Mon très cher petit Lou je t’aime

LOU4187428731

 

Mon très cher petit Lou je t’aime

Mon très cher petit Lou je t’aime
Ma chère petite étoile palpitante je t’aime
Corps délicieusement élastique je t’aime
Vulve qui serre comme un casse-noisette je t’aime
Sein gauche si rose et si insolent je t’aime
Sein droit si tendrement rosé je t’aime
Mamelon droit couleur de champagne non champagnisé je t’aime
Mamelon gauche semblable à une bosse du front d’un petit veau qui vient de naître je t’aime
Nymphes hypertrophiées par tes attouchements fréquents je vous aime
Fesses exquisément agiles qui se rejettent bien en arrière je vous aime
Nombril semblable à une lune creuse et sombre je t’aime
Toison claire comme une forêt en hiver je t’aime
Aisselles duvetées comme un cygne naissant je vous aime
Chute des épaules adorablement pure je t’aime
Cuisse au galbe aussi esthétique qu’une colonne de temple antique je t’aime
Oreilles ourlées comme de petits bijoux mexicains je vous aimeLOUimages
Chevelure trempée dans le sang des amours je t’aime
Pieds savants pieds qui se raidissent je vous aime
Reins chevaucheurs reins puissants je vous aime
Taille qui n’a jamais connu le corset taille souple je t’aime
Dos merveilleusement fait et qui s’est courbé pour moi je t’aime
Bouche Ô mes délices ô mon nectar je t’aime
Regard unique regard-étoile je t’aime
Mains dont j’adore les mouvements je vous aime
Nez singulièrement aristocratique je t’aime
Démarche onduleuse et dansante je t’aime
Ô petit Lou je t’aime je t’aime je t’aime.
Guillaume Apollinaire

 

 

Pour Les jeudis en poésie      POESIEcarnet-son-mp-ada1   chez Asphodèle

Publicités
Catégories : C'EST TOUT UN POEME | 9 Commentaires

Navigation des articles

9 réflexions sur “Mon très cher petit Lou je t’aime

  1. Pingback: LA POÉSIE DU JEUDI avec Jean-Yves Masson | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  2. C’est chaud chez toi ce matin Jacou, je ne connaissais pas ce poème d’Apollinaire (tu penses, on ne l’a pas étudié celui-ci) ! Un choix insolite mais frétillant ! 😀

  3. Wahou, quelle ode à sa Lou 🙂
    Comme Asphodèle , je ne le connaissais pas celui ci 🙂

  4. Pingback: La poésie du jeudi avec Alain Serres | Les mots de la fin

  5. Et bien il l’aimait sa Lou. Je ne le connaissait pas celui là!

  6. Quel chant d’amour à sa Lou, chaud, tendre et tout en désir! Ah cet Apollinaire!

  7. Tiens je ne connaissais pas ce poème d’Apollinaire.

  8. Waouh je me sens toute chose après cette lecture mdr!!! Jamais je n’aurais pensé que ce poème appartenait à cet illustre Apollinaire!!!
    Merci pour ce chaud partage 😉
    Bisous
    Domi.

  9. Très chaud, Apollinaire chez toi. 😉
    Bises 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :