Le zèbre

Lu pour,

 

4ème de COUVERTURE

Gaspard Sauvage, dit le Zèbre, refuse de croire au déclin des passions. Bien que notaire de province, condition qui ne porte guère aux extravagances, le Zèbre est de ces irréguliers qui vivent au rythme de leurs humeurs fantasques.
Quinze ans après avoir épousé Camille, il décide de ressusciter l’ardeur des premiers temps de leur liaison. Insensiblement, la ferveur de leurs étreintes s’est muée en une complicité de vieux époux.
Cette déconfiture désole Gaspard. Loin de se résigner, il part à la reconquête de sa femme. Grâce à des procédés cocasses et à des stratagèmes rocambolesques, il redeviendra celui qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être : l’amant de Camille, l’homme de ses rêves. Même la mort pour lui n’est pas un obstacle.

MON AVIS

Lu, il y a longtemps, j’avais de vagues souvenirs,  plaçant la disparition du Zèbre en début de roman, et un rendez-vous post mortem dans un hôtel. La relecture me montre combien mes souvenirs sont erronés. J’ai relu ce roman avec curiosité, et apprécié les situations cocasses. Mais malgré cela, je n’ai pu empêcher mon jugement peu favorable à cet homme, qui, je trouve, agit en égoïste, et une scène, particulièrement, m’a fait penser que son premier désir était de « tirer un coup ». J’ai continué, la lecture, très agacée, même si j’ai ri à ses stratagèmes, aux quiproquos qu’entrainent certaines de ses fantaisies.  Je pense que pour apprécier l’humour de ce roman, il faut garder à distance nos propres émois et se garder de juger, se contentant d’une lecture au premier degré.

EXTRAITS

– Ma chérie, ne pleure pas, c’est fini. C’était un mauvais rêve.
Hagarde, elle souleva son visage humide et darda ses yeux clairs sur le Zèbre qui souriait.
– Tu m’as vraiment cru ? lui lança-t-il avec gaieté.
– Si je t’ai cru ? répéta-t-elle, effarée.
– J’ai fait semblant de te quitter !
Camille se redressa et, pour toute réplique, lui envoya un violent coup de genou au bas-ventre. Et le Zèbre de glapir.
– Qu’est-ce qui te prend? demanda-t-il replié sur lui-même.
– Te rends-tu compte du mal que tu m’as fait ?
– C’était le prix à payer.
– A payer pour quoi? repartit-elle éberluée.
– Je voulais te priver d’oxygène pour te réapprendre à goûter l’air frais.

Emporté par son débit tumultueux, toujours plié en deux, il lui annonça que son stratagème n’était qu’une préface à la cure de jouvence qu’il entendait faire subir à leur couple. Un grand ravalement en quelque sorte, bien nécessaire après quinze années d’anesthésie progressive de leurs désirs. Le Zèbre était résolu à délaisser son rôle de mari, au sens amorti du terme, pour se glisser dans la peau d’un amant légitime. Il traquerait désormais les imperceptibles habitudes qui émoussent les sentiments. Sa vigilance ne connaîtrait plus de jours fériés. A partir de cet instant, il ne cesserait d’ourdir des mises en scène, comme celle de ce matin, pour retendre le lien qui les unissait.

– Que t’est-il arrivé ? finit-elle par murmurer.
– Il y a des conversions mystiques, pourquoi n’y aurait-il pas des conversions amoureuses ? Camille, Si je n’avais pas tiré la sonnette d’alarme, nous aurions fini comme tous ces ménages en trompe-l’oeil. Un jour ou l’autre, tu aurais dormi avec un autre et moi, bête comme je suis, j’aurais été braconner du petit gibier.
Au lieu de dériver vers ces liaisons clandestines, quasi inéluctables à l’entendre, le Zèbre lui proposait de mimer leur amour pour tenter de le faire renaître. Sincère, il prévint Camille qu’il n’aborderait pas cette lutte contre l’usure du temps avec une pince à sucre.
– Ça ne sera pas une sinécure ! conclut-il, navré.
Encore ébranlée, Camille songea qu’elle ne s’était pas trompée en affublant Gaspard de son sobriquet. Il était assurément un drôle de Zèbre. Elle ne soupçonnait pas encore la violence du typhon qui allait bientôt s’abattre sur son existence paisible et réglée de professeur de lycée.

Catégories : CHALLENGE LECTURES | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Le zèbre

  1. J’ai dû le lire il y a très longtemps aussi, et je n’en garde pas un grand souvenir.

  2. Pingback: Premier bilan du challenge Animaux du monde | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :