Complainte

Ecrit pour les impromptus littéraires, semaine du 24 au 30 novembre. Il est temps pour vous d’emprunter le 18h45. La suite et la forme vous appartiennent, si ce n’est que votre texte devra débuter par « Il/Elle prenait comme moi le 18h45 ».

Complainte

Elle prenait comme moi le 18h45.
C’était, vous l’avez deviné, le même train.
Tous les soirs, je lui disais, mademoiselle à demain.
Mais elle ne me répondait toujours rien.

Retenez bien ce refrain

Mais elle ne me répondait toujours rien.
Tous les soirs, je vivais le même train-train.
Elle arrivait, c’était le même sourire divin.
Moi, je la contemplais, rongeant mon frein.

Revenez au refrain

Tous les soirs, je lui disais, mademoiselle à demain.
Elle, elle descendait avec le même air serein.
Je l’accompagnais un bout de chemin.
Puis m’en retournais seul avec mon chagrin.

Relisez le refrain

C’était, vous l’avez deviné, le même train.
Un soir, l’apercevant, je crus enfin,
Qu’elle voulait me parler, c’était certain.
De grands gestes me faisait, j’étais bien.

Souvenez vous du refrain

Elle prenait comme moi le 18h45
Je la vis, gesticulant de ses deux mains,
Avec un autre partager, des muets, le destin.
Voilà pourquoi elle ne me répondait jamais rien.

Oubliez le refrain.

Publicités
Catégories : Jeux d'écriture | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Complainte

  1. Il n’est pire sourd que celui qui prend le train.
    j’aime beaucoup le traitement du refrain 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :