Honni soit qui mal y pense

Ecrit pour les impromptus littéraires,Semaine du 30 juin au 6 juillet 2014
A un poil près, nous avons failli ne pas avoir de thème cette semaine … quel scandale cela aurait-été pour les impromptus !
Justement. Nous vous proposons de nous écrire une histoire, imaginaire ou pourquoi pas vécue, ayant un parfum de scandale.
La seule contrainte est de retrouver dans votre texte ces mots ainsi libellés : « un parfum de scandale »
A vos plumes pour nous émouvoir, nous faire frissonner ou sourire. Nous comptons sur vous !
200_light
Je naquis un jour de grand vent. Nous étions au printemps.
Maman ressentit les premières douleurs, dans les allées du jardin.
Tout alla très vite, pas le temps d’aller à la maternité.
Elle se laissa choir sur la pelouse, piquée de pâquerettes.
Je vins au monde, le nez chatouillé par l’herbe tendre,
Mon père occupé à téléphoner, pour quérir une sage-femme.
Une marraine débarrassa prestement mon corps des restes de vernix,
Me bouchonnant à l’aide de son étole en soie sauvage.
L’accoucheuse arriva, dégoulinante de sueur, pédalant le plus vite possible.
Quand papa l’avait appelée, elle préparait une confiture de lait.
La tâche de couper le cordon lui revint, elle s’en acquitta avec brio.
Maman, cheveux étalés au vent, chapeau des îles envolé au loin,
Souriait ravie de ma venue, m’enveloppant de ses bras ensoleillés.
Sa robe bleue nacrée, lavée avec mille précautions, embaumait
Savons fabriqués selon une coutume ancestrale,
Séchage sous la lune, quand chantent les grillons et s’allument les lucioles.
On m’appela Printania ; Printaniette, Niniette, Ninia…que sais-je.
Autant de jolis surnoms, offerts par mes tantes, cousines,
Apparues de tous les coins de la planète, célébrer l’évènement.
Chacune me donna ce qu’elles pensaient être le plus précieux.
J’eus les yeux noisette, la bouche rosée, des pommettes assorties, cheveux en guirlande.
Je chantais juste, avais bon appétit, grandis sans problème,
Apprenais bien ce qui me convenait, négligeant ce qui m’ennuyait ;
Préférant me consacrer à des choses plus distrayantes.
Printaniette, encore fourrée dans ce grenier !
Printaniette, mêle-toi de ce qui te regarde !
Printaniette, tu écoutes aux portes, maintenant !
Les grandes personnes, monde plein de mystères et chuchotis.
Portes closes et secrets inavouables.
Eclats de rires et grognements.
Pas furtifs, rougeurs soudaines, gênes passagères.
Plus tard, je me servirai de tout cela, des impressions
Parfum d’un oreiller, mouchoir de dentelle mouillé de pleurs,
Frôlements dans le couloir, laissant des fragrances inconnues.
Mon nez enregistrait, engrangeait dans ma mémoire ces odeurs.
Ce don, apporté à ma naissance, une lointaine parente me l’avait laissé.
De mes premiers instants de nourrissonne, imprégnée de ces sensations olfactives,
Ajoutées à tout ce que je pus emmagasiner, de mes expériences,
Petite fille curieuse, adolescente attentive à mes premiers émois,
Je devins créatrice de feuilletons.
Mon premier s’intitula « Un parfum de scandale. »
Les critiques furent unanimes, le traitèrent de roman à l’eau de rose.
Certains en auraient été marris ; au contraire cette eau de rose m’inspira ;
Je créais aussitôt une ligne de produits de beauté « Eau de Rose »
Et bien sûr le « Parfum de scandale. »
Mes fidèles lecteurs réclamèrent une suite au roman.
J’écrivis « Le parfum dans la peau »,
Les critiques furent unanimes, le traitèrent de roman à l’eau de rose.
La marque « Eau de Rose », se portait bien, des emplois se créaient ;
J’écrivais, je parfumais, j’enveloppais le monde de beauté.
Publicités
Catégories : Jeux d'écriture | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Honni soit qui mal y pense

  1. martine27

    Une délicieuse histoire à respirer avec plaisir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :