On a perdu Citronnelle

Ecrit pour miletune, semaine 37

INITIALES

MAISON

LE MOT DE LA SEMAINE EST CITRONNELLE

On a perdu Citronnelle
Citronnelle, c’est mon chien. Appelé ainsi, à cause de son pelage jaune. Et puis c’était l’année des C.
D’abord, on l’avait appelé Chien. Chien ne faisait rien comme les autres. Il reniflait les inconnus, se laissant caresser par eux, sans grogner, remuait la queue en voyant le facteur. Un brave toutou C’était un fugueur. Souvent, au village, on m’interpelait : « Hé ! Baskerville, on a vu ton chien ; il se faisait toutes les poubelles de la rue Holmes. » Et de rigoler, faisant des allusions au flair de Chien, qu’on aurait pu l’appeler Rantanplan…
Mais un jour, il ne rentra pas. Je partais le chercher un peu partout, dans les endroits, où il avait pris ses habitudes. Il demeurait introuvable.
Nous déménageâmes. Chien, toujours absent, nous manquait. Cependant, l’espoir de le revoir s’estompait.
Nous emménageâmes dans une nouvelle maison ; plus grande, nous convenant mieux, chacun ayant son espace à lui. Pour cela, nous avions quitté le village, pour un autre, éloigné d’une vingtaine de kilomètres.
J’avais un nouveau vélo, et le droit de me balader seul ; à condition de rentrer avant la nuit. J’en profitais pour m’entraîner, futur champion vététiste. Je parcourais sentiers et chemins, à travers les bois et les champs. Je commençais à connaître les parcours par cœur, et pour le champion en herbe, que je pensais être, les obstacles étaient sans intérêt. Je pédalais plus loin, élargissant mon champ d’entraînement, en même temps que d’exploration.
Je connus de nouveaux paysages, de nouveaux ruisseaux, contournant des cabanes en ruine, découvrant, nichées en haut des arbres, des palombières ; je rencontrais des cueilleurs de champignons ; je découvrais des décharges sauvages, des carcasses rouillées de voitures…jusqu’à ce fameux jour, où, distrait par la vue d’un héron pêchant dans une mare, une grenouille croassait, comme si elle le narguait, le soleil éclairant ce tableau parfait, mon vélo lancé à toute allure, je me retrouvais expédié par-dessus bord, dégringolant une pente garnie de ronces, de pierres…
J’étais un peu cabossé, des égratignures saignaient ; mais dans l’ensemble, plus de peur que de mal ; mon casque m’ayant bien protégé.
J’avais atterri près d’une vieille vigne, abandonnée. Rangées touffues, ceps tordus, grappillons desséchés montraient que les vendanges appartenaient au passé. Ce que ne démentait pas la bâtisse émergeant de tout ce fouillis. Délabrée, sans vie, elle se tenait, malgré tout, solidement debout.
J’étais curieux de la voir de plus près ; peut-être de découvrir des vestiges de son passé.
La visite se montra décevante ; à l’intérieur, silence et poussières ; odeurs de foin depuis longtemps engrangé ; aucun indice, à part cette inscription, que je découvris sur un mur.
« Ereucé plus aimeugéaifeu égale a. Kézaco ? » pensais-je à voix haute. Surgit alors un chien, suivi d’une fille.
Le chien me faisait la fête, frétillait de la queue, sautait autour de moi, aboyait joyeusement à n’en plus finir.
« Marie-Georges Fardo ? »
« C’est bien moi. Et tu es Richard Canon. Je te présente mon chien Citron. »
« Citron ? Quel drôle de nom ! »
« A cause de son pelage. »
« Attends. Tu as dit…à cause de son pelage ? Moi aussi, j’avais un chien, appelé Citronnelle, d’abord Chien, puis Citronnelle, parce que tous les chiens s’appellent Chien, et puis à cause de son pelage…mais c’est lui, mon chien, Chien, Citronnelle, c’est lui, je le reconnais. »

« C’est ton chien ! Parce que, pendant plusieurs jours il est resté chez nous ; nous lui avons donné à manger ; il semblait perdu ; alors on l’a gardé. »
« Marie-Georges ! »
« Oui ? »
« Je t’adore ! »

Publicités
Catégories : Jeux d'écriture, Les mots photographes | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :