Hôtel des Piranhas

Pour le, voici un « deux en un »

4ème de couverture

Au bord d’un fleuve énorme et menaçant, une case de bambous au toit de palmes où se retrouvent tous les aventuriers de l’Amazonie : c’est l’hôtel des Piranhas. Ses clients couchent dans des hamacs et mangent du tapir rôti. Il est tenu par un couple de marginaux, beaux et amoraux, autour desquels va s’organiser la ronde des terreurs tropicales et des amours torrides. Une jeune femme un peu fantasque, un peu sorcière, va déclencher les passions et la violence. Les chamans indiens s’en mêlent et Vénus en découd avec le dieu Pan, sous le regard attentif et cruel de la matoutou, la mygale géante apprivoisée de l’hôtel des Piranhas. L’auteur du Petit train de la brousse change de continent. Avec ce roman, qui réserve bien des frissons, il nous emmène dans un lieu inquiétant où se posent d’énigmatiques questions, et où l’amour suit d’étranges chemins…
Mon avis
Sur fond d’aventure en Guyane, d’évocations follement érotiques, nous faisons la connaissance de divers personnages qui passent, certains reviennent, banals ou pas, selon que l’on se place du côté du narrateur incrédule, prenant des notes dans son carnet noir, ou de celui de Nadia échafaudant des  scénarios, au gré de son imagination et observation sans limites. Je me suis régalée de ce récit truffé d’anecdotes, de dialogues, de situations, à première vue, invraisemblables.
L’humour, toujours présent, est aussi prétexte à dialogues, semblant surréalistes, traitant des horreurs du bagne, de réflexions et attitudes colonialistes, de la lutte pour l’Indépendance des indigènes, des nazis vivant impunément en Amérique Latine, des religions évoquées de manière iconoclaste.
Je me suis amusée.
EXTRAITS
Ils avaient acheté un petit house-boat pour faire des excursions et un canot à moteur. Mais les clients se lassaient rapidement de descendre des fleuves impassibles et monotones, d’où le bruit du moteur faisait fuir les animaux. Il était interdit par l’administration d’aller chez les Indiens, trop vulnérables aux maladies des Blancs. On les voyait passer en pirogue avec leurs longs cheveux, leurs lances et leurs pagnes rouges. Karl leur avait défendu d’aborder à l’hôtel des Piranhas. Il voulait éviter à ses clients le déshonneur d’acheter les fausses flèches, les faux arcs, et les faux tamis à manioc que les Indiens fabriquaient spécialement pour les touristes.Aussi la plupart de ses hôtes, convaincus au bout de quelques jours qu’il ne se passait donc rien en Amazonie, se résignaient à vivre à l’hôtel des Piranhas comme ils l’auraient fait à la plage sportive de Cannes : bains de soleil, baignades,alcool et bouffe. On finissait par trouver banal le rôti de tapir et la brochette de caïman. Quant à l’aïmara, ça n’était qu’un gros brochet, n’est-ce pas?
– Je n’ai jamais vécu aussi intensément qu’ici! proclamait pourtant Nadia, la pêcheuse de piranhas. Était-ce son vrai prénom? Était-elle russe? Que faisait-elle au fond de cette jungle, seule? Questions qu’il n’était pas convenable de poser à l’hôtel des Piranhas dont les hôtes s’entouraient volontiers de mystère comme pour laisser supposer de subtils motifs à leur présence sur ce radeau. Chacun avait souri lorsque Nadia avait prétendu être une scénariste, venue chercher l’inspiration sur les rives de l’Oyapock. L’inspiration vraiment dans les lieux les plus monotones de la planète!
– C’est dans ce silence des débuts du monde, dans cet écoulement indifférencié des jours que naît l’événement qui n’est que la revanche de l’imagination sur le cosmos inerte,disait-elle souvent entre ara et pécari 1
1. L’équivalent en Amazonie de notre expression «entre chien et loup
Catégories : CHALLENGE LECTURES | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Hôtel des Piranhas

  1. Un roman que je ne connaissais pas du tout.
    Merci pour ta participation.

  2. Pingback: Premier bilan du challenge Animaux du monde | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :