« Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne, »

Ecrit pour les impromptus Semaine du 3 octobre au 9 octobre 2016 – En un soir chaud d’automne

Après avoir pris au pied de la lettre toutes les expressions possibles, nous nous rendons compte que nous sommes réellement en automne.
C’est pour quoi nous vous proposons, à l’égal de Charles Baudelaire dans son poème « Parfum exotique » de débuter obligatoirement votre texte par l’incipit suivant : « Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne, »
Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne,
J’entendis son violon répéter cette gamme monotone,
Dérangeant ce rêve délicieux en plein milieu d’un somme,
Gourmandises exquises d’un effeuillage fantôme,
Lui fis savoir, son instrument désaccordé, et rengaine monochrome
Vaudrait mieux, avant que je ne l’assomme,
Que où cela lui chantait, les abandonne.
Me répondit une succession  de longues notes diatones,
Concluant, soufflant dans un trombonne,
Me souhaitant  devenir sourd et aphone.
Publicités
Catégories : Impromptus | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “« Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne, »

  1. quand les deux yeux fermé, en un soir chaud d’automne,
    au sortir d’une sieste, d’un roupillon, d’un somme
    il est doux d’écouter en grignotant des pommes
    les flons flons langoureux de quelque gramophone
    🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :