ALLER JUSQU’AU BOUT

Free-shipping-Mechanical-pencil-korea-stationery-automatic-font-b-pen-b-font-pencil-school-stationery

Ouvrons la boîte aux crayons.

C’était il y a longtemps. Mais je m’en souviens comme si c’était hier.

Elle entra dans la papeterie, toute menue, les joues rougies par le froid. Me choisit, moi, aux facettes marbrées de rose.

Je rejoignis, dans une pochette, un crayon à lèvres grenat et un crayon khôl. Là se trouvaient encore deux autres objets Je ne tarderais pas à savoir à quoi ils servaient.

Elle acheta un petit carnet,  couverture  assortie à ma robe.

Chez elle, je fus placé sur un bureau, près du carnet. Je découvris divers objets,  livres,  crayons, une photo, qu’elle regarda longuement, soupirant. Une larme roula sur sa joue.

Elle se saisit de moi, grava, sur chacune de mes facettes, une lettre.

Il était écrit Elisa. J’appartenais  à Elisa.

Tout fier, j’inscrivis ce nom sur le dessus du carnet. A l’intérieur : Journal commencé le…

Nous vécûmes ainsi de longues années; je fus le témoin de tant d’émotions, de joies, de peines. Mais ceci reste un secret entre elle et moi.

J’écrivis sur des kilomètres et des kilomètres de pages, blanches, de couleur, petits carreaux, grands carreaux, à dessin, millimétrées.

Je ne me lassais jamais ; parfois, j’inscrivais des fautes d’orthographe que je n’osais lui signaler.

Vous souvenez -vous de ces objets dont j’ignorais l’usage. L’un deux, nommé gomme, était très utile dans ces cas là. Quel plaisir de voir mon travail si proprement corrigé ! Attention, la gomme devait rester nette, veiller à ne pas froisser le papier, ni à le déchirer.

J’eus le plaisir d’écrire anglais, allemand; un peu hongrois, cyrillique, même. Cachant derrière leurs signes tout un monde mystérieux, quel régal ce fut d’écrire et de lire ces lettres,  prononciation différente de celles de   notre alphabet latin.

Ainsi, j’ai aimé écrire le roumain,  langue chantante, qui roule si bien les R. Si bien que, lorsque je notais des phrases, je ne pouvais m’empêcher de tripler cette consonne.

J’ai vécu quelques moments difficiles.

Elisa croyait bien faire en me taillant, lorsqu’elle voyait ma mine épuisée  Je n’aimais pas du tout être coincé dans cet objet barbare, rencontré au tout début, et souvenez-vous-en, que je ne connaissais pas.

Cela s’appelle un taille crayon.

thumb-le-taille-crayon---histoire-d-une-invention-6412.gif

Je vous explique. Vous êtes coincé, à en étouffer, dans une espèce d’entonnoir glacé. On vous fait tourner là-dedans. Cela grince à vos oreilles, entame votre belle robe et grignote vos couleurs.

Vous en ressortez , soulagé, mais épuisé; vous avez tout de même perdu quelques millimètres !

Il lui arrivait de me prêter à  un étourdi qui n’avait rien porté pour prendre quelques notes; je tremblais à l’idée que, mine de rien, je ne disparaisse dans sa poche.

Maintenant, plus de journal intime, plus de langues étrangères, mais des mots croisés, mots fléchés, énigmes en tout genre.

Au début, je ne comprenais pas que l’on enferme des lettres dans des cases. J’ai vite saisi qu’elles n’étaient pas prisonnières,  se complétant astucieusement,  formant des mots dans tous les sens. C’est passionnant.

Le sudoku, j’y ai renoncé. Il fallait sans cesse gommer. De plus subir la torture du taille-crayon, pour les lettres, je veux bien, pour les chiffres, ça jamais !

D’ailleurs aujourd’hui, je me repose de plus en plus, loin de tous ces tracas.

De même que ma maîtresse, j’ai rapetissé. Sa peau parcheminée a gardé quelqu’éclat. La mienne me fait une mine de papier mâché.

Voilà toute ma vie.

A propos de taille-crayon, savez-vous comment on le surnomme parfois ?

Aiguise-crayon ; rien que de l’écrire, j’attrape mauvaise mine.

 Que cela ne vous prive pas d’envies d’écritures.

Quelques soient les circonstances, pensez à  utiliser un crayon, même modeste, tout comme votre serviteur.

Foi de caran d’ache !

petillante-olivia-mini

 

Ecrit le 12 janvier 2013, pour Copie Double

Objet apparemment banal, le crayon mérite pourtant toute notre attention. Crayon à papier ou de couleur, crayon à dessiner ou crayon à maquillage, à vous de donner libre cours à votre imagination…

 

Publicités
Catégories : E comme écriture, Les mots scénographent | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “ALLER JUSQU’AU BOUT

  1. J’aime beaucoup la « mine épuisée  » (entre autres :-))

  2. Merci de te promener dans mon blog.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :