8 mars

Journée internationale de lutte pour la défense des droits des femmes.

8 mars, n’est pas une journée gadget, où encore aujourd’hui les femmes se voient offrir une fleur, voire un bouquet…

8 marsVOTE 3

En 2014, devoir toujours lutter pour que vivent les femmes.

Le féminisme, contrairement aux idées reçues, n’est pas un mouvement « contre les hommes ».

Etre féministe, c’est vouloir que cesse le sexisme dans toutes les sociétés, dans le travail salarial et domestique,que soit reconnu le travail de la femme, sa place et son statut dans la société, à égalité de ceux de l’homme. Qu’une femme, en situation de prendre le pouvoir, ou ayant le pouvoir, ne doive pas, pour convaincre et être crédible, en faire plus qu’un homme; que les erreurs, quand elle en commet, ne soient pas montrées du doigt, quand cette même erreur, faite par un homme est considérée avec indulgence, voire, passe inaperçue.

Le droit de vote est acquis dans presque tous les pays. Mais certaines femmes se voient menacées d’aller voter, d’autres de se présenter à des élections…

VOTE iran

Au Maroc, les petites filles, parce que leur village est loin d’un collège, ne vont plus à l’école dès l’âge de 11, 12 ans; vouées au mariage, devenir femmes de ménage.

En Europe Centrale, combien de jeunes filles, jeunes femmes, dans l’espoir d’une vie meilleure, appâtées parles promesses d’une   vie meilleure, connaissent la prostitution, l’expatriation par le mariage. Je ne parlerai pas de Cuba; pour moi,   l’état cubain  est un maquereau.

Les petites filles excisées dans beaucoup de pays africains, le certificat de virginité, les indiennes brûlées, les femmes adultères lapidées, les viols, dommages collatéraux des guerres…tant d’horreurs, d’humiliations, violences subies

Au Caire, les femmes, tchador ou pas, se font insulter, violentées, leur seul crime: être dans la rue.

Il y a, une liste sans fin de toutes les inégalités,  dans le monde entier, même dans les pays où des progrès ont été faits en direction de l’amélioration de la condition féminine; conquis de haute lutte par les femmes elle-même, au prix de leurs libertés et de leurs vies.ESPAGNE!cid_68DC308916ESPAGNE1ABF43B223A294CAC32AE7@federati-b061f4

votecampagne-names-not-numbers-de-medecins-de-monde_4836564

Des noms, pas des nombres, campagne de médecins du monde, pour le droit à l’avortement, pour toutes. Dénonçant l’avortement clandestin, qui fait des millions de victimes.

Ce matin, je me suis examinée, nue, devant un miroir, parce que, j’entends souvent , que « les femmes ont des couilles ». J’ai eu beau chercher, m’inspecter sur toutes les coutures, je n’en ai pas.

–  Comment? Ah, bon, on le dit seulement d’une femme qui réussit comme un homme…mieux qu’un homme. Et si, une femme, c’était simplement un être humain, avec un cerveau humain, des pensées humaines, une intelligence humaine, une sensibilité humaine, désirant seulement être reconnue pour tout cela en tant que femme, égale de l’homme, mais sans les attributs masculins, et sa cohorte machiste, phallocrate…; parce que moi, ce que j’ai vu, ce matin dans mon miroir, c’est juste un  triangle de poils sur le pubis, et la fente vulvaire, encadrée de deux petites lèvres.

Origin-of-the-World

Je vous laisse lire un texte écrit le 8 mars 2013, c’est une histoire vraie:

Tant de vies…

 

Il rentre, le soir. Son doigt inspecte les traces invisibles de poussière. Ses vêtement, tas dédaigneux sur le sol, attendent d’être ramassés, impérativement.

Le bain coule déjà, préparé fébrilement. Il doit être prêt à le recevoir, lui et son corps, qui n’aiment pas attendre.

Le son de la radio, qu’elle a pris soin d’allumer, est trop fort. Un coup cogne la cloison. Elle doit venir atténuer ce bruit importunant l’homme.

Aucun regard, aucune parole.

Elle voudrait quitter cette prison. Prison de l’âme, du corps.

Dès l’enfance, on a pris soin de la tenir éloignée de toutes attaches, afin de mieux l’attacher, de la livrer sans défenses.

Mais elle est femme, femme avec un corps, femme avec un cœur qui souffrent.

Un jour, elle s’en délivrera. Au prix d’un corps martyrisé, porté à jamais par des béquilles.

 

Elle pourra enfin crier sa dignité : « Regardez comme je suis belle. C’est lui qui m’a voulue comme cela.»

 

Gazinet, le 8 mars 2013

Jacou

Publicités
Catégories : Evénements, Les mots graffiti | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :