Dans la peau d’une autre

Ecrit pour Les plumes d’Asphodèle LES PLUMES 39 – Résultats de la collecte pour Monter !

Horizon, nature, ciel, échelle, fatigue, grimper, cabane, rideau, créneau, Eden, montagne, étagère, fièvre, transcender, panne, épuiser, oeufs, cheval, ascenseur, ravissement, remontant, rythme.

Dans la peau d’une autre.

Sur l’étagère, une montagne d’œufs. Je me demande comment ils tiennent si bien l’équilibre.
Un courant d’air. Clac, la porte.
Rien ne se passe. Les œufs n’ont pas bougé.
Par contre les casseroles accrochées à un clou se cognent en rythme.
Morte de fatigue, je m’écroule sur le lit ; bien sûr, ce n’est pas l’Eden, mais épuisée, comme je le suis, la moindre couche fait l’affaire. D’ailleurs, je n’ai jamais été très à cheval sur le confort, quelles que soient les circonstances. Et je n’en avais encore jamais vécu de telles.
Apaisée, reposée, j’explore mon nouveau domaine. Une cabane, le nécessaire pour vivre et même pour survivre un bout de temps, un seul lit, et dehors. Et surtout, pourquoi suis-je là ?
Tout en découvrant ce qui m’entoure, je remets de l’ordre dans mes pensées.
Hier, tout allait bien, des projets, une vie, des amis. Rien de transcendantal. La routine. Je me préparais à passer la fête du jour de l’an, avec des copains et copines, la même ambiance chaleureuse, des bulles, des confettis, des embrassades, mots doux et guillerets, musique et paillettes…ciel sans nuages à l’horizon ; cette nouvelle année me verrait grimper plus haut l’échelle, m’approchant un peu plus du sommet de mes ambitions.
Les œufs ont disparu. Les casseroles, aussi. Il en reste une. De quoi faire chauffer de l’eau pour mon café. Y a-t-il du café ? Oui ; un bol, du sucre. Sympathique demeure. En pleine nature, pas un bruit, la forêt…Ai-je décidé de changer de vie ?
Aujourd’hui, commence une nouvelle année, pour tous, pour moi. C’est quoi cet endroit ?
Je suis dans un ascenseur ; en remontant, une panne l’a stoppé. Une panne de courant. Je suis seule dans cet ascenseur ; seule, toute seule. La fête est finie. Bloquée au douzième étage ; mon appartement est au quinzième ; avec une belle vue sur la ville. J’attends. J’ai sonné et j’attends.
Puis, c’est la chute ; quinze étages à une allure folle ; et moi qui hurle ; une dernière secousse et plouf, plus rien.
« Vous pouvez lui parler ; elle vous entend. Non, elle n’a pas de fièvre. »
J’entends des voix, des pas ; on tire un rideau.
« Vous pouvez venir la voir, quand vous voulez. Ne tenez pas compte des créneaux horaires. »
« Georges t’a envoyé des fleurs, Marie. Ce bouquet , un ravissement ! »
Georges ! Juste une question. Pourquoi m’a-t-il laissé monter  seule dans l’ascenseur ?

Publicités
Catégories : Jeux d'écriture | 14 Commentaires

Navigation des articles

14 réflexions sur “Dans la peau d’une autre

  1. Pingback: LES PLUMES 39 – Les textes qui montent qui montent !!! | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  2. Et bien pour une chute c’est une douloureuse…. si bien racontée… Mais oui elle est solide Marie, elle s’en sortira. Mais a-telle toute sa mémoire ? Voilà une bon début de nouvelle.
    Bonne année
    avec le sourire

  3. Fièvre ? Rêve ou réalité ? Un texte très convaincant dont je voudrais connaître la suite …
    Bonne journée Jacou 🙂

  4. Hou ! Moi qui suis claustrophobe, je crois que je n’aurais pas survécu à la chute de l’ascenseur ! Mais oui pourquoi y était-elle seule d’abord ? Un meurtre, niak niak… Une suite peut-être ? 😉

  5. Hallucination ou réalité ? Ou échange d’identité ? J’espère qu’elle se remettra !

  6. Espérons que Marie retrouve assez de force et de conscience pour jeter ses fleurs à la figure de Georges. Il m’est un peu suspect, ce garçon.

  7. Emilie

    Quel suspens! Il me tarde de connaître la suite!

  8. Quel texte ! Qui laisse planer un doute sur les causes, et les effets….J’aime !

  9. martine27

    Oh, oh, y aurait-il eu traquenard ???

  10. Marie, Marie que t’est-il arrivé ? Ça plane pour toi ? Quand je pense à tous ces oeufs que tu aurais pu transformer en succulent omelette, j’en bave ! Bon, ce sera dans un autre délire. Je ne m’étends pas plus avant sur ce sujet, trop d’actualité en ce moment … Amicalement, Marie-Jo

  11. dimdamdom592013

    Et c’est là que pourrait intervenir ma théorie de l’ascenseur hihi!!!
    Je te souhaite chère Jacou une merveilleuse année remplie de partages !!!
    Bisous
    Domi.
    ps : tu me fais un peu flipper dans une semaine je vais me retrouver seule dans un immeuble …. avec ascenseur 😉

  12. marlaguette

    Cauchemar ! quand je pense que je prends « un ascenseur grinceur » chaque jour.. j’en frissonne !

  13. C’est bien tu t’en es sortie, et ce n’était pas une cabane, n’est-ce pas ?

  14. soene

    C’est pas un rêve, c’est un cauchemar.
    Et bien Jacou, tu as les pensées sombres, hein, te faut du repos complet, dans une cabane au fond des bois, avec des écureuils sur le seuil, etc 😆
    Tout est inventé, je pense, mais on s’y croit !
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :