873250

NOELn3lnd9tu

NOEL785010063a27fcc2ed2fXXLNOEL59873250

 

 

 

 

NOELpere-noel-1e44e6Chère Jacqueline

Cette année, je tâcherai de faire un crochet par chez toi. Mais je ne suis pas sûr de pouvoir rester bien longtemps. Merci pour la pomme. Celles des autres années étaient délicieuses.

Je l’emporterai et la savourerai pendant mes vacances au soleil. Toute cette neige, j’ai envie de voir autre chose. Tchao!noel_pere_noel020-copie-1Cher Noël

Merci pour tout. Grosses bises. Passes de bonnes vacances.NOELob_f2e68ac1ef9aa0f2774522ed8effdcda_noel5

Reviens vite.

Jacqueline

PS: j’ai fini mon devoir pour le Défi du 20 décembre.

Je le publie sur mon blog et l’envoie chez Soène.

nOELsbqkqcpc

Catégories : Jeux d'écriture | 4 Commentaires

Vie d’avant

Ecrit pour écriture créative Décembre s’achève, et la nouvelle année approche à petits pas…Ces quelques vers m’ont guidée vers la proposition n°121 qui viendra clôturer cette année riche en textes ! Avant de tourner la page, je souhaiterais que vous écriviez un poème, à la manière du « Testament », sur tout ce que vous allez laisser derrière vous de 2014 avant d’attaquer 2015 ! C’est une façon de faire le point, de façon poétique bien entendu, de vider votre cœur pour attaquer en pleine forme la nouvelle année !

Vie d’avant

La belle robe verte, en vitrine, admirée
Jamais ne l’ai portée
Sans maquillage, ne me seyait.ROBEimages
Fards à paupières, ai achetés.
Sitôt, mes yeux ont pleuré.
Tout cela ai jeté.
En rideau, la mousseline
Ai transformée.
Escarpins assortis
Il me fallait
Leur prix ruineux
M’y fit renoncer.
Bien sûr, au bal
Ne suis-je jamais allée.
Mon amoureux, de dépit
S’est enfui.
Vers une autre est allé.
Les pas de danse enregistrés,
Les films dans lesquels
On me voyait tournoyer
Tout cela, jamais n’a existé.
J’ai planté là ma vie rêvée,
Vers d’autres cieux, me suis tournée.
Tous ces mirages ai abandonnés
Adieu dorures et clinquants
Masques et célébrités.
La page est tournée.

Catégories : Jeux d'écriture | Poster un commentaire

Au gui, l’an neuf

Ecrit pour écriture créative, Décembre s’achève, et la nouvelle année approche à petits pas…Ces quelques vers m’ont guidée vers la proposition n°121 qui viendra clôturer cette année riche en textes ! Avant de tourner la page, je souhaiterais que vous écriviez un poème, à la manière du « Testament », sur tout ce que vous allez laisser derrière vous de 2014 avant d’attaquer 2015 ! C’est une façon de faire le point, de façon poétique bien entendu, de vider votre cœur pour attaquer en pleine forme la nouvelle année !

Exif_JPEG_PICTURE

 

Si deux mille quatorze, ses promesses avait tenues
Avec regret, ses portes je fermerais.
Des vœux sous le gui, au gui l’an neuf,
Comme coutume veut et le dit,
N’ai rien vu accompli.
Ou ma mémoire s’est enfuie.
Où étais-je ce jour là ?
Dans quelles brumes de l’oubli ?
Alcools, champagne et cotillons.
Effacées, les bonnes résolutions
Envolées,  belles idées, leurs générosités.
Où diable ont-elles bien pu se nicher ?
Etaient-ce châteaux en Espagne,
Rêves chimériques ou insensés ?
De tout cela, plus rien ne sais.
Juste une pensée, pour ce passé
Déjà éloigné, si vite envolé,
Que vivent amitié, amour

Solidarité, toujours.

Catégories : Jeux d'écriture | Un commentaire

Dur, dur de faire le modèle…

Ecrit pour mil et une , sujet semaine 49

Dur, dur de faire le modèle…

ob_68a4c7_escaping-criticism-by-pere-borrel-del.png« N’importe quoi ! Me faire poser comme si je sortais du cadre ; personne ne l’achètera son tableau ! En plus je commence à avoir des crampes. Rodrigo, tu veux te faire des sous, avait dit ma mère. Y’a un peintre qui cherche un modèle. En plus il paie bien. Je voudrais l’y voir, elle, perchée comme un perroquet, au bord d’une branche. Et la paye, des cacahouètes! Va savoir si seulement je vais pas rester tordu, quand la séance sera fini ; enfin quand le tableau sera fini. Parce que je ne dois absolument pas bouger. Tout à l’heure, le nez me chatouillait, je voulais éternuer, parce qu’en plus des courants d’air, il y a une de ces poussières ! Quelle histoire, il m’a pas faite ! J’ai bien tenté de lui expliquer…Ce qui est sûr, c’est que plus tard, je ferai pas modèle, comme métier. Ou alors, mannequin…

Pere Borrell del Caso – clic

 

 

Catégories : Jeux d'écriture | Poster un commentaire

Tristan et Yseult, la suite

Ecrit pour écritoireTitre de Décembre
Pour terminer l’année en beauté, le titre du dernier mois : LA SUITE.
C’’est un exercice peut-être un peu difficile, mais j’ai confiance dans vos capacités d’invention, vous tous avez tous une imagination sans limite : il s’agit d’écrire, en 3 lignes ou 3 paragraphes ou trois ou trente pages la suite d’un livre que vous choisirez parmi ceux qui ont laissé en vous une empreinte profonde. Si le livre n’est pas trop connu, ou s’il est récent, merci de nous donner une idée générale et succincte de l’histoire avant d’écrire votre suite.
Pour corser un peu la chose, il faudrait, si possible, garder à la fois le ton, le style, les personnages et les temps des verbes employés dans le livre que vous prendre en référence. Aussi, n’oubliez pas de nous donner en tête de texte ( en prologue) le titre de l’œuvre dont vous allez inventer la suite, ainsi que le nom de l’auteur, et la date de sa parution.

 

Voici quelques années, je rencontrais Ysabeau de Tintagel. Venue présenter quelques ouvrages anciens, à un festival de musique celtique.
– Tintagel, comme le château de Tristan et Yseult ? Heu, enfin du roi Marc ?
– Tout à fait, répond elle. Je suis une descendante de Tristan .
– Vous, vous…bafouillais-je. Je ne savais que dire. Cette personne n’avait pas toute sa tête, ou bien pire…
– Non, répond-elle en riant. Je n’invente rien. Mon aïeul Tristan de Loonois et Yseult la blonde ont vécu très heureux ensemble encore longtemps ; élevant mon aïeule.
Mais on a préféré faire de leurs aventures, certes dramatiques, une légende convenable et romantique pour l’époque.
Elle me raconta, ce que je vous livre, ici.
SUITE31165_3« Un jour, mon prince viendra…chantonne la petite fille.
Aujourd’hui, seul le père de Flora est son prince. Mais elle sait bien que les petites filles ne se marient pas avec leurs papas. Marraine le lui a expliqué. Marraine sait toujours tout. Elle connaît le secret des plantes qui guérissent, elle sait, de sa jolie voix, consoler les chagrins, et murmurer les plus beaux chants qui soient.
Ainsi Flora a-t-elle appris cette chanson fredonnée par Marraine, s’accompagnant de sa harpe.
Flora, depuis sa naissance, entend cette voix aux accents tendres, mêlée à celle plus grave et ardente de papa. Très jeune, papa et Marraine lui ont expliqué que Marraine n’est pas sa vraie maman ; qu’elle l’aime comme si c’était sa fille. Flora, confiante se laisse bercer par cette charmante dame, si belle, si attachante et attentionnée. Flora, parfois se regarde dans le miroir, espérant ressembler à Marraine. Elle sait bien que ce n’est pas possible ; ses cheveux sont de la même couleur que ceux de son père, ses yeux, aussi. Pour le reste, elle essaie d’imaginer maman ; et si l’ensemble ne lui déplaît pas, elle ne peut s’empêcher de regretter de ne pas être plus belle.
« Parle-moi de maman, demande-t-elle à son père. Est-ce que je lui ressemble ? »
« Oui, ma belle fleur, répond papa, un éclair de tristesse, passant furtivement dans ses yeux.SUITEtiseult.eps
Mais Flora y voit autre chose ; une espèce de regret, retenue d’un secret difficile à oublier.
Un autre jour : « Ta maman avait la peau blanche, si blanche et des mains fines, pareilles à des lys. »
Flora, aux boucles noires, yeux luisant comme deux perles, pose des questions, encore et encore.
Tristan revoit ce jour si proche et si lointain, où affaibli par une blessure, il avait ressenti, fiévreux sur sa couche, cet élan passionné pour Yseult aux blanches mains, sa femme, qui n’était pas encore sienne. Il connaissait l’intensité de son amour, mais ne pouvait oublier l’autre Yseult, perdue et interdite à jamais. Elle avait répondu passionnément à ses gestes, mêlant voluptueusement son corps au sien, le caressant à n’en plus finir, murmurant des mots d’amour et d’adoration.
Quelques semaines plus tard, elle annonçait sa grossesse. Quelque chose d’indéfinissable le tourmentait. Il éprouva ce bonheur, mêlé de souffrance, à la pensée qu’il ne connaîtrait peut-être jamais son enfant.
Seule Yseult pouvait le guérir, mais elle tardait.
SUITEtristaniseultVoici que la naissance approchait. Tristan dépérissait de jour en jour.
« Je les vois ! » entendit-il, soudain.
« De quelle couleur est …
Il n’eut pas le temps de finir sa phrase. Sa femme, soutenant son ventre, hurla. Servantes et valets accoururent, on alla quérir la matrone.
Le navire approchait. Dans les rues de la ville, on vit passer une belle jeune femme à la soyeuse chevelure dorée.
« Notre princesse accouche » lui disait-on, riant et se félicitant. Ne prêtant pas attention à ces paroles, elle avançait, d’un pas rapide vers le château.
A son arrivée, régnait un silence effrayant : « J’arrive trop tard » pensa-t-elle.
On la conduisit auprès d’un petit être nouveau-né. « Qui est cet enfant ? »
« La fille de notre prince et de notre regrettée princesse. »
« Le prince est encore en vie ? »
Portant l’enfant dans ses bras, elle se rendit dans la chambre du prince.
Les voyant toutes deux, un faible sourire naquit sur ses lèvres. Il tenta de se redresser.
« Je t’en supplie, pas d’efforts, mon aimé, tu dois vivre pour ta fille. Comment la nommes-tu ? »
« Flora ; sa mère a choisi ; ne voulant pas la nommer Yseult ; disant que ce prénom n’apporte que SUITEamoureux_assis_sur_litsouffrances et malédiction à celles qui le portent. »
« Il n’y a pas de malédiction ; je vais te guérir, et rester pour toujours. »
Les onguents firent miracle. Flora grandit, choyée par son père et Marraine.
« Papa, maman s’appelait comment ? »
« Yseult. »
« Marraine, aussi, s’appelle Yseult. »
« Oui, ta maman s’appelait Yseult aux blanches mains ; et Marraine est Yseult. Vois-tu, il n’y a qu’une Yseult. »
« Et toi, Tristan ; pour moi, il n’y aura jamais qu’un Tristan. »
Flora laisse son père, et s’éloigne chantant :

« Un jour, mon prince viendra
Sur un beau voilier blanc.
Me prendra dans ses bras
M’emmènera en disant
Vous êtes ma Flora
Un jour, mon prince viendra…

Au dessus de la tombe de sa mère, Yseult aux blanches mains, fleurit un chèvrefeuille.
Un jour Tristan, aidé d’Yseult la blonde, l’a planté là.
Flora en cueille quelques brins. Elle les offrira à Marraine, car c’est sa fleur préférée..

Je vous  rapporte son récit, tel qu’elle me le fit. Bien sûr, vous n’y retrouverez pas le style employé par l’auteur du roman, Joseph Bédier, qui l’écrivit  au début du 20e siècle;  s’ inspirant de poèmes du 12ème siècle.

 

SUITEMNMT006

Catégories : Jeux d'écriture | 2 Commentaires

« Poings dans les poches crevées »

Ecrit pour Un mot, une image, une citation , semaine du 1er décembre

Un mot: mansuétude
Une image.
image par joye
 Une citation.
Le voleur qui ne trouve rien à voler emporte une poignée de sable.
– Proverbe berbère

« Poings dans les poches crevées »*

Quand l’hiver fait sa pelote
Grains de paille ou de sables
Dans les rouages du temps.
Mansuétude et pardon
Quand la terre grelotte
Poignée de sable ou de neige
Dans la main du voleur
Mansuétude et pardon
Quand l’homme a tout perdu
Un feu de paille et neige fondue
Dans les rouages de la vie
Mansuétude et pardon.

* Titre emprunté à Ma bohème d’Arthur Rimbaud

Catégories : Jeux d'écriture | Un commentaire

Propulsé par WordPress.com.