Sur les ailes de la musique.

Ecrit pour LES PLUMES 48 – résultat de la collecte de l’humeur d’un jour de janvier 2016 !

LA LISTE RETENUE :Jour, gentillesse, motivation, coupable, fer, almanach, visite, éparpillement, dilettante, farandole, insomnie, maison, passe-partout, plaisir, poésie, éclaircie, tempête, mélancolique, serpillière, agacement, chaleur, respirer, minuscule et syncopé.

LA LISTE NON RETENUE :Humeur, inspiration, content, liberté, aube, pluie*,  procrastination, pingouin, mélancolie, oiseau, famille, olympien, linge, fantaisie, pédestre, coeur, passé, wassingue (serpillière en flamand et c’est dans le Larousse 2015), diaporama, bonheur,pandiculation*, majuscules et essorer.

Sur les ailes de la musique

Dans la maison voisine, musique syncopée, plaisir de pianiste dilettante. Souvenir lointain de farandoles,  joies et libertés partagées, motivation à rêver, chasser l’instant mélancolique.

Joue, toi l’inconnu, continue ces fantaisies, passe-partout pour fêtes de famille avant son fatal éparpillement.

Laisse courir tes doigts sur les touches, joue, joue encore.

Je ne t’entends plus. Bientôt la fin de la nuit, je n’ose à peine respirer. Peut-être t’ai-je dérangé? Je me fais minuscule, tu ne me vois pas, ne m’entends pas.  Souffres-tu, toi aussi, d’insomnie? Regarde, j’ai ouvert en grand mes fenêtres, pour mieux profiter de ce cadeau, que tu me fais.

C’est par un jour d’orage, que tout a basculé. Plus rien ne fut comme avant. Oh, oui, joue, joue, raconte, toi, le malheur, les séparations, les fuites; on les a dit coupables, ils sont partis, jetés, exilés, désespérés. Joue, joue encore. Tu te rappelles, nous échangions des poésies. Nous les accrochions aux branches, sur le fil de fer à étendre le linge, à la poignée des portes. Nos paroles étaient libres, nous disions tout, ne cachions rien.

Tu te souviens, comme nous aimions, profitant d’une éclaircie, nous retrouver après la tempête, riant  de grand maman, de ce que nous pensions être de l’agacement, qui nous découvrit,  nous traitant de chat et chatte en chaleur. C’était son jour de visite. J’ai retrouvé l’almanach, où elle a tout consigné.

Ecoute:

Mes petits, mes deux petits, comment n’ai-je rien vu, jusqu’à ce soir?

Comment avez-vous pu?

Quand ce que je prenais pour des jeux innocents, votre gentillesse mutuelle…je ne pouvais me douter…l’horreur, cette horreur que je découvris enfin.

J’ai le coeur en peine; je dois ne rien taire. Pour eux, nous tous, la famille.

Intraitable, nous devons être. Une telle erreur.

Plus jamais ça…

Joue, joue, tu es revenu, Notre passé, les trahisons, les jalousies, ennemies; ils se sont déchirés pour rien. Des ragots, des on-dit. Je le sais maintenant. Juste l’amour, une attirance, un jeu, un pari qui a mal tourné. Toi aussi, je l’entends, tu me le dis. Viens, je suis ta soeur, ta femme, ton amie; ils ne nous empêcheront plus; j’y veillerai; d’ailleurs c’est fait. Je l’ai fait. Pour toi, pour nous. Je te rejoins; la fenêtre est ouverte…je fais vite; avant que le jour se lève;  vers ces notes de bonheur,  je prends mon envol. Tu vois comme c’était facile, nous leur avons échappé.

 

 

 

 

 

Publicités
Catégories : Jeux d'écriture, les plumes d'Asphodèle | 18 Commentaires

Navigation des articles

18 réflexions sur “Sur les ailes de la musique.

  1. Pingback: LES PLUMES 48 – LES TEXTES DE JANVIER 2016, selon l’humeur du jour… | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  2. Gloups (si j’ai bien compris !) ! Ho, là, là !

  3. Tres poetique ! Vivant aussi, comme dans l’urgence, l’instant présent…

  4. Le doute que tu laisses planer à la fin de ce texte haletant avec ces mots à plusieurs emploi possible est une épingle dans la mémoire qui reste accroché et qui force à relire, c’est très fort !

  5. Pingback: Agrypnie en mer océane – Écri'turbulente, c'est en écrivant qu'on devient écrevisse.

  6. Tourbillons de mots et d’émotions ; saisissant et troublant, un texte fort qui bouscule!

  7. Toujours ce don pour les fins à double sens, à double-échappement, qui amènent à relire le texte avec un oeil moins naïf ; j’aime beaucoup !

  8. Joue, joue encore de ce concert d’amour qui, même s’il est tabou, donne aux partitions la légèreté des marivaudages…

  9. Un texte fort, poétique et oups ! On relit la fin, car quelque chose a dû nous échapper. Très bien joué, bravo ! Et bon dimanche 😉

  10. Oh quelle fin tragique !
    Pour moi aucun doute sur la fin , contrairement aux commentaires précédents …
    Un très Beau texte Jacou …. Comme une fugue …
    Bon dimanche 🙂

  11. Ho dis donc ! 🙄 Non ? Si ? Et bien ça ne se commande pas ces choses là et la mélancolie, l’amour qui s’échappent de ton texte avec une telle force douloureuse, une si jolie musicalité poétique nous font les aimer malgré tout ces amants maudits …ou amoureux…on ne sait pas et c’est ça qui en fait aussi le sel ! 😉

  12. Bises et bon dimanche Jacou. C’est quand tu écris dans ce « style », cette veine si je puis me permettre que je préfère te lire ! 😉

  13. Une fin pas très joyeuse… mais un texte au joli rythme syncopé.
    Bonne fin de journée!

  14. Wohoho! Audacieux et magnifiquement orchestré! Bravissimo!

  15. Enigmatique et superbe à la fois!!! Osons espérer que ces amants aient enfin trouvé le bonheur derrière cette fenêtre ….
    Je lis ton texte un peu comme une version revisitée de Roméo et Juliette.
    Merci à toi pour ce beau partage.
    Bisous Jacou.
    Domi.

  16. celestine

    Tu as été inspirée par le très beau film Marguerite et Julien, non ?
    Sinon je te le conseille…Il dit avec beaucoup de pudeur les affres d’un amour tabou.
    ¸¸.•*¨*• ☆

  17. Magnifique, j’ai pensé aussi au film que cite Célestine. Je me souviens aussi d’un roman, une saga plus exactement… Fiora, une jeune fille née d’un inceste, mais d’une si belle histoire d’amour qu’on ne pouvait les condamner, c’est fou quand même. J’ai beaucoup aimé ce que tu as écrit ici. Bonne soirée.

  18. Wahou, elle est époustouflante ton histoire. 😀 Et la chute est spectaculaire. 😉 😀
    Bises 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :