Agenda ironique en juin ter

JUIN 2016 bisEcrit pour l’agenda ironique de juin 2016, concocté par Anne de Louvain la Neuve.JUIN 2016

Voici un aperçu de sa proposition.Donc, mes joyeux et fidèles complices, lancez-vous dans la grande aventure avec cette première consigne, celle d’un titre imposé : « C’était à … faubourg de… dans les jardins de ou d’…. » que vous aurez l’amabilité, l’obligeance et la grande bonté de compléter selon vos désirs le plus fous.

Deuxième consigne. Ces illustrations vous aideront ( ?) peu ou prou. Non, ne hurlez pas « c’est un scandale » ! Ne vous sauvez pas !

Et puis, je pimente tout ça en pensée pour Asphodèle en imposant quelques mots supplémentaires (je cherche mon dictionnaire, un instant…)  et j’inscris ici en lettres d’or : cannibale, fourbir, niquedouille, praliné, rentable,

sautiller, tellurique.

Invitée par Anne de Louvain la Nonantienne, nonantienne, n’étant pas, comme vous eûtes pu perfidement le penser, une vieille cornette, mais plus prosaïquement nonantienne, féminin de nonante,  signifiant, de ce fait,  neuve en pays wallon. Penser que la personne susnommée, serait  de première fraicheur, relève de la pure fiction, non plus que de nonne elle n’en a la tenue, menant une vie que je m’abstiendrai de qualifier de monacale; en témoignent ses écrits à la plume légère,  (s’il n’y avait que la plume, me suggèrent, vagabondes, mes pensées)…invitée, donc, par cette charmante amie, organisatrice, en ce  juin, quelque peu déboussolé, à son image, d’un rallye, « L’agenda ironique », à lui narrer(vous  suivez?), les péripéties vécues par votre obligée dans  » Petits fours, délices et autres »( vous suivez toujours?).

Vous les trouverez résumées dans:

Du chou dans les décolletés

J’étais à Longée, faubourg de Minourtrons, dans le parc, à l’ombre de mon pavillon de chasse.

  • Mamie!
  • Alexandrine, combien de fois faudra-t-il que je  vous répète de ne pas m’appeler mam…
  • Oui, je sais Mamie, mais…
  • Dottie!
  • Dottie, hihihi, Mam…, heu, Dottie, y’a Tantine qui est, qui a…
  • Qu’a-t-elle encore inventé? C’est insensé. Quand donc cessera-t-elle  de m’empoisonner la vie?
  •  C’est que justement…
  • Justement quoi? Ne me dites rien. Et puis d’où sortez vous ce vêtement de prolétaire?
  • Dottie, votre soeur a eu, a eu un acc…, est passée. Voilà, c’est ça, est passée.
  • Encore! Arrêtez de sautiller, on dirait que vous avez attrapé la danse de Saint Guy; ce qui ne me surprendrait pas, étant donné vos fréquentations. Ma soeur, évidemment!
  • Non, Mam…non Dottie…
  • Si vous m’appelez une fois de plus…Mais qu’aperçois-je? Serait-ce…Cher ami, Chèvrechou, vous ici! Que me vaut le plaisir!  Vous semblez tout pâle. Alexandrine, vous pouvez disposer. Les soucis peuvent attendre, et ma soeur, également.
  • Votre soeur, c’était donc votre soeur!
  • Je comprends votre étonnement!
  • C’est que je l’ai…
  • Vos sous entendus sont insupportables, mon ami!
  • Mais je ne dis rien de tel…
  •  Mon ange adoré, approchez vous. Vous voilà l’air penaud. Mais, non, je vous pardonne. Un instant, j’ai supposé que vous m’aviez confondue avec ma jumelle. Venez, je promets de ne plus être méchante.
  • Je suis si confus, un terrible malentendu, un geste déplacé…
  • Ma soeur n’a jamais su tenir son rang. Nous avons pourtant reçu la même éducation. Pension suisse, nurse anglaise, répétiteurs, participations aux  bals les plus prestigieux; un fiasco, un investissement affectif, désespérément peu rentable, pour nos géniteurs. De mon côté, réussite totale, n’est-ce pas mon ami? Venez, que je vous console.
  • Je ne pourrais le supporter, après cet incident, je le regrette…votre jeune et jolie soubrette m’a surpris…
  • Alexandrine! Toujours à mettre son nez, où elle ne devrait pas. Elevée par ma soeur! Voyez le résultat! Toujours à vagabonder! Savez-vous qu’elle se sentait des affinités pour notre garde chasse, et que sous prétexte d’apprendre  le maniement des armes,…mais j’y ai mis le holà; m’occupant personnellement du sort de ce dernier; lui faisant comprendre qu’au lieu de s’occuper des penchants de ma filleule, il ferait bien de consacrer plus de temps à fourbir mes armes personnelles! Depuis, à ma grande satisfaction, il s’acquitte si bien de sa tâche, avec une telle endurance, et dextérité, que je n’ai plus rien à lui reprocher.
  • Je crains de devoir vous quitter, ma chère amie; une urgence, qui ne peut point attendre.
  • Si tôt, ingrat. Vous m’en voulez encore?
  • Vous êtes pardonnée; mais voyez vous, j’avais oublié une affaire d’importance, dont le dénouement approche; et pour laquelle je me dois d’intervenir.
  • Allez, allez vite, mon ami, régler cette odyssée. J’attends votre retour. Nous dégusterons des pralinés, dont je sais que vous êtes entiché.

« Gnagnagna,pralinés, poil à tes  nénés, gnagnagna, entiché, poil à tes  péchés, vieille folle. Tu vas moins roucouler quand tu apprendras… »

  • Alexandrine! Je vous cherchais!
  • Vous en avez mis du temps!
  • C’est votre marraine qui me faisait des confidences.
  • Gnagnagna, sa soeur, les bonnes manières; elle ferait bien de balayer devant sa porte, la mamie Radottie, je sais tout pour le garde chasse, et puis le reste; vous croyez que j’ai pas deviné, pour vous? Prince de Chèvrechou! Lady Donatienne de Vertu est ruinée!

Alexandrine se mit à tourner, tourner, tourbillon tellurique; sous les regards ébahis du bellâtre princier. A la regarder, un vertige le prit, il tomba, écrasant Tantine, le nez dans son décolleté. Ce qui eut pour effet de la réveiller.

  • Alexandrine, arrête tes âneries. Viens me sortir de là.
  • Tantine, tu n’es pas morte! Le prince!
  • Quoi, le Prince?
  • Il est, il est couché sur vous. Il vous a ressuscitée, en vous donnant un baiser.
  • Tu lis trop de romans feuilletons, ma fille.
  • Et, vous ma soeur, toujours aussi dépravée. Chèvrechou, retirez-vous immédiatement! Espèce de cannibale!

Laissant ses deux tantes, aux prises avec un Chèvrechou inconscient*, Alexandrine s’éclipsa.

Quelque part dans un autre jardin, d’un autre faubourg, d’une autre ville, l’attendait un certain garde-chasse…

*A vrai dire, Chèvrechou n’en menait pas large. Son deuxième plan venait d’échouer. Croyant avoir tué Tantine, il envisageait de faire accuser le garde-chasse;  pensant qu’Alexandrine, déçue d’être négligée par ce dernier, il espérait la convaincre sans peine de désigner son ex-amant, comme étant le coupable. Quand à son premier plan…

Pour ce qui est des confidences que je devais faire à la Louvain Nonantienne, vous avez vraiment cru que j’allais me risquer à les confier à cette bavarde!

 

 

Publicités
Catégories : Agenda Ironique | 6 Commentaires

Navigation des articles

6 réflexions sur “Agenda ironique en juin ter

  1. Dites-moi, chère amie, je ne l’avais pas encore lu celui-là. Quel tourbillon lady charterleynien et ce garde-chasse chassé mais pas trop d’une couche à une autre et ce Chevrechou assassin, qui prend le reste du monde pour des chèvres alors qu’il est loin d’être chou ! Je l’insère illico dans l’agenda ironique car il faut suivre ces aventures de jupons affriolés tous sens aux abois ! Woua hou… crie le loup dans les sous-bois. Y a-t-il déjà hallali ?

    • Chère Louve
      Que vous êtes bonne. Je reconnais chez vous ce sens du devoir, si rare chez les gens de votre condition.
      J’accepte une rencontre autour d’un thé accompagné de scones et de ma soeur, celle-ci ne me lâchant plus les basques, depuis la triste aventure que vous savez.
      Je la connais assez pour savoir combien elle raffole de ces nouveautés, particulièrement ces pralines mirabelles chocolatées, et puis, tant que sa bouche sera pleine, enfin, je me comprends. Quand à moi, je me contenterai d’un misérable scone, les biscuits croquants, en ce moment, risqueraient de perturber ma mâchoire, rien de grave, rassurez vous; ma dentition traversant une période, comme dirait un odontologiste de mes amis, âge de pierre.
      A très, très bientôt.
      Dottie
      PS: Ayant épuisé mon droit de réponse, concernant la narration précédente, j’use de celui-ci, pour répondre à votre si charmante et généreuse invitation.

  2. Pingback: Les textes de l’agenda ironique de juin 2016 | Anne de Louvain-la-Neuve

  3. C’est un peu compliqué, là… Faut que je relise!

  4. laurence délis

    Ah ben en fait, il y en a trois 🙂 Double bravo alors pour l’inspiration !

  5. ha, ha, j’en louche, prend donc les jumelles, me dit chèvrechou !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :