Trop d’héroïne tue le héros

Ecrit pour Sujet 9/2020 – du 29/02 au 07/03

et pour L’Agenda Ïronique Etrange, L’AÏE de Mars, le mois des fous.

Norman Rockwell – clic et clic

Le mot à insérer facultativement est : HÉROS ou HÉROÏNE

Trop d’héroïne tue le héros

V’la -t’y pas que je me sens empoignée de par la taille.

Un gaillard, que je croyais, v’la t’y pas que je découvre

Un gringalet, triste figure, longue comme un jour sans pain,

Sur son canasson m’y installe, tout en délicatesse chevaleresque.

Comme si quoi, qu’il a peur de me casser.

Par ma foi, me suis ben défendue, mais je l’ouïs dire

 » N’ayez crainte, gente dame, que je  ne vous enlevasse,

Juste un brin de chemin, afin de vous permettre

De prendre quelque repos. »

« Tu parles, lui dis-je, votre seigneurie, j’ai le dos en ravaude.

Et puis, qu’est-ce qui va dire mon maître, que je gardas plus son troupeau,

Adieu, veaux, vaches, cochons…et mon gagne-pain. »

 » Mais, Ma Dame, ils nous accompagnent. »

Ma Dame, pensais-je, in petto et cabrioles, plus loin, mon troupeau au complet.

 » Berlue de mon âme, c’est-y- qui donc, tous ces quidams ? »

Fanfreluches, cornemuses, tournebouilles et confettis,

Rigaudons, fifres et flutiaux,

Drôles d’affutiaux , ces bergères et bergers, nous accompagnent en rigolant.

Je descends de mon attelage, cours vers mes animaux,

L’escogriffe à ma suite; ça sent bon la paille et le foin,

Chansons paillardes, et bons vins.

Je me pince, non je ne rêvas point.

En habits de châtelaine troussée,

Mon maître, revoilà la berlue, berluette, ventripette, esperluette et salut la compagnie

Et cocktails de trompettes, tambours, clavecins,

Sur coussins et cousines à la mode de Caen, , tripettes,

Farfelettes, velours et contrescarpe, escarpins d’escalade,

On y danse, joyeux moulin, meunier ton grain est une folie

On se framboisine, mignotine, mironton, tontaine.

Voici le temps de vous présenter mon mentor, menteries et forfaitures,

Popples, pour les intimes,

Et pour les autres aussi, foi de connaissances ou pas,

Monsieur Popples, mon maître, fraise enchiffonée,

V’la-t-y pas qui s’agenouille: « Dulcinée, mon héroïne,

T’as sauvé mon troupiau. Tout’ ma vie durant et la tienne de vie, sera ma bergère en titre. »

 » Je veux point de vous, et de vos brimades m’sieur mon maître; je veux être libre et courir à ma guise, de par le vaste monde; y faire de belles rencontres. »

« Mais puisque je te dis que j’vas changer. »

 » Nenni, suis point folle de ce côté là. Je vous crois point. Jurez, crachez, tant que vous voulez. Je le connais ce discours Maîtres et valets; servantes et seigneurs de pacotille. Je vous quitte en plaisante et aimable rassurance,   avec eux. »

Les autres, y m’accueillent franchement; pourquoi, il se joint pas à nous Popples. Je leur réponds la vérité, à savoir: Monsieur Popples a des yeux de framboises et se demande connaissance et contoise.

Contoisement, l’horloge des temps a stoppé sa course, et nous voilà joyeusement à conter sans toiser, autres comptes en marmelades, pâtatipâtatés,  naissances à l’aise, couffins garnis, foi de pantins.

Et que la quête continue !

 

 

 

Catégories : Agenda Ironique, Miletune | 7 Commentaires

Navigation des articles

7 réflexions sur “Trop d’héroïne tue le héros

  1. Voilà Monsieur Popples transporté avec sa Perette dans le monde de Brueghel l’ancien !!! une comptine bien guillerette qui donne envie de plonger dans le foin 😀

  2. La quête du saint Graal tombée en pâtés et couffins, que voilà une enchiffonade tout à fait recevable, qui vient sauver son troupeau juste en arrêtant une contoise d’héros et héroïnes surdosés de fanfreluches et cornemuses, voilà bien de quoi faire folie de tout bois.
    Quelle belle participation coussinée prestement !
    🙂

  3. C’est magnifique d’abuser des framboises ou trop chiffonner dans le foin, foi de Comtoise !

  4. Pingback: L’AÏE des fous de mars | L'impermanence n'est pas un rêve

  5. Pingback: Les votes avec le rappel des liens pour aller lire les textes si cela n’est pas déjà fait, pour ensuite aller voter trois textes et un moi organisateur d’avril. | L'impermanence n'est pas un rêve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :