Secret de famille

Ecrit pour Les plumes d’Asphodèle, la collecte surprise 26,  Dentifrice, délicatesse, deux, débrouillard, désirer, danse, danger, diplodocus, dentier, désordre, décalquer, drastique, douceur, dédain, désormais, dentelle, dromadaire, don, dédale, déballage, doryphore, drôle, départ, disque, déclin, distiller.

Secret de famille

Les diplodocus auraient tous disparu ? Moi je vis avec un diplodocus. C’est une tradition dans la famille. Nous nous le transmettons de génération en génération.
Nous avons même créé le verbe diplodocusser, dont vous pouvez trouver la définition, dans le dictionnaire Gambergeois, page 94, édition année 1798.
Je me présente : Davina.
Ma mère ne ratait aucune de ces émissions dominicales « Gym Tonic », debout sur un tapis de prières, imitant les mouvements de danse des animatrices Véronique et Davina, loupant la messe au grand dam de ses parents. Toutouyoutou, toutouyoutou…et un et deux et trois,…d’où mon prénom.
Ses parents, très croyants, désiraient un enfant ; en vain. A la quarantaine, enfin, ce don leur fut accordé. Ils appelèrent ma mère Divine, l’élevèrent avec douceur, la choyant, tout en lui imposant certaines règles de vie drastiques.
Ma grand-mère, démarcheuse à domicile pour un dentifrice, qui promettait dents blanches et étincelantes, sonna un jour à la porte des parents de mon grand père. Celui-ci était apprenti chez un fabricant de dentiers.
Eblouis l’un par l’autre, désormais, ils ne se quittèrent plus. Ma grand-mère apprit à parler le diplodocussien,, on lui présenta le phénomène en question, qu’elle promit de traiter tout en délicatesse. On lui conta l’histoire de la famille, abondamment portraiturée. Il y avait Donnadieu, monté sur un dromadaire, qui avait fait la campagne d’Egypte. Napoléon le remercia, lui donnant plusieurs hectares de terrain en friche. Celui-ci ne manquait pas d’être débrouillard, retroussa ses manches, désherba, retourna la terre, épousa la fille d’un riche fermier ; ils ensemencèrent leur domaine en pommes de terre ; furent ruinés à cause d’une invasion catastrophique de doryphores. Se reconvertirent dans le commerce de dentelles, ne voulant plus entendre parler d’agriculture, firent les marchés ; un jour ayant assez de ces déballages et remballages, par tous les temps, et dangers de la route, ils ouvrirent un commerce. Le fils de Donnadieu et de Bérangère, représenté debout derrière le comptoir de la boutique familiale, portait moustache au-dessus d’une bouche légèrement dédaigneuse. Il prit la suite des parents, héritant du dictionnaire, du diplodocus, mais il s’ennuyait.
Au grenier, dénichant quelques bouteilles de vodka, distillée par son père, il invita des amis et connaissances à des fêtes, qui peu à peu le ruinèrent, créant un grand désordre dans le quartier. Les voisins furieux, exigèrent son départ. Il vendit l’affaire familiale, partit en voyage, tomba amoureux d’une belle russe, en exil, Ludmilla, dont il eut deux enfants, Natacha et Grégoire. Le portrait de Ludmilla la représentait, belle slave, dansant, tandis que son mari, remontait la manivelle d’un gramophone. Il venait de créer une fabrique de disques soixante dix-huit tours. Les voisins se plaignaient, un peu, du bruit des réceptions ; mais comme ils étaient souvent invités, initiés aux coutumes de leur voisine, qu’ils trouvaient drôle, et ma foi charmante, cela n’alla jamais plus loin.
Grégoire eut droit au diplodocus, Natacha au dictionnaire familial ; ils vendirent la fabrique de microsillons, en plein déclin; la crise de 1929 était passée par là.
Tandis que Natacha donnait des cours de russe, Grégoire travailla chez un tailleur. Très vite, son style fut recherché, habillant des personnalités du monde entier. Il préféra épouser une petite cousette, que l’on voit peinte en tenue de mariée, fière au bras de Grégoire, arborant petite moustache, et ce même air de léger dédain, qu’on eut pu croire décalqué sur le portrait de son père.
Ainsi mon grand père naquit parmi le flou, ciseaux, aiguilles à coudre, patrons.
Peu doué pour la couture, il choisit d’ orner les bouches édentées de ses contemporains, trouvant que cela était plus utile qu’un bel habit. Son obsession d’une belle denture lui fit aimer tout de suite ma grand-mère. Ce fut le coup de foudre, de part et d’autre.
Ma mère grandit au milieu  de dents et de tubes de dentifrice, eut bien quelques caries ; épousa son dentiste. Elle hérita du diplodocus, et aussi du Gambergeois, tante Natacha n’ayant pas eu de descendance.
Aujourd’hui le diplodocus trône dans mon salon, objet de toutes les curiosités, dédale de tubes en verre, fabriqué par Donnadieu. Ce génial inventeur prit soin, en même temps, d’imaginer un code ; le mot diplodocus fut alors utilisé, décliné en verbes, et autres formes grammaticales, définitions consignées dans le Gambergeois. Des correspondances purent s’établir, sans éveiller le moindre soupçon. Mon aïeul fabriquait de l’alcool de pommes de terre, ne fut jamais inquiété.
Contemplant le bel objet, ses formes alambiquées, une idée  germe dans ma tête.
Christian, mon compagnon, possède des hectares et des hectares d’arbres fruitiers…

Mais, comme on dit dans la famille, Chut ! Diplodocus et bouche cousue

ALAMBICabsolut-alambic-artop

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Catégories : Jeux d'écriture | 18 Commentaires

Navigation des articles

18 réflexions sur “Secret de famille

  1. ah Davina et Véronique !!!!! J’ai dansé avec elles !! A l’époque j’étais jeune belle et juste ce qu’il fallait comme kilos lol
    Tu les as fichtrement bien placés ces mots lol………

  2. J’ai fait quelques recherches concernant ce Diplodocus et j’ai trouvé ceci 😉

    La Commission Européenne adopte enfin le Diplodocus comme langue officielle

    BRUXELLES – La Commission européenne a finalement tranché :

    Après la monnaie unique, l’Union européenne va se doter d’une langue unique,

    A savoir… le diplodocus

    Trois langues étaient en compétition :

    Le Français (parlé par le plus grand nombre de pays de l’Union,

    La France, la Belgique, le Luxembourg),

    L’allemand (parlé par le plus grand nombre d’habitants de l’Union)

    L’anglais (langue internationale par excellence).

    L’anglais a vite été éliminé, pour deux raisons :

    L’anglais aurait été le cheval de Troie économique des États-Unis

    Et les Britanniques

    Ont vu leur influence limitée au profit du couple franco/allemand en raison

    De leur légendaire réticence à s’impliquer dans la construction européenne.

    Le choix a fait l’objet d’un compromis, les Allemands

    Ayant obtenu que l’orthographe du français,

    Particulièrement délicate à maîtriser, soit réformée,

    Dans le cadre d’un plan de cinq ans,

    Afin d’aboutir au Diplodocus.

    1. La première année

    Tous les accents seront supprimes et les sons actuellement distribues

    Entre “s” , “z” , “c” , “k” et “q” seront repartis entre “z” et “k” ,

    Ze ki permettra de zupprimer beaukoup de la konfuzion aktuelle.

    2. La deuzieme annee

    On remplazera le “ph” par “f” , ze ki aura pour effet de rakourzir

    Un mot comme “fotograf”

    De kelke vingt pour zent.

    3. La troizieme annee

    Des modifikations plus draztikes zeront pozibles, notamment ne plus redoubler les lettres

    Ki l’etaient: touz ont auzi admis le prinzip de la zuprezion des “e” muets,

    Zourz eternel de konfuzion, en efet, tou kom d’autr letr muet.

    4. La katriem ane

    Les gens zeront devenus rezeptifs a des changements majeurs, tel ke remplazer

    “g” zoi par “ch” , zoi par “j” , zoi par “k” , zelon les ka, ze ki zimplifira davantach l’ekritur de touz.

    5. Duran la zinkiem ane

    Le “b” zera remplaze par le “p” et le “v” zera lui auzi apandone, au profi du “f” .

    Efidamen, on kagnera ainzi pluzieur touch zu le klafie.

    Un foi ze plan de zink an achefe, l’ortokraf zera defenu lochik,

    Et les chen pouron ze komprendr et komunike.

    Le ref de l’Unite kulturel de l’Europ zera defenu realite !

    La rechion la mieu prepar en Europ est l’Alzaz.

    90 % de la polulazion le pratik décha couram’ en

    Désormais nous ne ferons plus de différence entre les régions

    Et pourrons trinquer en toute amitié du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest 😉

    Bisous Jacou et bravo pour ta participation;)

    Domi.

    • Je diplodocusse que tout ceci soit diplodocussement bien réaliste. Diplodocussons nous les uns les autres. Et tout diplodocussera bien. Merci d’avoir diplodocussé mon texte.

  3. un joli secret de famille, plein de fantaisie ; j’aime beaucoup

  4. Pingback: LES PLUMES 26 – LES TEXTES EN D ! | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  5. Très beau secret de famille, que ce Diplodocus !

  6. L’histoire de ce Diplodocus, transmis de génération en génération, est menée tambour battant et avec beaucoup d’humour. J’ai beaucoup aimé cette traversée des époques successives, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, qui se lit comme du petit lait, d’une traite.

  7. Quelle belle histoire de famille, un bel héritage qui permet de lier avec charme, des personnalités différentes, une famille que ce Diplodocus !

  8. Je suis impressionnée par ton texte et par le commentaire de dimdamdom…
    Quelle affaire, quand même, depuis la tour de Babel, pour essayer que les hommes se comprennent!

  9. Waouh ! Décidémment le Ch’Nord et la Gironde ne se lâchent plus !!! Tant que vous ne diplodocussez pas autour du rosé, mouhaha !!! Je vois très bien à quoi va servir le diplodocus avec les arbres fruitiers, hu hu !!!
    Un excellent texte Jacou où tu nous emmènes allègrement d’une lointaine époque à aujourd’hui sans nous ennuyer une seconde et avec la maestria qu’on te connaît ! Quelle imagination fertile ! Bravo et le comm de DingDingueDong (ou plutôt le billet dans le billet en commentaires) 😆 m’a beaucoup fait rire ! 😉 Vous vous êtes trouvées toutes les deux !^-^

  10. Haha Veronique et Davina, j’adore! (ma mère était fan) Tu diplodocusses agréablement bien. Bravo.

  11. Ah les héritages sont parfois inattendus , quelle belle escapade dans le passé , un texte bien mené.

  12. Waouh quelle promenade à travers les époques jusqu a nos jours quellle famille tu tes inventée je n ose imaginer lusage de ton diplodocus
    Lol et dire qu Aspho trouvait que Laurent avait fort de le présenter!

  13. martine27

    Une histoire délicieusement loufoque !

  14. L’histoire d’une famille compliquée est bien racontée et drôle. 😀 j’adore ! 😀

  15. Impression de découvrir une sorte d’arbre généalogique en plus rigolo 🙂

  16. J’aime bien la généalogie, et la plupart de mes ancêtres étaient bergers et ne gardaient que des moutons
    alors pas de diplo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :