Agenda ironique de mars et sa suite.

Ecrit pour l’agenda ironique du mois des fous 2017, (re)toqué par Monesille

Un élastique grand comment?

C’était une  journée, comme tant d’autres.

Futur quotidien, heures imparfaites passées à les compter.

Présentement, rien de nouveau, juste le tic-tac sournois d’une horloge.

Un ricanement de basse-cour,

Le bouledogue gémit dans son sommeil.

Train-train des affaires courantes.

Rails bien huilés, la vinaigrette débordera à trois heures moins le quart.

Je répète: » La vinaigrette débordera à trois heures moins le quart. »

Mon coude dérape, je me cogne le menton à l’angle du bureau.

Les sirènes hurlent. Branle-bas de combats. Au feu, au feu les bourreaux, c’est plus rigolo!

Je répète: »Au feu, au feu les bourreaux, c’est plus rigolo! »

Une odeur de café chatouille mon subconscient. Trois sucres s’il vous plaît. Non merci, sans lait. Les couche-tard sont attendus au coin du bois.

Je répète: » Les couche-tard sont attendus au coin du bois. » Les couche-culottes vont défiler dans un futur proche.

Je répète: »Les couches-culottes vont défiler dans un futur proche. »

Mes cheveux me piquent l’inconscient relatif. Dans le subjonctif de ma conscience, calme plat à tous les étages. Les prédicats sont de sortie.

Je répète: » Les prédicats sont de sortie. »

Mes  écoutilles sont fermées. Les objets ont directement disparu, à la corbeille. Ou bien indirectement. Je  conjuguerai  jusqu’à  preuve du contraire,  futur réciproque et bon-sens  inversé.

Les bulles grandissent à une vitesse folle, mastiquent et recrachent, mastiquent et recrachent. Stop, il est interdit de mâcher le chewing gum de son voisin, avant de l’avoir lavé, rincé, séché et repassé.

Je répète: » Stop, il est interdit de mâcher le chewing gum de son voisin, avant de l’avoir lavé, rincé, séché et repassé. »

Mais ça va pas, non! Déjà qu’on doit cirer vos pompes, arrondir les angles, se serrer la ceinture, repasser derrière vous, et j’en passe, et pas des meilleures!  Si en plus, le chewing gum, il faut le laver, à la main, vu qu’y a pas de lave-linge, et pour le séchage, je fais comment, moi, pas de sèche-linge, non plus…attendre qu’il soit sec, faire des heures sup? Mais lavez la vous-même votre saleté. Comment? Vous ne me payez pas à rien faire. Ça tombe bien, depuis le temps que vous ne me payez plus. Même l’horloge, elle ne veut plus travailler pour vous.  Je dis n’importe quoi? Voyez vous-même.

C’est à ce moment-là, que je me réveillais. Non, je n’avais pas rêvé. Même ma montre bracelet me le confirmait. La terre tournait rond, sens inverse de ses aiguilles,  la lune lui avait fait des confidences sur l’oreiller. Désormais nous marcherions sur la tête, déboussolés et débranchés, sans horaires, ni fictions, sans complet-vestons, plus besoin de chemise ni de pantalon. Cette  révolution serait-elle martienne et va-nu-pieds de nez?

Depuis ce jour-là, une question trotte dans ma tête: C’est l’heure ou c’est pas l’heure?

 

Mujer soñando con la evasion

Joan Miró (1945)

(Femme rêvant d’évasion)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Catégories : Agenda Ironique | 10 Commentaires

Navigation des articles

10 réflexions sur “Agenda ironique de mars et sa suite.

  1. « Les prédicats sont de sortie » ! et ça vaut la peine de les regarder partir à vau-l’eau et en niquedouille au gré de la plume-au-vent de Jacou !
    🙂

  2. Excellent je me suis régalée à te lire .
    Bon week – end
    Bises

  3. Est-ce si fou que cela?

  4. Ah oui, c’est du fou et du solide ! Moi, j’adhère comme la glu !

  5. Pingback: Agenda ironique de Mars-ça se précise | monesille

  6. Mais tu te déchaines, c’est un rêve, on en crève de rire et pourtant, pourtant, pas si fous que ça ! et Miro, ah, Miro, si tu nous prends pas les sentiments on s’évade avec toi !
    Bisous

  7. Peut-être fou, mais bien proche de la réalité.
    Je ne sais si je dois te le dire, mais tu ne rêvais peut-être pas! 😉

  8. Pour répondre à la question qui trotte dans ta tête: C’est l’heure ou c’est pas l’heure? la réponse est la suivante : « Tout dépend du prédicat voire du défilé des couches- culottes dans un futur proche »
    Je répète «  »Tout dépend du prédicat voire du défilé des costards-cravates dans un futur proche »

    ah oui et demain on change d’heure : dans quel sens déjà?

  9. Je plussoie Léodagam. Pas si fou que ça! Et un vrai régal!
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :