Une aventure avec frissons sans garantie.

Ecrit pour Treize à la Douzaine

Liste 25

1 faramineux 2 coulis 3 parcimonie 4 pluie  6  7 piétiner 8 achat 9 merveilleux 10 plante
11 mazette 12 vertuchou et le 13ème pour le thème : frisson
Une aventure avec frissons sans garantie
Mazette, que voici équipage faramineux,
Serait ce un  merveilleux?
En sus, d’une élégante accompagné.
Je reste, empli de curiosité,
Sur place, contraint de piétiner.
Une  maudite pluie, inonde mes habits,
Tout soudain, d’un vent coulis, suivi.
Dans sa chaise, s’impatiente,
Courroucée, ma cliente.
M’ordonne , sur le champ, et sans plus attendre
Ma stupide contemplation,  suspendre.
Las, mademoiselle, aller plus avant,ne puis.
De cette chaussée encombrée, navré, je suis.
À cette heure, on circule avec parcimonie.
Elle en fait tout un foin
De retourner, m’enjoint.
Sitôt, obéis.
Une belle pagaille s’ensuit.
Jurons, horions, de toutes parts,
Distribués au hasard.
L’Incroyable et son Merveilleux,
À ce pugilat, assistent, un rien nerveux.
Au secours de ma cliente, se porter, tentent.
Déjà, loin s’en est allée la belle plante.
Vertuchou, et mon salaire avec.
Laissant quelques victimes sur le bec,
Reprend, sauvé du désastre, mon attelage,
À toutes jambes, et plein de courage,
Cherchant l’ingrate, qui faux bond m’a fait.
On ne se débarrasse si aisément d’un porte-faix.
Enfin, je l’aperçois, quelques emplettes faisant.
Bijoux et autres colifichets achetant.
L’air de rien, je m’approche,
Sans aucun air de reproche.
Sitôt m’apercevant, laisse tomber achats,
Relevant ses jupons, part filant comme un rat.
Je cours, bientôt suivi du marchand.
Celui-ci m’explique, haletant,
Que marchandises précieuses, elle a soustrait.
La scélérate, nous voilà bien grugés.
Moi, sans mon salaire,
Lui, victime d’une attaque biliaire.
Renonçant, de ce fait, aux poursuites,
Ruminant sur cette fuite,
Traitant la coquine, moult noms d’oiseaux,
Et autres sobriquets, pas du tout moraux.
D’un bon pas, repartant,
Plus honnêtes clients servir, espérant,
Devant moi, je la vois,
Lui cours après, plein de courroux, par ma foi.
D’un coup sur la tête, estourbi,
J’ai le temps de la voir, qui rit,
Le marchand, en sa compagnie.
Je m’évanouis.
Réveillé, frissons me parcourent,
Humidité et froideur m’habillent.
Alentours inconnus,
Je vois que je suis nu.
Tabassé, dépouillé, trahi, j’éternue.
Au diable, la vermine, les pourceaux,
Mes habits sont en lambeaux.
En attendant, un peu m’arranger,
Et de courage me charger;
Un jour, je me vengerai.
Catégories : 13 à la douzaine | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Une aventure avec frissons sans garantie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :