Le poète a dit la vérité

Ecrit pour les impromptus Semaine du 2 novembre au 8 novembre 2015 – Les huit éléments

Les photos souvenirs vont maintenant se rendormir ; aussi nous vous proposons de nous conter une aventure, de nous faire un récit ou d’inventer une histoire en vers ou en prose  avec impérativement les éléments suivants :

des personnages :     un grand-père et un enfant
une profession :        clown
une période :             1914
des lieux :                   le département du  Rhône

un bâtiment :             un pont
un objet :                    un pendentif
un animal :                 un  lapin
et  n’oubliez pas de placer la phrase
«  et pourtant, je t’avais prévenu(e) »

 

Le poète a dit la vérité

Rédaction :Décrivez en quelques lignes un clown.

« Je l’ai rencontré à la cérémonie du 11 novembre, au monument aux morts de Vaux en Beaujolais. On y commémorait la fin de la guerre de 1914.
Ce qui m’avait attiré, était ce personnage, que l’on ne pouvait pas ne pas remarquer. Il avait un nez rouge, jouait la sonnerie aux morts, avec sa trompette.
Près de lui, au garde à vous, se tenait un enfant, élégamment vêtu de blanc.
Celui-ci de son chapeau fit sortir un lapin.
La trompette jouait un air guilleret, le lapin remuait ses oreilles en rythme, puis disparut par l’orifice de la trompette.
Sous les applaudissements, le maire décora l’enfant, lui remettant un pendentif.
L’homme et l’enfant se tenant par la main, s’éloignèrent en sautillant, suivis par la foule amusée.
Le couple s’arrêta ; l’enfant grimpa sur les épaules de son père ; le lapin grimpa sur la tête de l’enfant. Le fragile échafaudage poursuivit sa route ; les spectateurs aussi. Un air de trompette : « Le pont de la rivière Kwaï ». Nous avions changé de décor, nous avions changé de guerre. »

– Martin, c’est quoi ce devoir ?
– Vous avez demandé de décrire un clown.
– Pas de manquer de respect aux morts de la Grande Guerre. Et en plus, un lapin qui remue ses oreilles en rythme ! Et moi, je suis le curé de Clochemerle, peut-être ?

*****

– Martin, quand tu auras fini de goûter, je t’apprendrai un autre tour.

– Pépé, j’ai pas le temps. Je dois refaire mon devoir sur le clown.

– Comment ça ? Tu dois le refaire ?

– Le maître, il était pas content. Il a dit que je manque de respect, qu’un lapin…

– J’ai compris. Et pourtant, je t’avais prévenu. Je savais qu’il voudrait pas croire à mon histoire.

– Et si je lui montrais la photo de papa, en clown blanc, monté sur tes épaules, et le lapin ? Tu crois qu’il me croirait ?

VAUX MAIRIEimages-1384333779-dl-repclochemerle2013070800285

Publicités
Catégories : Jeux d'écriture | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Le poète a dit la vérité

  1. Pas encore lu sur les Impromptus, je le découvre ici, ce petit texte bien joli. Merci Jacou et j’attends des nouvelles pour l’agenda suivant. On ne s’ennuie pas entre lapin, clown, pépé et Fatima !

  2. c’est pourtant une belle histoire et la guerre est finie on se réjouit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :