AGENDA IRONIQUE DE JUILLET 2017 TER

Ecrit pour le thème de l’agenda juillettiste, année 2017, proposé par

La perte en une phrase

Avec perte, mais sans fracas

Puisque ici il est question de perte, sachez que, pas plus tard qu’hier, ayant perdu mes lunettes, je me mis, sans perdre de temps, à leur recherche, ce fut peine perdue, car, non seulement je  ne les retrouvais pas, mais, en plus, je faillis perdre la face, me cognant dans une vitre que je n’avais pas vue, ayant perdu mes lunettes, mais cela vous le savez déjà, bref sans lunettes, c’était comme si un brouillard s’étalait, devant moi, à perte de vue, à tel point, qu’à moment donné, j’en perdis mon sang froid, et voilà que je me perdis en conjonctures, heureusement que n’ayant pas fait d’études en lettres classiques, au moins, ne risquais-je pas d’y perdre mon latin (avouez que vous y aviez pensé), et pour couronner le tout, voilà que mon patron m’annonce une perte sèche en dizaines de milliers d’euros et des poussières, que nous allons devoir vendre à perte, mettre la clef sous le paillasson, et moi qui lui répond que sa clef, il peut la mettre où il veut, que je cherche mes lunettes et que je ne finis pas ma phrase, parce que justement mes lunettes, elles étaient sous le paillasson, quel est l’idiot qui les a mises là, il perd rien pour attendre, je vais te lui dire deux mots, et là, ma vue retrouvée, qu’est-ce que je découvre, dans les bras de celle pour qui,  depuis longtemps, j’ai perdu la tête, un autre a pris ma place et j’entends ma femme dire  » Qui va à la chasse, perd sa place, qui revient, trouve un chien », alors je veux lui dire qu’elle se trompe, que je ne suis pas allé à la chasse, mais le chien, enfin l’homme lui fait une scène, aboyant qu’il n’est pas un chien, que puisque c’est comme ça, il me la rend, cette chienne, qu’elle lui dit que c’est juste une phrase, un exemple quoi, et que jamais elle ne l’a comparé à un chien, et moi, je suis là, je regrette presque d’avoir cherché mes lunettes, non, de les avoir perdues, oh et puis, je sais plus, bref, j’ai retrouvé mes lunettes, perdu ma femme, et maintenant, que vais-je faire de ce chien? Quel chien? C’est vrai, je ne vous en ai pas parlé. Voyant que je tâtonnais à la recherche des lunettes, une gentille dame m’a dit « Je crois que je l’ai retrouvé, monsieur » et elle m’a mis une laisse dans la main, et au bout il y avait ce chien d’aveugle, et puis avant que j’ai eu le temps de lui expliquer que l’animal n’est pas à moi, que je ne suis pas non-voyant, juste je cherche mes lunettes, que j’ai perdues, elle était déjà partie.

Publicités
Catégories : Agenda Ironique | 10 Commentaires

Navigation des articles

10 réflexions sur “AGENDA IRONIQUE DE JUILLET 2017 TER

  1. amusant cet écrit….Bises

  2. La perte en cascade fait gagner le sourire!

  3. Trop drôle ! Bravo Jacou, je me suis bien amusée…

  4. Pingback: Le temps des cerises – Nervures et Entailles

  5. Heureusement, tu n’as pas perdu ton sang froid !

  6. Etourdissant…j’en perds mes mots ! 🙂
    Bises amicales.

  7. J’aurais pu perdre le fil de cette histoire tant il y a de rebondissements 😉 mais non ! Bravo.

  8. Pingback: Vingt-deux phrases perdues en juillet | Carnets Paresseux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :