A vos plumes

Las, les beaux jours…

Ecrit pour , atelier n°15, et les mots proposés.
rythme – regret – chapeau – heure
ranger – respecter – découvrir – sortir
merveilleux – léger – fin (fine) – nouveau (nouvelle)

 

Las, les beaux jours…

A regret, je reprends le rythme des saisons,

C’est l’heure de ranger ombrelles et chapeaux,

Oublier merveilleuses et fines mousselines,

Ne plus profiter de l’air léger et embaumé,

Découvrir chaque jour les secrètes beautés de la nature.

A nouveau, sortir gants et écharpes,

Respecter ces cérémonies lugubres de journées endeuillées,

Supporter le tragique destin, auquel l’homme  se plie.

Catégories : A vos plumes | 3 Commentaires

La tulipe noire

Ecrit pour , atelier 14.


Interdit – proscrit –
créer – espérer – atteindre
objectif – caïeux – symbole – jalousie – pureté

 La tulipe noire

O’ fleur ,

Pureté, de ce noir

A ce jour, jamais égalé,

Apprends ton histoire,

Et celui à qui tu dois la vie.

Sous le ciel néerlandais,

Symboles, et fascinations

Fleurissent ces fleurs couleur nuit,

Nées d’une passion.

 

Un massacre,  de son parrain,  Cornélius, priva.

En la recherche horticole,  se  consola,

La tulipe noire créer, espéra.

Prêt d’atteindre l’objectif,   jalousies, suscita.

D’avec Corneille de Witt, son  parrain,  de complicité, on l’accusa.

A son tour, à mort, on le condamna.

Guillaume d’Orange,sa peine, en prison à perpétuité,  commua.

Cornélius, quelques caïeux, dans sa geôle, emporta,

Qu’à la fille du geôlier, il confia,

Et culture et secrets, dans sa chambre, Rosa,

L’interdit brava,

Et cette merveille unique fructifia.

L’accusateur de Cornélius, vil malfrat

L’ invention, vola.

Rosa, la supercherie démontra,

Qui, Cornélius, innocenta.

 

Et toi, o’ noble fleur,

Cette vérité, garde-la en ton coeur,

Ne jamais voir le jour,

Tu faillis,

Si confondant espoirs et amours,

Un rêveur, injustement proscrit,

Et d’un geôlier, une modeste fille,

Un jour ne s’étaient unis.

 

(Je me suis inspirée du roman d’Alexandre Dumas, La tulipe noire)

 

 

 

 

 

 

Catégories : A vos plumes | 6 Commentaires

La conduite attitude

Pour le 20 mars
Antiblues propose ce défi
« dites nous quel genre de conducteur automobile êtes-vous ?
(Ou passager, si vous ne conduisez pas)
Vous considérez vous comme un bon conducteur? 
Conduite cool, hésitante, prudente, debout sur les pédales?
Pensez vous qu’au volant, l’enfer c’est les autres?
Êtes vous adepte de ce truc à la mode qu’est le covoiturage?
Prêtez-vous facilement votre véhicule et si oui,
avez vous pensé à l’assurance?« 

La conduite attitude

Pour faire une bonne conductrice,

Avoir un permis de conduire,

Trouvé ailleurs que dans une pochette surprise.

Apprendre le code de la route,

Se faire prêter une voiture.

Savoir s’en servir,

Penser au plein d’ essence,

Attacher sa ceinture,

Les limites de vitesse,

Eviter de les dépasser,

S’arrêter aux feux rouges,

Pour ne pas son prochain écraser.

Pour un covoiturage,

Quelques inconnu(e)s,

C’est bien pour les longs voyages.

Et puis c’est écolo,

On est assuré,

De ne pas s’endormir,

Avec des passagers,

De dernière minute,

Et puis rendre service,

Pour quelques euros en plus.

Etre une conductrice,

Une voiture qui roule,

Savoir s’en servir,

Penser au plein d’essence,

Attacher sa ceinture,

Les limites de vitesse,

Eviter de les dépasser,

S’arrêter aux feux rouges,

Pour ne pas son prochain écraser.

Attention aux radars,

Appuyer sur le champignon,

 Warning ou clignotant,

Et les autres loupiotes.

Ne pas les oublier.

Chanter une chanson.

Ignorer les klaxons,

Insultes discourtoises,

Et autres idioties.

Pourvu qu’on n’ait pas de panne,

Le reste n’est pas souci.

BONNE ROUTE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : A vos plumes, Défi du 20 | 5 Commentaires

Caprices

Ecrit pour avec  les mots
Première – aléatoire – brusque –  nouveau (nouvelle)
perdu –
Foudre – vie – pied -surfacesoleil
durer – succéder – attendre – repartir – croire – espérer – briller

 

Caprices

Passer la première,

Sans mouvement brusque,

Cela peut durer,

Instant aléatoire,

Espérer repartir,

Les minutes se succèdent.

A nouveau le silence.

Aucun signe de vie.

Que faire?

Attendre un hypothétique promeneur,

Laisser tomber,

Partir à pied.

Je ne suis pas une foudre de marche.

De plus je crois savoir que je suis loin de tout.

Et ce soleil, qui brille, comme pour me narguer,

Mais rien n’est perdu,

J’entends un ronron familier et rassurant,

Sans que je n’ai rien fait,

Juste effleuré la surface brulante du capot.

Ma vieille auto a compris.

 

Catégories : A vos plumes | 3 Commentaires

Les rideaux de tulle

Ecrit pourgif-a-vos-plumes, chez Arlette

avec les mots

instant – regard – aléas – étincelle – brique
accrocher – alimenter – construire – consolider – confronter
merveilleux – millième – gentil – indescriptible – enrichissant

 

Indescriptible!

Perchée sur l’escabeau,

Bras tendus,

Les bracelets étincellent.

Regard appréciateur,

Au millième près,

Fouillis et légèreté.

Confronter la brique brute,

A la préciosité née de l’instant.

Accrocher la pensée indécise,

Construire une autre idée.

Mais voilà, patatras,

Avant de méditer sur les fabuleuses idées,

A naitre de ces merveilleux contrastes,

Destinés à alimenter les conversations de salons,

Où il est de bon ton de se faire remarquer,

En idées novatrices et à contre-courant,

Une étude approfondie et consolidée

De mon perchoir,

Eut évité bien des aléas,

Tout en enrichissant la sécurité de ma gentille personne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : A vos plumes | 2 Commentaires

De bric et de broc

Ecrit pourgif-a-vos-plumes, chez Arlette

avec les mots

tradition – fourneaux – grumeaux- goût –  fou-rire
onctueux – fatidique – simple – électrique – ménager

trôner – exercer – préparer – cantonner – régaler

De bric et de broc

Brocante de tradition, ou vide-grenier de quartier,

Tous les ans nous réunit.

Petit matin brumeux, un brin frisquet,

Chacun prépare son étalage, bien garni,

Du simple article ménager,

Au fourneau électrique,

En passant par divers objets,

Menus articles, et savants fouillis

D’ authentiques témoins d’une autre vie.

Partages de fous rires,

Souvenirs d’autres ventes,

De clients tatillons,

Marchandant des prix déjà ridiculement bas,

Et lui, qui revenait, un fouet n’ayant pas fait son office,

Sa purée, pleine de grumeaux,

Qui aurait dû être onctueuse.

Il insistait, cantonné dans son obstination,

A vouloir exercer son droit de réclamation,

Et sur le champ, être remboursé.

Nous avions fini par céder,

Réclamant en contre partie,

De tester et de connaitre le goût,

De son plat prétendument raté.

Nous avions soutenu nous être régalés.

Aujourd’hui l’objet incriminé trône,

En bonne place.

Il n’y a plus qu’à attendre l’instant fatidique,

et prometteur,

D’un nouvel acheteur.

Catégories : A vos plumes | 2 Commentaires

A vos plumes

Ecrit pour A vos plumes, avec les mots suivants
cours – dilemme – routine – quotidien – table d’hôte – imprévu – tranquille – exaltant – ennuyeuse –spéciale
savoir – s’encroûter– éveiller – oublier 

Au fil de l’eau,

Passe une table d’hôte.

Est-ce routine quotidienne,

Chaque fin de semaine,

Envoyer promener

Nappes et couverts.

Barboter dans l’imprévu,

Ou bien navrante bévue.

En avoir le coeur net,

Remonter le cours d’eau.

Que voilà une journée ,

A force d’être tranquille,

S’annonçait ennuyeuse.

Exaltante et festive,

Cette situation, en moi,

Des frissons éveillait.

Oui, mais voilà,

Nager, ne savais point,

Et froid eus tout soudain.

A ma curiosité,

Ma sécurité préférais.

Sur la berge remontais,

Et vite me séchais.

Une nappe, je ne sais comment,

A carreaux,

Où était-ce un rideau,

Me survola.

J’entendis une voix,

Gaiement me salua,

A plusieurs, m’invitèrent,

Avec eux voyager.

Si j’avais oublié,

Que nager ne pouvais,

Encore moins,

Voler ne pouvais.

Les en  informais

Qu’au sol, à m’encroûter toujours,

Etais destiné.

Il me fut répondu,

Que j’étais bien spécial,

Et firent le pari,

De me tirer de là.

Et le temps de le dire,

Sur mon pré atterrirent,

Tout sourire.

Un merveilleux diner,

Devant moi, apparut,

En même temps que dans ma tête,

Ce dilemme naissait.

 » Manger, ou ne pas manger »,

En effet, je venais juste, de commencer

Un r…

C’est alors que je me réveillais,

Heureusement, tout cela je l’avais rêvé,

Et au rhume, j’avais échappé.

 

 

 

 

Catégories : A vos plumes | 7 Commentaires

La cérémonie des jours

Ecrit pour A vos plumes – Atelier N°9

Ombre – Lumière – Géant – Univers – Stalactites – Cristal
Eblouissante – Milliers – Eternel –
Miroiter – Crever – s’étirer

 La cérémonie des jours

Quand s’étirent les lumières du jour,

Bientôt sacrifiées aux ombres de la nuit,

Milliers de stalactites éblouissantes,

Sur la mer de cristal, encore miroitent,

Quand à pas de géant l’univers nocturne,

Les engloutit, renaissent, éternelle magie,

Crevant l’obscur écran céleste,

Poussières étoilées pour nous éclairer.

 

Catégories : A vos plumes | 5 Commentaires

Agenda ironique d’octobre

Ecrit pour A vos plumes

 dentelle – ombre – onde –  office
lécher – zébrer – humer – murmurer
gras – pensif  – matinal – argenté

et pour l’Agenda ironique d’octobre

 

Entre rêve et réalité

Parce qu’elle rêvait d’onde,

De dentelles argentées,

Pensive, se penchait sur l’ombre zébrée d’un saule,

Y cherchant sa doublure.

Murmures lascifs, rires gras décuplèrent son envie.

Un groin, sans façon, huma sa chair fraîche,

Une langue impavide la lécha toute entière.

Entrainée dans ce tourbillon, ne sentit pas qu’on la faisait chuter,

Plongeon matinal, le reste fit son office.

Se retrouva soudain, allongée et offerte,

Sur un lit d’algues fraiches,

Livrée sans pudeur à cette assemblée,

Trognes lippues, yeux égrillards, bouches concupiscentes,

Déjà des doigts indiscrets, des lèvres libidineuses

S’emparaient d’elle.

Horrifiée, elle tentait, impuissante,

De leur échapper,

Se recroquevillait.

Un hurlement.

On la secouait.

« Ma mie, qu’est-ce donc? »

 » Hors de ma couche, monsieur! »

 » Ophélie, ne me reconnaissez point? Je suis votre bien-aimé seigneur et maître. »

« Maître de mes nuits, maître de mes cauchemars surtout! « 

 » Encore un de ces maudits rêves, vous en êtes encore toute troublée. Vous consoler serait, pour moi, un doux plaisir. »

 » Et faire ripaille de mon corps! Je ne le veux point. Retirez-vous, monsieur! »

 » De quel mal êtes vous la proie, que ma vaillance ne vous agrée plus? »

 » Ah, ce mal, dites-vous, ce mal n’existe plus. Votre vaillance, monsieur, a tout emporté, remplacé par des délices, ah, monsieur, enchantez-moi encore! »

 

 

Catégories : A vos plumes, Agenda Ironique | 9 Commentaires

Va où le vent t’amène

Ecrit pour A vos plumes

– Attente – Mystère – Miracle – Âme – Jour – Monotone – Muette – Lointaine – Communs – Terrible – Sortir – Habiller – Se rendre – Garder – Eviter

Va où le vent t’amène…

Eviter de s’habiller trop moulant, sinon il va encore penser que je le drague, et va me sortir une énième plaisanterie à deux balles, dont il a le secret. femme-ridiculeCe mec, quel boulet! Et puis non, je vais pas non plus jouer les passe-murailles, me saper en mode monotone, parce qu’un imbécile pense étroit, et encore, je ne suis même pas sûre qu’un jour il ait été capable de penser. A moins d’un miracle, ce taré n’a pas le moindre commencement d’une idée. Même le plus muet des objets a une âme, alors que lui, tu parles. Le pire c’est qu’il ne s’en rend même pas compte. Remarque, c’est normal, on dit « Bête comme ses pieds », mais lui c’est pire. D’ailleurs, avant que ses pieds parlent à sa tête, cela risque de durer longtemps, c’est que ça fait de la distance entre les deux, faut pas croire.

Bon, je garde ces fringues, je les ai choisies, ce n’est pas pour encore en changer. Je suis comme je suis. Il faut me prendre comme cela, ou bien passer son chemin.

« Terrible, trop canon, ça valait la peine, mon attente est largement récompensée. »

Qu’est-ce qu’il me veut celui-là? S’il croit que je vais marcher à ses roucoulades! C’est un de ces communs! En plus je lui trouve une lointaine ressemblance avec l’au…non, j’y crois pas! C’est lui! Hi! Hi!Hi! Quelle dégaine, j’vous jure! Mais c’est quoi, ce truc! Déguisé comme un golfeur! Il y a cru à mon histoire!

  • Monsieur, je ne crois pas avoir  l’honneur de vous connaître.
  • Nicole, tu te souviens pas? C’est moi, Gérard.
  • Vous faites erreur monsieur. Moi, c’est Edwige; de plus, je ne connais aucun Gérard. Au-revoir, monsieur.
  • Aller, Nicole, fais pas ta bêcheuse, un petit bisou, c’est tout ce que je te dem…aïe! Ça va pas! C’est qu’elle m’a cognée, et avec sa canne de golf, en plus! Elle est folle!

 

 

Catégories : A vos plumes | 2 Commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.