Une femme, ça fait tout, comme un homme.

         Un coup de foudre ! Le pauvre. Et comment il va ?

         Il est très heureux. Et elle aussi.

– Heureux ? Attends je comprends pas. Tu parles de quoi là ? Et qui c’est celle-là qui est contente du malheur qui arrive à Christian ?

         Mais non c’est pas la foudre de l’orage. Il est tombé amoureux et elle aussi.

         Qui ça, elle ?

         Une nouvelle qui a embauché il y a une semaine à l’atelier.

         Une femme à l’atelier de mécanique ? Ça c’est unique ! Ressers à boire. Des surprises comme ça, on en voit pas tous les jours. Ça s’arrose. Oui mais qui c’est qui va faire équipe avec moi aux boules, maintenant ?

         Moi.

         Toi ! T’as pas le savoir-faire de Christian ! Lui c’est LE GENIE de la pétanque.

         Tu ne crois pas que t’exagères un peu ?

         voilà notre joli cœur. Alors c’est quand que tu nous la présentes ta fiancée ?

         Ma fiancée ! J’ai pas de fiancée.

         C’est pas ce que dit Paul. Que tu as tapé dans l’œil d’une petite à l’atelier, que elle aussi.

         Ah celle-là. Oui elle a du cachet. Elle est pas mal. Moi ce que je veux pas, c’est me marier avec une femme qui fait le même métier que moi. J’en veux une que j’aurais envie de protéger. Celle-là, avec ses mains, toute la journée, dans le cambouis, et sa salopette d’homme, c’est pas le cas. Et pourtant, elle est belle. Et je crois que je lui plais un peu.

         Dis, tu crois qu’elle joue aux boules ? Si elle fait le mécano, elle fait peut-être aussi bouliste.

         Va lui demander. Elle vient juste s’assoir en face de nous.

         J’ose pas. Vas-y toi.

         Non, toi.

         Non, toi.

         Bon, moi, j’y vais, se décide Paul.

         Bonjour Mademoiselle. La place est libre ?

         Oui.

         Vous n’avez pas l’accent d’ici. Vous faites du tourisme ?

         Non, je travaille au garage Damorail.

         Vous êtes la nouvelle secrétaire ?

         Non, je répare des voitures.

         Alors là, bravo. Vous savez, vous feriez plaisir à ma mère. Elle voulait faire de la mécanique ; à son époque, une femme ne pouvait exercer ce métier. Vous permettez que je lui parle de vous. On pourrait se revoir dimanche, et lui rendre visite à la maison de retraite.

         Avec plaisir, monsieur.

         Moi, c’est Paul.

         Moi, c’est Geneviève.

         A dimanche, Geneviève.

         A dimanche, Paul.

Paul et Geneviève se revirent souvent, de plus en plus souvent. Ils se marièrent.

Lorsqu’elle lança son bouquet, ce fut Christian qui s’en saisit.

Aujourd’hui, les quatre amis se retrouvent souvent.

Christian a gardé les fleurs de la mariée. Bien sûr elles sont fanées.

Il joue toujours aux boules avec Pierre. Ils gagnent presque tous les tournois.

Quelquefois, c’est l’équipe de Geneviève et Paul qui gagne. Oui, Geneviève joue aux boules. Vis-à-vis de Paul, elle joue bien mieux. Christian est toujours le meilleur.

 Ecrit pour DISMOIDIXMOTS, 2013

Publicités
Catégories : Jeux d'écriture | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :