MA FORÊT

PROPOSITION 69 – LA FORÊT

Couvrant près de 40 millions de km² des terres de la planète, la forêt tient une place particulière dans nos mémoires primitives. Elle peut être un lieu de paix mais aussi de peurs ancestrales mais aussi de mythes sous toutes les latitudes.

LA PROPOSITION Quelle est votre forêt à vous ? Le lieu des contes et légendes ou un endroit de promenades bienfaisantes et de cueillettes de champignons et de muguet, ou êtes-vous un poète, randonneur, skieur, alpiniste… ?

LES CONSIGNES

– Un texte de 1 à 2 pages (maximum)

– Comme le plus souvent tous les styles sont bienvenus

– N’oubliez pas de donner un titre à votre texte

– intégrer les mots : cicatrice – clair de lune – futaie –

Ma forêt

Ma forêt

S’étale à l’infini,

Existant bien avant, ancêtre,

De celle, qui vit aujourd’hui,

Plantée par l’homme, pour assainir marécages,

Et mieux appréhender ces populations,

Jusque-là intrigant le bon peuple,

Et ceux de Paris.

Ces sauvages, arriérés,

Il fallait changer leurs manières;

Hommes et bêtes, vastes étendues,

Pour circuler librement, échappant à tout contrôle.

Alors,  des hectares et des hectares, on ensemença

Cet arbre, que l’on savait adapté au sol et au climat de ce pays.

De la forêt primitive, au bord des gats, les mêmes arbres montraient leurs fières silhouettes.

Mais on les multiplia.

De ces plantations, naquit une industrie,

S’enrichirent des bourgeois,

Firent construire des maisons de maître,

Décorées d’alios, la pierre du sous-sol,

Au-dessus s’ancraient les racines de ces nouveaux arbres.pot-de-resine-0

Les hommes, apprirent à récolter la résine,

Pots accrochés sous la blessure de l’arbre,

Laissant au sol des  galips, qui collaient les doigts.

D’autres, perchés sur leurs échasses,

Continuaient leur métier de berger,

Géants folkloriques, gilet en fourrure de mouton,

Traversant le pays, tandis que pacageaient les bêtes,

Au milieu des bruyères,

Accrochant leur laine aux ajoncs.

Les ajoncs, tout comme les genêts,

Grappes de fleurs jaunes,

Mais l’ajonc parce qu’il pique, finit par la lettre c.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ainsi, en retenais-je la bonne orthographe,

En même temps, dans ma bouche, fondait,

Saveur douçâtre, l’arbouse.

De ces hommes métayers,

Faisant aussi métier de gemmeur,

La révolte vint.

Emplissant du précieux liquide,

Les barriques, dont le prix, au contraire de leur salaire,

Ne cessait d’augmenter,

Sachant l’enrichissement des propriétaires,

Demandaient justice sociale.

Aujourd’hui, plus de pots de résine,

Si ce ne sont, emplis de bougie,

Ceux destinés aux touristes,

Plus de doigts poissés,

Mais toujours le craquement d’une pigne,

Roulant sur le sol,

Ce tapis vernissé des longues aiguilles piquantes,foret-tempete

Ces troncs immenses, érigés droits,

Levant haut la tête au ciel,

Les racines enfoncées dans un sol peu stable,

Faisant de ces géants, les proies faciles de tempêtes,

Arrachés à cette terre sablonneuse,

La soulevant avant de s’écrouler.

A la frange de l’océan,  silhouettes tordues,foret-erosion

Sculptées par le vent atlantique,

Racines et branches emmêlées,

Racontent,des dunes, la lente avancée,

Et  de cette forêt, le lent, mais inévitable grignotage.

 

 

 

foret-landaise

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Catégories : Les mots biographent, Tisser les mots | 10 Commentaires

Navigation des articles

10 réflexions sur “MA FORÊT

  1. Je l’adore cette forêt !😉 et tu en parles si bien…

  2. Bon dimanche Jacou,
    Comme tu la connais mieux que moi cette belle forêt. Un vibrant hommage à celle-ci. En parlant de Juppé ce matin, il fut abordé le métier de résinier. J’aimerais tant en sentir cette odeur en-dehors de celle de l’odeur des pins. Je suppose qu’elle doit être fort différente ? Juste une idée. 😉
    Comme nous nous sommes vues dans la vue réelle, j’espère bientôt faire une incursion approfondie dans cette région dont tes mots décrivent avec amour cette terre là.
    Merci à toi. Bises
    Geneviève
    ps : Qu’est ce qu’aime beaucoup la créativité de ton blog, c’est magnifique, surtout l’en-tête. Je suis fan 🙂

  3. Merci pour le lien, pour la phonétique, aussi.
    mais ma fille vivant en Hongrie ;), je lui ai demandé comment se prononçaient toutes ces lettres.
    Je trouve aussi très amusant de lire les mots.
    Viszontlátásra ( au-revoir) se prononce vissonetatlachra . Ma fille m’avait dit, pour retenir ce mot, de penser à « le vison, tu te l’attacheras », et ça a marché! 😀

    • Tient moi j’ai appris en phonétique vizon’t latach’ro
      Le plus difficile pour apprendre les lettres a été de modifier le « a » en « o en hongrois. 😉

  4. J’ai pris note, je vais essayer de faire ton atelier, mais pourrais tu me dire pour quand il faut rendre les copies
    Quand à ta forêt, elle me plait bien, et je m’y suis promenée avec plaisir
    Bonne soirée
    Bisous
    Mandrine

    • Bonjour Mandrine
      Merci de tous tes commentaires sur mon blog.
      Tisser les mots, n’est pas mon atelier. Et fait une pause jusqu’au 10 janvier 2016
      Par contre, pour le tien, »La magie des mots », je participerai bien volontiers, au prochain
      Amitiés et bonne journée :).

  5. voilà je dépose mon atelier, j’espère qu’il te plaira
    bonne journée à toi
    bon week-end
    bisous
    Mandrine
    https://mandrine6.wordpress.com/2016/10/15/mon-reve-et-mon-cauchemar-les-mots-orthographes-chez-jacou/trackback/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :