Pensées

Après deux jours passés à Verdun, l’Ossuaire de Douauomt,

9 novembre 2016, arrivée de lycéens allemands de Göppingen, en compagnie d’un professeur d’histoire, d’un professeur de français, du président du comité de jumelage de Göppingen, accueillis par le Comité de jumelage de Pessac.

Dans le hall de la mairie, une exposition de photos, lettres, objets civils et militaires, tant français qu’allemands, témoins de cette guerre, interpelant sur la similitude des souffrances, des vies de ces hommes, de leurs questionnements, même amour de la vie, mêmes déchirures morales, mêmes carnages, cette fatigue sans nom, cette ignominie qu’est la guerre, cette négation de l’être humain…

10 novembre 2016, le matin, une pièce de théâtre jouée en langue allemande devant les élèves germanistes du Lycée Pape Clément de Pessac.

10 novembre 2016, l’après-midi, cérémonie commémorative, au cimetière de Bruges-nord,  en présence des lycéens de Göppingen et des lycéens de Pessac, ayant travaillé et échangé sur la guerre de 14/18, les jeunes allemands déposant une gerbe sur la tombe des soldats allemands, victimes de cette guerre.

11 novembre 2016, deux lycéennes allemandes prennent la parole à la cérémonie commémorative à Pessac, ville jumelle de Göppingen. Il sera déposée une gerbe par les deux présidents des comités de jumelage, accompagnés des lycéennes de Göppingen.

Une longue énumération de noms de pessacais « morts pour la France », en même temps que de jeunes enfants, de la famille du défunt ou écoliers de Pessac, déposaient un bouquet tricolore au pied du monument.

A la vue de ces jeunes enfants, si beaux, confiants, émus et impressionnés, traversant entre deux rangées d’anciens combattants présentant les drapeaux, sous le regard d’une foule nombreuse, et entendant ce »Mort pour la France », je me suis  dit, avec un pincement au coeur, sous les drapeaux bleu-blanc-rouge, noir-rouge-doré, mêlés, que ceux que nous honorions, n’avaient certainement pas combattu pour cette France d’aujourd’hui, celle que nous offrons et que vivront ces enfants, émus, joyeux, tendres.

Publicités
Catégories : Evénements, Les mots biographent | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :