Une histoire simple

Ecrit pour écritoire, Titre de Juillet : nous y voici,  le juillet des vacances des feux d’artifices et de la canicule – parfois difficile à vivre, parfois empreint de découvertes, un mois un peu fou.C’est un texte de Jacou33 qui m’a donné l’idée du titre de juillet : il tient en deux mots,

PHASMES ET FANTASMES

: on peut y parler de fantômes et d’insectes,  de jardins et de châteaux hantés ou non, de tuyaux ( mon plombier !) d’herbes sèches, de soleils jaunes et crépitants, de tout ce qui fait notre monde, de tout ce qui devrait le faire. Bref, vous l’avez compris : on s’éclate, on est en vacances, on fantasme si on aime ça, on recherche des phasmes ou des papillons, ou des coquillages : bref, on se penche sur l’infiniment petit ou on se hausse vers l’infiniment grand.  Juillet, c’est le mois de la liberté, ne l’oublions pas.

 

Couple_Sculpture

 

Une histoire simple

Elle parlait avec trop d’emphase.
Il prenait la vie avec enthousiasme.
Son entourage était lassé de son verbiage.
On enviait sa joie de vivre, communicative.
Elle aimait les longues phrases.
Il allait droit au but.
On s’ennuyait à l’écouter.
On n’arrivait pas toujours à le suivre.
Tous deux, étaient plongés dans leurs pensées.
Elle rêvait à un grand avenir.
Lui de plaisirs simples.
Se rencontrèrent de façon abrupte.
Monsieur, il aurait été souhaitable que vous anticipassiez cette rencontre, afin que je ne me trouvasse pas dans cette situation, que je trouve fort désagréable et de surcroît apparaissant tout à fait incalculée, inopportune et dérangeante.
Oh, la jolie rencontre !
Monsieur, c’est…tout, tout, ce, ce que vous, v…bafouilla la demoiselle.
Mademoiselle, permettez-moi de féliciter l’heureux hasard qui a fait que nos chemins aient pris un sens si merveilleusement identiques pour la grande joie et bonne humeur que je pensais avoir déjà connues.
Quel discours, pour un tout petit heurt !
Qui est déjà gravé dans mon cœur !
Jamais je ne me suis sentie aussi heureuse !
N’avez-vous jamais été amoureuse ?Ainsi bras dessus, bras dessous, partirent-ils ensemble.
Leurs pensées et phrases s’accordaient si bien.
Elle Phase, lui Thousiasme.
Les voyant si bien assortis, si complémentaires, les amis les nommèrent Les Two Phiasmes.
Aujourd’hui, à l’endroit même de leur rencontre, se trouve une  statue.

Le temps a effacé quelque peu les lettres de leur nom.
Les promeneurs peuvent lire alors : o Phasmes.

Publicités
Catégories : Jeux d'écriture | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Une histoire simple

  1. bon et bon, signé Jean Luc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :