Va chez la voisine, je crois qu’elle y est…

Ecrit pour le JEU 28, proposé par la Licorne Ma photo

Lettre proverbiale

Ce mois-ci, très chers , je vous propose de choisir une personne ou un personnage connu, (vivant ou mort, réel ou imaginaire) et de lui écrire une lettre
Oui, une vraie lettre…pas de SMS, ni de message électronique écrit à la va-vite le midi entre deux rendez-vous…
une vraie lettre « à l’ancienne »…avec en-tête, formules de politesse et tout le tralala…
Et dans cette lettre, vous veillerez aussi à insérer plusieurs proverbes(français de préférence…mais pas forcément… :-), la sagesse des autres pays
ne pouvant que nous être profitable aussi…)
une réponse à une lettre « Des quatre saisons d’Arcimboldo, inspiré », écrite pour l’atelier COPIE DOUBLE, intitulé FRUITS ET LÉGUMES

Va chez la voisine, je crois qu’elle y est

Monsieur de Melon
                                    Je m’empresse, de répondre, comme vous ne manquerez pas de le noter, au pied de la lettre que je viens de recevoir.
Aux fins de vous convaincre, que, contrairement à ce que vous supputez, je ne la jetterai pas aux orties. Par ailleurs,telles herbes ne défigurent pas mon jardin,  mon fidèle jardinier   s’acquittant, fort bien, d’une tâche,  séparant le bon grain de l’ivraie.
Je vous prierai,  mes plates-bandes, ne plus les piétiner, celles-ci commençant à montrer piètre état, dû à votre  déplorable négligence . Ne vous récriez pas, puisque vous reconnaissez avoir fait le pied de grue, en moultes occasions,  sous mes fenêtres.Toutefois,  faute avouée, à moitié pardonnée, j’en conviens, mais je ne suis pas sûre d’oublier ce sacrilège.
Sachez monsieur, que ce qui est pris, n’est pas à prendre. Je ne serai jamais votre »tendre chou »; appelons un chat, un chat, voulez-vous. Il se trouve que mariée pour le meilleur et pour le pire, je me trouve  fort aise de constater avoir  trouvé chaussure à mon pied.
Monsieur, je ne saurais trop vous encourager à faire contre mauvaise fortune bon coeur, sachant  que une de perdue, dix de retrouvée…alors, de grâce, cher monsieur,  dorénavant, cessez de m’importuner.Quoique vous puissiez encore tenter, sachez que mes cinq à sept ne vous seront jamais réservés; courez, plutôt, conter fleurette sous d’autres cieux, vous y trouverez, j’en suis certaine, l’herbe plus verte et, l’occasion faisant le larron, maintes circonstances à déclamer  charmantes bluettes, cueillant peut-être une rose, n’ayant point encore perdu sa vesprée.
Recevez Monsieur, avec mes salutations, mon profond désir de ne plus vous entendre soupirer entre chien et loup.
Madame Jasselyne de Gazouilly Célestas
 
Publicités
Catégories : LA LICORNE | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Va chez la voisine, je crois qu’elle y est…

  1. Pingback: Des quatre saisons d’Arcimboldo, inspiré | Les mots autographes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :