Bateau lavoir

Cet article participe au rendez-vous mensuel « Mots éparpillés » de Margarida Llabres et Florence Gindre, projet inspiré par « Mots sauvages » de Cécile Benoist.

mots éparpillés n°9 pour le 15 mai

Photo de Anne-Claude Thévand.

Bateau lavoir
Voilà quelques années, j’avais participé à un concours.
Ce concours, mots fléchés géants, m’avait donné du fil à retordre.
Je vous donne quelques exemples tiroir crieur, ouvroir tireur, tamanoir noceur, lavoir balayeur, saloir fumeur. Mais le plus dur avait été ce WC urinoir cireur.
Mes amis souriaient lorsque je leur demandais un avis, les dames gloussaient, gênées.
D’autres me traitaient de sale raciste, d’autres me lançaient, goguenards « Uri t’a bien ciré les pompes, aujourd’hui ? » et autres grossièretés.
J’avais tenté cireur urinoir, il y avait bien bateau lavoir… tous les bouts, toutes les associations possiblement incongrues, liaisons fatales, mal t’à propos.

J’allais baisser les bras, lorsque me vint une idée: le dorica castra.

Aussitôt pensé, aussitôt écrit:  urinoir cireur, heure bleue, bleue de froid, froid de canard, canard WC. J’eus l’intuition que j’avais vu juste.
Dans la grille, six cases vierges, et mon palmipède ailé y prenait place aisément.
Le premier prix était un séjour en un non lieu mystère, transport tout terrain,  recours gracieux.
Je m’embarquais sur un contre courant.
Je fus accueilli par des hommes sandwich, porte faix, alignés en double haie. On avait déroulé le tapis rouge, sur lequel je fis mes premiers pas, saluant à qui mieux-mieux les tiroirs caisses, lèche-vitrine, sans le sou, sans dessus dessous, devant derrière, pince sans rire, honnis soient qui mal y pensent, micro trottoir…
Je ne savais où donner de la tête ; c’était des baisemains à plate couture ; héros d’un jour, héros toujours !
Sans coup férir, je décidais de poser mes valises ; j’avais trouvé le pays des savoir-faire, savoir vivre, je pouvais enfin dormir sur mes deux oreilles, les orteils en éventail, chanter à tue-tête, me moucher du coude.

Post scriptum: j’ai ouï dire par un quand à soi, qu’un nouveau concours de chassé croisé avait vu le jour dans le quotidien Ad Vitam Eternam. Premier prix: un faux semblant.

Publicités
Catégories : Jeux d'écriture, Les mots photographes | 8 Commentaires

Navigation des articles

8 réflexions sur “Bateau lavoir

  1. Pingback: Mots éparpillés : mai 2015 | FG - Florence Gindre

  2. Je suis impressionnée par le bel exercice de style que tu as réalisé ! Bravo !
    Tu as bien joué avec les mots, je t’imagine les roulant dans ta tête, les savourant avant de les coucher sur le papier (écran).

  3. Quelle virtuosité!
    J’en suis baba!

  4. Marie Kléber

    C’est superbe! je suis bluffée moi aussi.

  5. joli ! et ça parait couler de source…. je suis estomaqué !

  6. Bravo.
    Fallait le faire …
    Tout ça à partir d’un malheureux petit panneau .

  7. Wow ! Moi aussi, je suis stupéfaite ! Bravo pour cet exercice de style ! Très intéressant.
    Merci de ta participation,

  8. Soufflée, je suis!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :